☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


Partagez | 
 

 { Can't take my eyes off you } ft Hyeri

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 20 Aoû - 17:58 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Assis à cette table en si belle compagnie, Koichi se considérait comme le plus heureux des hommes. Il avait eu la chance d'obtenir un résultat plus que positif, avec une très bonne compatibilité. Comment aurait-il pu s'en plaindre ? Devant lui se trouvait une femme charmante, une femme qui le séduisait toujours davantage, même si elle lui donnait parfois l'impression d'être en deçà des attentes qu'elle pouvait avoir. Après ce qu'il avait traversé, n'était-il pas normal de craindre de ne pas être suffisamment bon pour plaire ? Il ne pouvait rien faire pour l'empêcher, si ce n'était s'appliquer, se montrer sous son meilleur jour et profiter de chaque instant qu'il pouvait passer avec Hyeri, quand bien même ils se connaissaient depuis quelques mois à peine. Le sourire de l'agent s'étira discrètement tandis que ses doigts se resserraient doucement autour de ceux de la jeune femme. Sans le robot, comment aurait-il pu s'en douter ? Il regrettait juste le manque de temps qui l'empêchait de la voir plus souvent. Si, de son côté, elle ne profitait pas du sien, les choses n'en étaient que pires.

Il passa commande avec le plus de sérieux possible, essayant d'être suffisamment clair pour que le serveur ne commette pas d'erreur stupide au cours de la soirée, en dépit de la nervosité qui l'habitait lui-même. Il voulait que tout soit parfait, que la mélodie s'enchaîne sans fausse note et que le lien qui les unissait s'établisse plus fortement encore. N'était-il pas normal de souhaiter que la théorie devienne réalité ? Déjà, son coeur battait pour elle ; il se sentait comme un collégien, revivait ses premières amours en leur souhaitant une fin moins désagréable. Pour un moyen d'effacer cet épisode sombre, il aurait donné n'importe quoi. Mais aujourd'hui, la page était tournée, il pouvait passer à autre chose. Enfin, c'était ce qu'il souhaitait du plus profond de son coeur.

« Oui, vraiment ! » Une récompense pour bon exercice des fonctions et respect des consignes, il n'allait pas cracher dessus. Un large sourire fendit son visage alors que leurs mains s'unissaient à nouveau. « Merci. C'est vraiment important pour moi. » Ce travail, c'est tout ce qu'il avait. Ce travail et elle, car de son avenir avec Rina, il n'était plus question depuis longtemps. « Je suis content de voir l'entreprise intéresser autant de monde. C'est comme un rêve d'enfance qui se réalise. »

Il se revoyait encore, jeune garçon, arriver près de son père et lui demander si les machines qu'il concevait allaient permettre de sauver des vies, de rendre le monde meilleur. Oui, Koichi, lui répondait-il alors, et, aujourd'hui encore, il y croyait. Il le souhaitait. Akai permettait aux personnes de trouver leur âme soeur et aidait également à relever le taux de natalité dramatiquement bas du pays depuis quelques années. Son père n'avait-il pas raison ?

« Je te préviendrai dès que j'aurai mon nouvel emploi du temps, dans ce cas. » La joie se lisait dans ses traits. Elle acceptait. « J'ai hâte également. Ça me ferait vraiment plaisir. »

La proposition qu’elle fit ensuite arracha un nouveau sourire à l’agent. Il n’était encore jamais allé jusque-là et n’osait qu’à peine proposer, de peur de la déranger en compagnie de ses proches. En vérité, il n’osait pas s’imposer.

« Ça me ferait vraiment plaisir. » Un instant de doute lui fit toutefois froncer les sourcils. « Par contre, je suis désolé, mais j’ai oublié dans quel établissement tu étudiais. »

Les universités étaient si nombreuses qu’il était difficile de savoir dans laquelle elle étudiait. Il s’en voulut sur le moment, espérant qu’elle n’en ferait pas de même, mais le maître d’hôtel arriva un instant plus tard, coupant court au fil de ses pensées. Il regarda le liquide sombre qui vint napper le fond de son verre, un sourire absent aux lèvres. Il goûta rapidement son contenu, sachant qu’il n’était de toute façon pas difficile en matière d’alcool, et confirma le choix d’un signe de tête avant de laisser le serveur s’en aller. Ses yeux retrouvèrent alors le regard de son élue.

« Tu veux y goûter ? Je le trouve très bon de mon côté. » Demanda-t-il en riant. « S’il ne te plaît pas, je pourrais demander une bouteille un peu plus fruitée. »

Il n’avait rien contre le vin, même lorsqu’il lui laissait une certaine amertume sur le palais. Pourtant, lorsqu’il était plus jeune, cette saveur était celle qu’il détestait le plus, mais il avait entendu dire que ce genre d’appréciation changeait grandement avec l’âge. Son sourire s’étira doucement et il décida de reprendre la conversation dans son sens d’origine : la découverte de l’autre. Il souhaitait savoir tout ce qu’il fallait au sujet de Hyeri. C’était tout ce qui comptait à ses yeux.

« Tu es venue seule au Japon ? » 

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 14 Sep - 0:10 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Hyeri était fière comme une épouse, en apprenant la promotion de Koichi. Elle réalisait bien que ce sentiment était un peu déplacé, mais elle ne voyait pas meilleure comparaison pour expliquer la joie qui l'habitait à ce moment précis. Ses doigts qui serraient les siens étaient finalement bien peu, à côté du bonheur immense qu'elle ressentait. Si elle obéissait à son envie, elle se serait jetée au cou de son élu, en le félicitant à grands cris. Bon, peut-être pas autant, mais elle le lui répéterait sans doute souvent. La jeune femme sourit donc tendrement à l'homme qui lui était destiné, lorsque ce dernier montra une nouvelle fois toute la croyance qu'il avait en Akai Ito, en Ishikawa. Ce devait sans aucun doute, être leur meilleur agent. La Coréenne n'en doutait pas une seule seconde.

Hochant la tête à sa proposition, elle avait déjà hâte de leurs prochains rendez-vous, avant même de connaître l'issue de celui-ci. Hyeri se sentait bien, en la présence de Koichi. Elle se pensait sincèrement protégée, aimée aussi. Elle ne doutait pas un seul instant qu'il ne pouvait pas en être ainsi. N'aimait-elle pas déjà cet homme de tout son cœur ? Une mauvaise langue lui demanderait sûrement ce qu'elle savait, de l'amour. Elle répondrait qu'il se trouvait assis en face d'elle. Et qu'importait l'avis des autres, la jeune femme savait qu'elle avait raison. Qu'ils avaient raison. Que Akai Ito avait raison. Son bonheur actuel n'en était-il pas la plus belle preuve ?

« Ce n'est rien ! » Elle rit un peu devant la mine contrite de Koichi, ne lui en tenant absolument pas rancune. « J'étudie à Todai. » Pas peu fière, Hyeri baissa tout de même le regard vers leurs mains liées. Elle serait si heureuse de le voir la chercher là-bas, que ses camarades voient à quel point la machine envers laquelle certains se montraient encore réticents faisait des miracles. Son couplage était parfait. Bien sûr, comment en aurait-il pu en être seulement autrement ? Koichi pouvait aisément passer pour un étudiant, mais il n'y aurait sûrement pas besoin de cacher sa présence sur le campus.

Fascinée, la Coréenne observa le vin couler dans le verre, appréciant sa couleur. Elle ne s'y connaissait pas franchement, en alcool. Généralement, elle ne buvait que ce qu'elle connaissait, des cocktails fruités, surtout. Secouant la tête quand à l'idée de renvoyer la bouteille, elle accepta néanmoins à ce qu'il lui en verse un verre. Le portant à ses lèvres, elle en huma un instant le parfum, avant de se décider à en avaler une gorgée. Pinçant les lèvres, Hyeri ne savait que dire. S'il était cher, millésimé, et elle ne savait quoi encore, de quoi aurait-elle l'air si elle avouait le trouver un peu amer ? Souriant cependant à Koichi, elle lui signifia dans un sourire qu'il lui convenait. « Ce sera parfait, ne t'en fais pas. » De toute façon, elle ne comptait pas vraiment boire, ce soir.

Que le conversation s'éloigne du sujet délicat du choix du vin la soulagea un peu. Retrouvant un sourire plus large, Hyeri hocha la tête. « Absolument ! Pour mes études, donc. J'en rêvais. » Le bout de son index suivit le bord de son verre. « Je ne connais malheureusement que Tokyo, mes cours me prennent beaucoup de temps. » Elle s'était toujours dit qu'elle irait découvrir l'archipel, sans forcément savoir quand. Sa bourse n'était pas faite pour ça, et elle craignait trop qu'on la renvoie cruellement à Busan, si jamais elle s'autorisait des frais trop élevés qui ne concernaient pas ses études. S'il lui restait du temps, une fois son diplôme obtenu, pourquoi pas. « Tu connais le Japon, toi ? » Sa question la fit rire elle-même, mais après tout, être né et vivre dans un pays ne signifiait pas le connaître réellement, et y avoir voyagé. « J'aimerais découvrir Hokkaido... » Sa voix se fit rêveuse, elle adorait la neige. « Et toi, il y a des endroits que tu aimeras voir ? » Peut-être pourraient-ils s'y rendre ensemble.


— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 14 Sep - 15:55 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Koichi était persuadé d’aimer Hyeri plus que n’importe qui. Ils avaient été désignés par la machine comme un couple parfait, très compatible, selon les statistiques qu’ils récoltaient. Comment aurait-il pu en être autrement ? Ils s’aimaient, allaient vivre heureux, peut-être même fonder une famille. Cette conviction à l’esprit, il peinait à savoir combien de temps il devait attendre pour la demander en mariage afin que ça ne soit pas considéré comme « hâtif ». Rien n’était hâtif, à partir du moment où Akai Ito était mêlé à l’affaire. Pourtant, malgré lui, il hésitait à évoquer le sujet. Ce n’était que leur deuxième rendez-vous. Le deuxième d’une longue série, il l’espérait sincèrement. L’air rêveur, il se laissa porter par les événements, jusqu’à s’excuser de ne pas être capable de se remémorer l’endroit où étudiait sa charmante élue.

« Ah, Tôdai ! C’est vraiment une bonne école. » Son sourire s’étira largement. Il n’était pas étonné d’apprendre qu’elle étudiait entre ces murs. Il était même fier, en vérité, d’être l’élu d’une jeune femme qui, d’ici quelques années, sortirait de Tôdai, diplôme en main. Combien avaient cette chance ? Il espérait que les études n’étaient pas trop difficiles pour Hyeri. « Je passerai te voir à l’occasion, s’ils me laissent traîner sur le campus. » Un éclat malicieux brilla dans son regard. Il se rendait souvent sur place pour le travail, alors ça n’allait pas poser de problème. Le personnel était habitué à croiser les patrouilleurs, désormais.

Quand Hyeri secoua la tête, une douce chaleur réchauffa le cœur de Koichi. Un nœud supplémentaire semblait s’être défait, comme si le moindre petit détail avait pu tout faire tomber à l’eau. « Parfait… » À ses yeux, tout l’était pour l’instant, ça le rassurait énormément.

« C’est courageux de partir de chez soi pour étudier dans un endroit qu’on ne connaît pas… » D’autant que les Coréens n’étaient pas toujours bien vus. Il sourit doucement à son élue en l’observant jouer avec son verre, prenant une gorgée du sien. « J’ai un peu voyagé, quand j’étais plus jeune, avec mes parents. Notamment à Kyoto et Osaka. » Parfois, son père les emmenait lorsqu’il était en déplacement.

Un sourire nostalgique flotta un instant sur ses lèvres, puis il se redressa doucement à la mention d’Hokkaido, arrêté par la question de son élue. « J’aimerais beaucoup voir l’Amérique. Il paraît que c’est totalement différent d’ici. Parfois, ça m’intrigue un peu. » Sans cesser de sourire, il revint sur la pensée qu’il avait eu un peu plus tôt. « Si tu as envie, on pourra aller au Yuki Matsuri, à Sapporo, en février ? »

Il se précipitait peut-être un peu. C’était fou ce qu’on voulait aller vite, en étant sûr de tout. Un moment plus tard, il tourna la tête pour voir arriver le serveur chargé de leurs plats. Le discours explicatif semblait être devenu une habitude, si bien que Koichi ne remarqua qu’à peine le départ de l’homme qui était venu déposer les assiettes. Son regard pétillait à la vue de la nourriture qui, même si les portions n’étaient pas énormes, semblait délicieuse. Le morceau de viande qui se trouvait devant lui était au moins assez grand pour deux.

« On partage la moitié ? » Demanda-t-il finalement, en saisissant le couteau qui se trouvait à sa droite, parfaitement aiguisé. Il jeta même un regard discret autour d’eux pour vérifier que personne ne surveillait leurs agissements.

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 29 Sep - 0:00 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Etudier à Todai était une petite fierté personnelle. Hyeri avait travaillé dur pour y parvenir, et elle ne pouvait nier le fait que son ego s'en retrouvait plus que flatté. Pour sûr, c'était une très bonne école, et un léger sourire au coin des lèvres, la jeune femme hocha le plus humblement possible la tête. Son cœur bondit joyeusement quand Koichi lui assure qu'il ferait au mieux pour passer la voir. Un agent Ishikawa aussi consciencieux que lui ne rencontrerait sûrement aucun problème pour entrer sur le campus. Bien entendu, Hyeri n'espérait pas qu'il profite de son statut pour obtenir une autorisation quelconque, ou qu'il mente uniquement pour passer du temps avec elle. De toute manière, elle était persuadée qu'aucun obstacle ne viendrait gâcher leur relation, d'aucune sorte. Pourquoi devrait-il y en avoir, d'ailleurs, puisqu'ils étaient faits l'un pour l'autre ?

Courageuse, Hyeri pensait l'être. Cependant, quitter sa Corée du Sud natale était à ses yeux l'acte le moins téméraire qu'elle avait accompli. Au contraire, quand elle y réfléchissait, elle se disait que ça avait été assez lâche de sa part. La situation avec ses parents, elle ne la supportait plus, comme si l'effet se retrouvait inversé, et que c'était eux qui amenait la honte sur son nom à elle. La jeune femme comprenait tout de même le point de vue de Koichi. « Je trouvais ça excitant, et puis, j'avais besoin d'indépendance. » Un sourire poli, qui trahissait néanmoins son trouble, déforma ses lèvres vermeilles un court instant. Peut-être bien que son pays lui manquait. Un peu.

Son humeur changea cependant bien vite, lorsque Koichi mentionna ses voyages. Kyoto, Osaka, autant de villes que la Coréenne rêvait de visiter un jour. Elle aimerait tellement que son élu lui raconte un peu plus, mais désirait encore plus qu'il y retourne avec elle. Hyeri garda tout de même pour elle son envie, baissant les yeux tandis que Koichi semblait perdu dans ses souvenirs. Elle mentionna Hokkaido, reçut l'Amérique comme réponse. « Beaucoup d'amies à moi sont parties étudier au Canada. Il paraît que c'est magnifique ! » Les Etats-Unis, pays qui venait automatiquement à l'esprit lorsqu'on mentionnait le continent, ne l'intéressaient pas vraiment. « L'Amérique latine m'attire beaucoup également. » Après le froid de l'île du nord du Japon, le Brésil ? Pour sauver la forêt amazonienne.

La proposition de son élu fit naître un nouveau sourire sur les lèvres de Hyeri. Son cœur s'emballait déjà à l'idée d'un voyage avec lui, rien que tous les deux. Elle réussit à se contenir, s'empêchant de justesse de frapper dans ses mains dans son excitation. « Ça me ferait vraiment plaisir d'y aller avec toi. » Son ton était presque ému, elle avait tellement de chance d'être couplée avec quelqu'un comme lui. Son esprit s'y voyait déjà, et la jeune femme avait désormais hâte d'y être.

Quand le serveur arriva, la Coréenne perdit subitement toute notion de japonais. Elle observait presque religieusement l'homme déposer les plats devant eux. Le discours ne l'intéressait guère, préférant admirer la délicatesse des mets qui émanait un délicieux fumet. C'était si beau, qu'elle se demanda si ce ne serait pas un crime d'y goûter. Une fois le serveur parti, Hyeri osa enfin bouger, relevant les yeux vers son élu. Elle trouvait amusant le fait que le maître d'hôtel ait déduit quel plat revenait à qui, se demandant si ce n'était pas un cliché légèrement machiste de supposer que la viande revenait à l'homme de la tablée. « Tu ne veux pas commencer par le poisson ? » Pour le coup, la jeune femme oublia les autres clients, ainsi que les employés du restaurants qui pourraient éventuellement les juger. Avançant son assiette vers le centre de la table, Hyeri se pencha légèrement en avant – sans pour autant poser ses coudes sur la table, évidemment. Se saisissant de ses couverts, elle réalisa qu'elle était la seule des deux à en avoir spécialement pour ce plat. Logique, mais embêtant. Hyeri décida de faire preuve d'audace, et espéra que Koichi ne lui en voudrait pas. Son couteau coupa délicatement la chair tendre du poisson, la faisant glisser sur la fourchette. Un sourire timide mais taquin aux lèvres, elle la tendit vers son élu. Qu'importe si ça ne se faisait pas, Hyeri avait simplement envie de partager une certaine complicité avec Koichi.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 4 Oct - 22:01 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Le repas, l’ambiance et les serveurs qui faisaient leur travail avec la diligence d’artistes surentraînés donnaient l’impression de vivre un rêve éveillé. Il faisait silencieux, mais le silence, pour l’occasion, il s’y plaisait bien, surtout lorsque ce qui le brisait, c’était la voix de Hyeri. Il l’observait en faisant la discussion, appréciait les traits de son visage, qui aurait selon lui pu appartenir à une poupée tant il était doux, délicat. En oubliant la réalité, il aurait presque craint qu’elle puisse se briser s’il avait eu la maladresse de la bousculer. Il s’en voulait un peu de la regarder autant, espérait qu’elle ne lui tiendrait rigueur de ce comportement impoli, mais il la trouvait belle, si belle. Elle l’attirait comme un aimant, tant qu’il ne savait pas si c’était à cause du robot qu’il l’aimait ou pour une tout autre raison.

« Tu ne t’entendais pas avec tes proches ? »

C’était le genre de situation qu’il ne pouvait comprendre. Après avoir connu la déception amoureuse et amicale la plus douloureuse de son existence, quelques années plus tôt, Koichi s’était tourné vers sa famille, vers ceux qui, peu importe comment, étaient à jamais liés à lui. Ils seraient toujours là. Toujours. Pas forcément près de lui, il le savait, mais ils faisaient partie intégrante de celui qu’il était. Au moment où il s’était senti inutile et incapable, ils avaient été d’une aide précieuse. Il espérait naïvement que Hyeri avait eu cette chance, elle aussi.

« Le Canada ? » Il réfléchit un instant. « C’est bien celui qui est tout au-dessus ? » Il fallait avouer que tout ça remontait à des années, au temps du lycée. Il n’était pas certain de tout ce qu’il avait vu à l’époque et se décida à passer aux aveux sur un ton un peu plus sérieux, quoique désolé. « Je ne connais pas bien la région… »

Sur le coup, il se sentait stupide. Il n’avait pas choisi les études et réalisait qu’il était quelque peu en deçà de ce que Hyeri devait savoir. Tout ce qu’il savait en plus de ce qu’il avait appris durant le collège et le lycée, c’était ce qu’on lui avait enseigné au cours de sa formation entre les murs d’Ishikawa. Pas grand-chose, somme toute. Ce dont il pouvait se targuer, en revanche, c’était d’être entraîné à combattre et à maîtriser. Il ne s’en plaignait pas. Heureusement, avant de commencer à trop remettre en question le contenu de sa formation, Koichi releva les yeux à la réponse de son élue.

« Je verrai pour organiser ça, dans ce cas. »

Un large sourire se forma sur les lèvres de l’agent qui dut se retenir de déjà réfléchir à une date à laquelle il allait pouvoir poser ses congés. Tant que tout se passait bien, il serait heureux et se moquait de la date de leur départ. Il voulait simplement lui faire plaisir, la rendre heureuse. La décision du robot et l’impression d’avoir trouvé la personne lui enlevait toute volonté de chercher ailleurs.

Suivit d’arriver des plats qu’ils attendaient depuis un moment. Le discours monotone du serveur ne trouva pas grâce à leurs yeux, tout du moins pas à ceux de Koichi, dont le regard était attiré par la nourriture fumante qui trônait dans l’assiette et lui donnait l’eau à la bouche.

« Le poisson ? Si, sans problème, ça m’importe peu. »

À partir du moment où ils avaient décidé de partager, il ne voyait plus aucune raison de définir un ordre précis, mais les deux assiettes lui faisaient fortement envie, alors pourquoi broncher ? Il la vit pousser l’assiette vers le centre de la table, s’apprêtant à en faire de même avec la sienne, au cas où elle aurait voulu échanger, puis il écarquilla les yeux face à la fourchette tendue. Sur le coup, il ne savait pas si elle s’attendait à ce qu’il la mange, cette bouchée, et l’idée de lever son assiette pour qu’elle y dépose un morceau lui traversa rapidement l’esprit, avant qu’il ne réalise que ce qu’elle lui tendait était bien plus petit qu’une part. Un coup d’œil vers le reste de la salle plus tard, il se redressa pour refermer les lèvres sur le morceau de poisson, dont le goût sembla si bon qu’il lui arracha un sourire. Il réinstalla ensuite sur sa chaise.

« Merci. » D’un bref regard, il vérifia qu’il n’avait pas tâché sa chemise par inadvertance, puis il releva les yeux vers Hyeri. « Tu devrais le goûter aussi, il est délicieux. À moins que tu ne veuilles commencer par la viande ? »

Cela possédait peut-être une importance à ses yeux. Son sourire s’étira un peu et il baissa les yeux vers les couverts qui se trouvaient sous leurs yeux. Se décidant à imiter la demoiselle, il trancha la viande à l’aide du couteau pointu et glissa un petit morceau sur les dents de la fourchette avant de l’avancer vers elle, une main ouverte au-dessous au cas où quelques gouttes de sauce en seraient tombées. Il n’aurait pas cru pouvoir faire ça un jour.

« J’ai l’impression que je suis en train de rêver et que je vais me réveiller. » Avoua-t-il en riant doucement.

Ce soir, tout allait tellement bien. L’impression d’être au beau milieu d’une illusion ne le quittait pas. Une douce, douce illusion, qui prendrait fin à un moment ou à un autre. Cette fin, il ne souhaitait pas la voir arriver, pas plus qu’il ne souhaitait commencer à se poser des questions trop pointues au sujet de son élue ; on lui avait désigné une femme, celle qui était faite pour lui, et il n’avait aucune raison de douter du verdict du robot pour lequel il travaillait. Perdu dans ses pensées, il continua à la regarder d’un œil distrait. Akai était vraiment la meilleure chose qui avait pu lui arriver.

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 28 Nov - 19:00 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


En règle générale, Hyeri ne mentionnait jamais les circonstances qui l'avaient menée à couper le cordon avec sa famille restée en Corée du Sud. La plupart du temps – pour ne pas dire toujours – elle invoquait simplement comme raison, ses études. C'était simple, amplement suffisant, et pas franchement faux. Pourtant, elle ne pouvait s'empêcher de penser qu'elle avait fuit sa ville natale. Busan lui manquait, ses parents également. Cependant, une blessure lui meurtrissait toujours le cœur. C'était un mal égoïste, parce que personne ne lui avait jamais demandé de compte à rendre. Parce que ce n'était pas grave, aux yeux des coupables. Et surtout, parce que ça arrivait partout, tous les jours. Un couple qui ne s'aimait plus, c'était si courant. Ils ne divorçaient même pas, restaient simplement colocataires, dans cette grande maison froide. Elle avait eu honte, terriblement honte. Peut-être bien parce qu'elle avait crû à leur amour, qu'elle s'était rendu compte que la seule personne naïve, c'était elle.

« Disons qu'avec le temps, beaucoup moins bien. » Hyeri se rendit compte de ce ton légèrement plus sec, comme si elle voulait se débarrasser du sujet, or Koichi était son élu, le partenaire qui partagerait sa vie. Elle se devait d'être honnête avec lui, mais ne se voyait pas vraiment aborder déjà le sujet délicat que représentaient ses parents. Un sourire un peu froid aux lèvres, la jeune femme tenta de faire passer son trouble. « Je n'ai pas beaucoup de proches, notre famille n'est pas très grande. Ou alors, ce sont des parents éloignés que nous voyons une ou deux fois par an. » A part ses parents, Hyeri ne se souvenait pas s'être prise d'affection pour un autre membre de sa famille, une simple entente cordiale, et elle trouvait que c'était déjà très bien. Et concernant ses amis, elle n'avait gardé contact qu'avec très peu d'entre eux, et tous se contentaient de quelques mails étalés sur les douze mois d'une année.

Elle n'eut pas le loisir de lui retourner la question, même si elle savait déjà toute l'admiration que Koichi portait à son père. Peut-être qu'enfin, avec lui, Hyeri connaîtrait le bonheur d'une famille harmonieuse et aimante. Et elle avait hâte. Bien qu'ils ne devaient pas précipiter les choses, la Coréenne le savait bien. De plus, ils avaient déjà changé de sujet. Un sourire aux lèvres, elle s'amusa de la réponse que lui donna son élu. Pinçant les lèvres pour ne pas avoir l'air de se moquer. Doué ou non en géographie, la jeune femme était sous le charme. « Celui qui est au-dessus des Etats-Unis oui ! Plus haut, il y a encore le Groenland. » La précision n'était que pure malice, elle était prête à lui donner des cours particuliers, s'il le souhaitait. La géographie la passionnait depuis toute petite, et les voyages la faisaient rêver. Aussi, l'idée de partir quelques temps loin de la capitale japonaise avec Koichi la rendait aussi heureuse qu'impatiente.

La faim la saisit aussitôt les plats posés devant eux. Les partager lui paraissait être une excellente idée, et une audace malicieuse lui traversa l'esprit. Qu'importe qu'on les regarde, ce dîner restait un instant privilégié partagé avec son élu. Un doux sourire aux lèvres, Hyeri l'observa. Elle trouvait les réactions de Koichi à la fois drôles et adorables. Hochant la tête lorsqu'il lui proposa de goûter à la viande, la jeune femme fit glisser le morceau dans sa bouche, mâchant lentement. Amenant une main à sa bouche, elle s'inclina légèrement en avant. Un pur délice, mais elle se retint de trop en montrer. Baissant les yeux, elle laissa un fin sourire étirer ses lèvres. Sa main trouva celle de Koichi, avant qu'elle ne la serre doucement. « Ce n'est pas un rêve. Ils ne sont jamais aussi parfaits, généralement. »

Durant tout le repas, cependant, Hyeri se sentit comme sur un petit nuage. C'était tout simplement parfait, et la soirée avait confirmé ce qu'elle savait déjà. Koichi était l'homme idéal, le sien. Remontant son gilet sur ses épaules, elle se retourna timidement vers son élu. Ses mains serrées devant elle, contre sa pochette, elle hésita un instant. « Merci pour ce dîner... » Roulant délicatement ses lèvres l'une contre l'autre, elle se lança finalement. « Est-ce que... Tu voudrais me ramener chez moi ? » Son cœur tambourinait dans sa poitrine, une nouvelle fois, la Coréenne faisait preuve d'audace. Un sourire un peu taquin au coin des lèvres, elle passa une de ses mèches derrière son oreille. Koichi n'était jamais venu chez elle, tout comme elle n'était jamais allé chez lui. Peut-être en avait-elle désormais plus envie que jamais.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 1 Déc - 19:38 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


La famille de Koichi s’était toujours entendue. Les parents vivaient ensemble, étaient particulièrement heureux de leur union. Ils s’étaient mariés jeunes, mais jamais la vie ne les avait séparés. Autour de leur fils, ils formaient un cocon protecteur, confortable et rassurant, dont il s’inspirait constamment. Qu’on ne s’y trompe pas : comme tous les couples, les Kobayashi avaient connu des disputes, des événements moins agréables, mais ils avaient tiré des leçons intelligentes de leurs moments difficiles. Rapidement, ils s’en étaient servi comme une force qu’ils avaient essayé de transmettre à leur enfant. Comment veux-tu résoudre le problème si tu n’en parles pas, Koichi ? disait sa mère quand il tirait la tête. À chaque fois, il pinçait les lèvres et détournait les yeux, mais il finissait toujours par parler, au bout du compte.

C’est de cette volonté de résoudre les problèmes que venait son désir de parler de Haruto avec Hyeri. Il en avait envie. Il voulait lui expliquer la situation, les raisons pour lesquelles il ne pouvait être aussi libre qu’il l’aurait souhaité, mais cela n’était pas facile. Il s’agissait d’un enfant et l’histoire était bien plus compliquée qu’un divorce dont on sort avec un gosse sur les bras. Haruto n’était pas son fils, sa confiance avait été abusée ; Rina n’avait pas été honnête envers lui et il avait assumé des responsabilités qu’il n’aurait peut-être pas acceptées en temps normal. Lui-même doutait de ses réactions. Mais ces doutes ne changeaient rien au besoin d’en discuter quand le moment serait venu. Peut-être pas ce soir, il n’en avait pas le courage. En vérité, il craignait de la perdre à cause de ça. Une peur qui l’énervait d’ailleurs : pourquoi son âme sœur voudrait-elle le fuir ? C’était ridicule.

« D’accord… » Détournant les yeux, il laissa ses doigts s’aventurer sur l’une des décorations de la table. Avait-il dit quelque chose de mal ? Mieux valait changer de sujet plutôt que l’énerver. Certains sujets étaient sensibles. D’un autre côté, s’il le sentait, ce froid, n’était-ce pas parce qu’ils étaient « connectés » ? Un sourire s’invita à nouveau, chassant les sombres idées qui cherchaient à le troubler.

Mais une fois encore, son cœur accéléra alors qu’il essayait de déceler la vérité sur le visage de son élue. Il se sentait bien idiot, avec sa seule formation pour qualification. Hyeri devait en savoir bien plus que lui, alors s’il ne pouvait situer le Canada, il se ridiculiserait sûrement. En l’entendant approuver, son sourire se fit plus large, dévoilant ses dents. Il laissa son regard brillant de fierté retrouver celui de son élue, mais ses sourcils retombèrent légèrement à la mention du Groenland. N’était-ce pas l’océan, au-dessus ? Ce n’était pas le moment de se questionner sur la géographie mondiale. Un nouveau sourire se forma sur son visage, admiratif et un peu rêveur. « T’en sais beaucoup… J’ai un peu honte à côté. »

Indifférents à l’intelligence, les plats colorés que l’on apporta ensuite mirent tout le monde d’accord. Leur odeur chatouillait les narines, attisait l’appétit. Et même s’il priait pour qu’ils tiennent leurs promesses, Koichi n’attendait rien plus que de pouvoir y goûter.

Cela ne l’empêcha pas de se surprendre à observer Hyeri manger au lieu de dîner lui-même. Elle le fascinait. À ses yeux, elle était incroyablement belle et rayonnait d’une aura intéressante. Il aurait pu la regarder durant des heures. Quand elle s’exprima à son tour, son sourire songeur s’étira davantage. « C’est vrai ! C’est mieux qu’un rêve. »Il ne tarda pas à se mettre à manger quand il prit conscience de son assiette encore pleine, profitant du goût que la nourriture ajoutait à cette soirée, déjà plus qu’agréable.

Le repas terminé et discrètement payé, ils abandonnèrent les assiettes, coupes et couverts. C’était de loin la soirée la plus merveilleuse qu’il avait vécu. Akai Ito avait raison. Hyeri serait la seule, l’unique, celle avec qui il vivrait encore des années plus tard, jusqu’à ce que la mort les sépare. Son cœur se réchauffa à cette pensée, heureux d’avoir enfin trouvé un allié. Depuis combien de temps cela n’était-il plus arrivé ? Un soupir fuit les lèvres de l’agent quand il réalisa qu’il serait bientôt temps pour eux de se séparer.

« Tu n’as pas à me dire merci. » Les yeux posés sur elle, il lui adressa un franc sourire en secouant doucement la tête. « Je suis content de t’avoir vue aujourd’hui… Ça m’a fait du bien. » L’observant un instant, il resta muet au cas où elle souhaiterait parler. « Te ramener ? » Au moins, ils ne se sépareraient pas trop vite. Il reprit en un hochement de tête, trop heureux pour le cacher, et désigna la voiture noire qui se trouvait à quelques mètres d’eux. « Bien sûr ! Ma voiture est là-bas. » Sans attendre, il reprit le bras de son élue et la mena à sa suite, ouvrant la portière assez basse pour la laisser s’installer. « Attention à la tête. »

Assis au volant, il appuya sur le bouton d’activation de la commande vocale, reposant les yeux sur Hyeri. « Tu me donnes ton adresse ? » Ses lèvres se pincèrent ensuite, son sourire se réfugiant à leur coin. C’était un voyage dans le temps, il était un jeune adulte qui emmenait pour la première fois sa petite amie en voiture, le cœur battant la chamade à l’en rendre sourd. L’entendait-elle ? Avait-elle également l’impression qu’ils étaient faits l’un pour l’autre ? Avait-elle seulement idée du bonheur que sa seule présence lui procurait ?

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 15 Déc - 13:30 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Hyeri préféra laisser passer le trouble qu'avait fait naître l'évocation de sa famille. Elle lui en parlerait, un jour. Mais pas maintenant, pas durant cette soirée qui se devait d'être parfaite. Koichi l'avait invitée dans un somptueux restaurant, dans lequel elle se sentait de plus en plus à l'aise. Elle ne doutait pas que c'était grâce à la présence de son élu. La jeune femme se sentait toujours plus heureuse lorsqu'elle se trouvait en sa compagnie, et ne souhaitait pas gâcher ça. Non, elle préférait parler de ces pays qu'elle voulait visiter, dans un futur proche. Avec Koichi, peut-être. Qu'il ne soit pas doué en géographie ne le rendait pas moins attirant. Ça la faisait sourire, mais pas de façon moqueuse. Au contraire, Hyeri était soulagée de se savoir à son niveau. L'agent Ishikawa lui avait semblé impressionnant dès leur première rencontre. Elle trouvait là quelque chose qu'elle pourrait éventuellement lui apprendre, s'il le souhaitait. Aussi, la réflexion de son élu la surprit-elle. « Honte ? Mais de quoi ? » Lui souriant tendrement, Hyeri secoua la tête. « C'est simplement ma passion. » Lui aussi avait plein de choses à lui apprendre, elle n'en doutait pas.

Mieux qu'un rêve, exactement. Et la Coréenne voulait le vivre pleinement. Ses vilains doutes bien calés dans un coin obscur de son crâne, elle ne pensait plus qu'au bonheur d'être avec celui qui lui était destiné. Tout irait bien, il n'y avait pas de raison, n'est-ce pas ? Tout était parfait, de leur couplage à ces plats délicieux qu'elle mangea avec un appétit contenu. Hyeri se devait de remercier Koichi, elle le pensait. Lui dire merci d'être aussi merveilleux, aussi. Le regard qu'elle posait sur lui traduisait sans mal ce qu'elle éprouvait. Elle était véritablement heureuse, comme si elle avait enfin trouvé sa place. C'était vrai. Sa place était auprès de lui. Il n'y avait pas d'erreur possible. « A moi aussi, Koichi. » Elle hocha alors la tête. La ramener, oui. Si ça ne le dérangeait pas. Un sourire éclaira ses traits lorsqu'il accepta. Son bras sur le sien, Hyeri le suivit jusqu'à sa voiture. Baissant la tête alors qu'elle s'installait sur le siège passager, elle ramena le bas de sa robe sur ses jambes. Son cœur battait à un rythme particulièrement soutenu. Passant une mèche de cheveux derrière son oreille, elle observa Koichi s'asseoir à son tour.

Après lui avoir indiqué son adressa, la jeune femme roula ses lèvres l'une contre l'autre. Koichi se retrouvait-il dans le même état qu'elle ? Son regard se perdait dans Tokyo, elle avait l'impression de voir la ville d'une autre manière. « Tu sais comment j'ai obtenu mon appartement ? » Se retournant un peu vers Koichi, Hyeri entendit l'amusement dans sa propre voix. « Il paraît que je ressemble à une célébrité coréenne dont il était fan, il y a quelques années ! » Pouffant un peu, la jeune femme préféra cependant préciser. « J'avais un peu honte de ne pas la connaître. Je n'ai même pas pu en profiter ! » Son rire se calma un peu. « Tu écoutais ça toi, la pop coréenne ? Nos groupes sont plus connus que certains de chez vous ! » Elle le taquinait, bien entendu, ne se trouvant pas être une si grande fan que ça.

Quand son immeuble fut en vue, elle le signala d'un geste de la main. Son cœur s'était remis à battre d'une cadence un peu plus soutenue qu'à l'ordinaire. Laissant Koichi trouver une place où se garer, Hyeri attendit un court instant, sans bouger ni rien dire. Puis sa main chercha la sienne, la serrant doucement. Son regard osa enfin se poser sur lui, alors qu'un sourire un peu timide étirait ses lèvres. « Tu... Tu veux monter ? » Hyeri ne laissa rien paraître, mais intérieurement elle se traita d'idiote. Pourquoi fallait-il que son tact lui fasse maintenant défaut ?

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 16 Déc - 20:39 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Savoir situer un pays sur une carte n'avait aucune véritable importance, mais Koichi ne put s'empêcher d'éprouver ce sentiment désagréable de manquer de connaissances par rapport à Hyeri. Elle l'impressionnait depuis le premier jour où ils avaient parlé, elle continuait à le faire. Sans qu'il puisse l'expliquer, il la trouvait différente des autres. Elle avait quelque chose. Quelque chose qu'il ne pouvait définir, et qu'il ne souhaitait surtout pas mettre sur le compte de la décision du robot. Il était parfaitement capable de reconnaître ses sentiments, ses pensées, et Hyeri était parfaite. Malheureusement, trop peu de gens acceptaient de croire en l'efficacité du robot. Il leur dirait.

« La géographie? » Hochant la tête, il sourit pour lui-même. « C'est intéressant ! Tu m'apprendras. »

À ses yeux, il n'était plus question de savoir si leur couple allait fonctionner ou non. Il le ferait. Akai Ito avait confirmé ce qu'ils n'auraient jamais compris, si leurs chemins ne s'étaient jamais croisés. Ils étaient compatibles, parfaitement, même, et il ne souhaitait remettre en doute cette idée. Alors elle lui apprendrait des choses, il lui en apprendrait en retour, s'il en avait l'occasion. Il n'était pas aussi instruit qu'elle, mais il était dans la vie active depuis quelques années déjà. C'était amplement suffisant. Si elle en avait besoin, il l'aiderait.

Le repas, comme le début de la soirée, se passa sans encombre. Petit à petit, l'heure de se séparer arrivait. Il n'en disait rien, mais il aurait souhaité la garder un peu plus longtemps avec lui, lui parler encore, même s'il ne savait pas quoi dire. À part le travail, il n'avait que peu à raconter, et l'idée de parler de Haruto et de Rina avait disparu avec son appétit, à mesure que le repas progressait. Il n'aurait pu être plus heureux qu'au moment où elle lui proposa de la raccompagner.

Vérifiant que l'appareil indiquait la bonne adresse, une fois que la voix de Hyeri avait été reconnue par le GPS, il valida d'une pression du doigt sur la surface tactile, puis démarra le véhicule, prenant tranquillement et prudemment la route. Lui qui n'était jamais anxieux en voiture se sentait étrangement inquiet. Il ne voulait pas faire un mauvais geste, commettre une faute de conduite. Comme si chaque détail avait son importance ce soir. Mais il relativisait: ils étaient faits l'un pour l'autre, de toute façon. Il devait arrêter de paniquer comme il le faisait. L'anecdote de Hyeri l'empêcha de s'inquiéter plus longtemps, lui arrachant un rire. « Ah bon? Qui donc? » Il secoua ensuite la tête. « J'écoutais plutôt la musique japonaise, mais un peu, oui. » Son rire revint finalement, alors qu'il continuait à avancer sur les routes de la capitale. « J'étais super bon danseur à 13 ans, quand ils ont sorti Gannam Sutairu. » Il fronça les sourcils, marquant l'arrêt au feu rouge avant de la regarder. « Comment vous le prononcez d'ailleurs? » Son accent devait être pitoyable. Il n'y avait pas songé avant.

Devant le bâtiment qu'indiquait le GPS, Koichi chercha une place libre pour se garer. Il approchait, le moment de se séparer. Il en avait si peu envie. Silencieusement, il vérifia qu'il n'avait pas déposé la carte qui permettait de faire démarrer le véhicule - ce qui lui arrivait, par habitude depuis qu'il avait dû en changer les piles. Il ne dit rien. Serrant doucement la main de Hyeri dans la sienne, il garda les yeux posés sur elle, légèrement surpris par sa question. « Je... Euh. Oui? Si ça ne te dérange pas, je veux bien. » Il hocha vivement la tête, mais reprit la parole assez rapidement, sans détacher son regard d'elle. « Hyeri? » S'aidant de sa main pour l'attirer vers lui, l'agent se redressa en douceur et approcha son visage de celui de l'étudiante, fermant les yeux au moment où leurs lèvres s'effleurèrent, provoquant finalement le contact. Au bout de secondes bien trop courtes à son goût, il s'éloigna de quelques centimètres, craignant un retour violent. Mais il en avait eu trop envie pour se retenir. « Je t'aime. »
 

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 11 Jan - 15:35 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


Dans la voiture qui les ramenait vers son appartement, Hyeri sentait son cœur battre chaleureusement. Un sourire constant flottait sur ses lèvres, alors qu'elle gardait timidement les yeux tournés vers l'extérieur. Elle se sentait si bien. La présence de Koichi semblait l'apaiser. Ce dîner avait été délicieux, sur tous les plans. Il avait confirmé cette alchimie entre eux. Ils étaient définitivement faits l'un pour l'autre. Une fois encore, Akai Ito prouvait son efficacité. Que des gens doutent encore de la nécessité de cette machine peinait énormément la Coréenne. Mais, un jour, tout le monde comprendrait à quel point cette invention représentait le futur. Et si elle le pouvait, Hyeri souhaitait y contribuer. Avec Koichi, ils formaient un couple parfait. Nul doute qu'ils inspireraient tous les deux de nombreux jeunes gens à suivre leurs pas.

Mais ce soir, elle ne voulait plus penser à tout ça. Non, ce soir, la jeune femme voulait se montrer égoïste. Ne penser qu'à son petit bonheur avec Koichi. De manière frivole, elle lui fit donc part de cette drôle d'anecdote. Son cœur chanta quand son élu rit avec elle, et encore plus quand il semblait réellement intéressé par ce qu'elle racontait. « Hm, je ne sais plus très bien. Il me l'avait dit, pourtant... Ailin ? Quelque chose comme ça. » Hyeri revoyait très bien le regard halluciné du propriétaire. Sur le coup, elle en était resté interdite, sans savoir comment le prendre. Compliment ou pas ? Bon, s'il avait été fan, c'était plutôt bon signe. Peut-être aurait-elle dû se renseigner ? Aujourd'hui, ça la faisait surtout rire, et elle n'y pensait plus vraiment. « Oh, et qu'est-ce que tu écoutais ? » Etait-il aussi fan de ces groupes féminins un peu trop mignons ? La Coréenne leva la main pour couvrir sa bouche alors qu'un rire lui échappait, à l'aveu de Koichi. Bon danseur, vraiment ? Elle ne demandait qu'à voir. Surtout après qu'il ait précisé le titre sur lequel il excellait, plus jeune. Baissant son bras, elle plongea ses yeux dans les siens, alors qu'il se tournait vers elle. Un large sourire aux lèvres qui dévoilaient ses petites dents blanches, Hyeri pencha la tête sur le côté, avant de faire résonner sa voix claire dans l'habitacle. « Gangnam Style. » Ses épaules furent secouées d'un petit rire, avant qu'elle ne reprenne. « J'aimerais beaucoup que tu me montres ça ! » Son ton était taquin, mais elle était on ne pouvait plus sérieuse.

Lorsque le véhicule trouva sa place près de l'immeuble abritant son appartement, Hyeri ressentit un léger pincement au cœur. La soirée avait filé si vite, elle n'en avait pas eu conscience. Jusqu'à maintenant. Elle n'avait pas envie de le voir déjà repartir. Avec son travail à lui et ses études à elle, qui savait quand ils pourraient se revoir. Bien sûr, ils se téléphoneraient, mais ce n'était pas la même chose. Hyeri ressentait le besoin de le voir, de le toucher. C'était peut-être pourquoi sa main se posa sur la sienne, alors qu'elle sentait son cœur battre si rapidement. Et aussi pourquoi elle fit preuve d'audace. Qu'il ne parte pas tout de suite. Elle voulait encore passer un peu de temps avec lui. La jeune femme rit timidement à la réponse obtenue, baissant les yeux vers leurs mains unies. Quand Koichi l'appela doucement par son prénom, elle releva la tête. Son cœur rata un battement, alors qu'elle ferma vivement les yeux, au doux contact de ses lèvres sur les siennes. D'abord surprise, Hyeri ne réagit pas vraiment. Ce ne fut que lorsqu'il s'écarta qu'elle réalisa son trouble. Ses joues prirent une jolie teinte rosée, alors que son cœur fondait de bonheur. « Je t'aime aussi, Koichi. » Se pencha lentement vers lui alors que sa main libre se posait délicatement sur la joue de son élu, Hyeri l'embrassa à son tour, laissant ses lèvres jouer avec les siennes.

Alors qu'elle s'écartait, ses yeux brillants restaient accrochés à ceux de Koichi. Un sourire aux lèvres, elle ne prononça pas un mot, sortant alors prudemment du véhicule. Le contournant prestement, Hyeri le rejoignit, passant son bras sous le sien. Sa main glissa vers la sienne, avant qu'elle ne l'entraîne vers l'entrée de son immeuble, alors qu'elle entremêlait leurs doigts. Dans l'ascenseur, un frisson la poussa à se coller à son élu, posant sa joue contre son épaule. La Coréenne se sentait terriblement bien. Arrivés à son étage, elle indiqua une porte. Chez elle. Quand elle l'ouvrit, un sourire d'une fierté timide étira ses lèvres. « Bienvenue chez moi ! » Se débarrassant de ses escarpins, elle glissa ses pieds dans une paire de pantoufles roses qui juraient un peu avec son élégante robe de soirée. Elle désigna une paire pour invités à Koichi, avant de le précéder dans le grand salon ouvert qui représentait quasiment la moitié de l'appartement. Ce dernier était moderne, avec sa petite cuisine ouverte mais très fonctionnelle. Au fond, trois portes fermées cachaient respectivement, en partant de la gauche : les toilettes, la salle de bain, et la chambre à coucher. Hyeri se tourna vers Koichi, roulant ses lèvres l'une contre l'autre. « Ce n'est pas très grand, mais j'aime beaucoup cet appartement. Viens, installe-toi ! » Lui désignant le canapé, elle lui sourit avec affection. « Tu veux boire quelque chose ? » Hyeri sentait son cœur que ne se calmait pas. Voir Koichi ici la troublait peut-être plus qu'elle ne l'aurait imaginé.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Agent Ishikawa
★★★★☆☆☆☆☆☆
Who are you? : 12.12.1999, cet enfant de décembre est âgé de 26 ans et travaille en tant qu'agent de patrouille Ishikawa gradé

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Kobayashi Koichi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 12 Jan - 23:59 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "

On n’aurait pu décrire l’état de bonheur dans lequel se trouvait Koichi, sans évoquer la longue attente qu’il avait endurée avant d’être promis à Hyeri. Il avait si longtemps hésité, si souvent douté de ce qui allait arriver. Normal, diraient certains, pour une personne dont la vie amoureuse était aussi compliquée. Humain, diraient les autres, car il y avait, dans cette recherche d’une personne à aimer et à protéger, tout ce qui faisait d’un homme une créature sociale. Akai Ito n’était à ses yeux qu’un petit coup de pouce, un marchepied qui devait lui permettre d’embarquer dans le train d’une romance qui n’attendait que lui. C’était finalement arrivé.

Et qu’elle romance ! Son cœur tambourinait comme un idiot à chaque mot qu’elle prononçait, le rouge lui montait aux joues quand il osait dire une bêtise, même la moindre. Koichi se sentait comme un lycéen vivant ses premières amours, si ce n’était plus jeune encore. Depuis combien de temps n’avait-il plus connu pareille ivresse ? Assez longtemps pour qu’elle lui manque, pas assez pour l’oublier. Même si leurs conversations semblaient sommaires, un peu inutiles ou totalement stupides, cela ne changeait rien à ses yeux, tant qu’il était avec elle, qu’elle le bénissait de sa présence, de sa gentillesse et de sa beauté. Être niais, si c’était avec elle, ne le dérangeait pas le moins du monde. N’étaient-ils pas en plein rendez-vous galant ? Même s’il touchait à sa fin, c’en était toujours un.

Pour échapper au stress de la proximité particulière qu’offre un véhicule, Koichi ne manqua pas se continuer la conversation, interrogeant Hyeri sur la personne à qui elle ressemblait supposément. Une certaine Airin. Le nom lui fit froncer les sourcils, ne semblant pas tout à fait inconnu, mais il secoua négativement la tête en allongeant doucement sa lèvre inférieure devant la supérieure. « Ça me dit rien… Faudra vérifier, à l’occasion ! C’est toujours marrant ce genre de choses. » Peut-être ressemblait-il à quelqu’un, lui aussi ? Sa curiosité venait d’être piquée à vif. Mais pas ce soir. Il préférait de loin rester envelopper dans le confort rassurant qu’ils avaient aménagé ensemble. « J’écoutais un peu de tout. » Avoua-t-il après un moment d’intense réflexion, comme si son enfance remontait à longtemps. « Mais j’écoutais un groupe qui s’appelait AAA, quand j’étais plus jeune. Puis ça dépendait de mes humeurs. » L’époque de Kyary Pamyu Pamyu en puissance, c’était son enfance. Cela lui manquait un peu, parfois. À ce moment, tout allait encore bien. Ce temps ne promettait encore rien et ne mentait pas. Il éclata d’un rire léger mais sincère, au commentaire de l’étudiante, accompagnant le sien. « Je te montrerai, si tu veux. Tu ne pourras plus t’en passer après. » Quant à savoir s’il assumait, c’était une toute autre histoire. Pour elle, sans doute le ferait-il.

Garé devant l’immeuble, il ignorait combien de temps il pourrait encore resté. Son cœur se serrait à l’idée de la laisser partir après une soirée qui s’était si joliment passée. Toujours cette peur de ne pas la revoir, qu’elle n’ait été qu’une vague illusion, le fantasme d’une soirée un peu trop imprégnée. Le fruit d’un rêve. Si c’était le cas, il voulait dormir à jamais, qu’on ne l’éveille pas. Était-ce trop demander ? Cette incertitude à l’esprit, il n’avait pu s’empêcher de réagir à son geste, de s’approcher d’elle et de provoquer ce contact qu’il mourrait d’envie d’éprouver. Son cœur au galop frôla la crise ; il s’éloigna en douceur, se séparant à contrecœur des lèvres si douce de sa promise, dont les jumelles regrettaient déjà le départ. Des regrets rapidement pansés par ses paroles, qui eurent vite fait de dévoiler le sourire de l’agent qui peinait à pleinement retrouver son calme. Aurait-il pu rêver mieux que ce chaste échange ? En cet instant, cela lui suffisait amplement.

Remis de ses émotions, Koichi se décida à quitter à son tour le véhicule, s’assurant qu’il était correctement fermé avant d’attendre que Hyeri le rejoigne. Il ne rêvait pas. Tout était bien réel, de la présence de sa charmante élue à leur baiser échangé, presque à la dérobée. Il n’aurait même pas pu se sentir coupable. Il laissa ses doigts combler l’espace des siens alors qu’un léger sourire se formait sur ses lèvres et qu’ils s’engouffraient dans l’ascenseur, puis son regard alla retrouver le visage de Hyeri. Mais les portes s’ouvraient déjà et son cœur ne décélérait pas, s’emballant plus encore à mesure qu’ils approchaient de la porte de l’appartement.

Tout en jetant aux alentours un regard curieux, Koichi enleva ses chaussures et enfila les chaussons qu’on lui indiquait, prêtant attention à chaque détail qui se révélait signe de son intérêt. Il osait à peine s’aventurer à sa suite, mais ne tarda pas à s’avancer dans le salon, appréciant du regard l’appartement dans lequel elle résidait. C’était tellement différent de l’endroit où il vivait, lui. « J’aime bien aussi. » Il était habitué à un endroit plus grand, comme il fallait suffisamment de place pour éduquer un enfant et vivre avec lui, mais celui-ci semblait plus adéquat. À choisir, il aurait parfois préféré vivre seul plutôt que chez lui.  « Tant que tu te sens bien ici, c’est le principal, pas vrai ? » Ses questions lui semblaient si maladroite qui aurait souhaité s’enfermer sous terre plutôt que continuer à les poser, mais il ne souhaitait voir la conversation mourir si bêtement. Il allongea sa lèvre inférieure à cette pensée, puis retrouva le sourire pour lui répondre. « Tu aurais du thé ? Ou du café ? Mais pas tout de suite, on vient d’arriver ! » Riant discrètement, il se demanda s’il était possible de se sentir plus ridicule encore. Ne plus savoir ce qu’il voulait n’était clairement pas dans ses habitudes. Tout ce qu’il voulait, en cet instant, c’était qu’elle reste avec lui un peu plus longtemps, ne pas repartir trop vite. « Tu n’as pas d’animaux ici ? » Une autre question stupide, mais qui se posait. Les étudiants prenaient-ils des bêtes avec eux ? N’ayant jamais été étudiant lui-même, il ne pouvait le savoir. Alors, il se contenta de sourire, comme un idiot trop heureux, en saisissant délicatement les mains de son élue, qu’il tira doucement à sa suite alors qu’il s’installait sur le canapé.
 

— 恋のメロディー—


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Lucky One — The moment I rage like the storm And you stop in my world You are my only one The moment I discover you You shine more radiantly I’ll be the lucky one ; © me'ow



Rainbow Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : hyeri ♦ once upon a december ♦ corée du sud ♦ sciences politiques ♦ féminisme ♦ non à la peine de mort ♦ sauvez les bébés phoques ♦ leader naturel (à peu près) ♦ noona

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
125/200  (125/200)
avatar
Moon Hyeri
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 23 Fév - 23:36 (#)
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
" Can't take my eyes off you "


« J'espère sincèrement qu'elle n'était pas laide ! » Une petite moue déforma les traits de la jeune femme. Si Hyeri savait se montrer modeste, elle possédait tout de même cette fierté de se trouver jolie. Peut-être que c'était parce qu'on lui avait souvent répété. Elle avait bien évidemment fini par y croire, et par le réaliser d'elle-même. Un simple sourire d'elle, et les personnes les plus réticentes acceptait de faire un don à l'association. Une simple petite moue boudeuse, et ses camarades acceptaient de s'inscrire dans Akai Ito. Ce n'était pas très éthique, mais Hyeri se disait que si la nature l'avait gâtée, ce devait être pour une raison. « AAA ! C'est vrai que c'était populaire... J'aimais quelques unes de leurs ballades. » La Coréenne se mit à fredonner aishiteru no ni, aisenai. Elle laissa un rire lui échapper, à la révélation de Koichi. « J'ai tellement envie de le voir, maintenant ! » Son rire résonna dans l'habitacle, se calmant peu à peu. Son regard se perdit dans la Tokyo nocturne. Une chanson qu'elle aimait beaucoup lui revint en mémoire...

Le baiser de Koichi fit s'envoler des dizaines de papillons, au creux de son ventre. Ils étaient déjà arrivés à destination. Son cœur battait si fort, elle avait l'impression de retrouver ses quinze ans, de vivre son premier amour. Le vrai, puisque Akai Ito les avait liés. Son regard empli d'émotion se posa sur son élu. Le seul et unique. Elle n'avait besoin de personne d'autre pour se sentir à ce point heureuse. Un sourire, un nouveau baiser, une déclaration. Elle osa lui demander. Elle ne voulait pas que cette soirée se finisse déjà. Heureuse qu'il accepte de la suivre, Hyeri crut danser en marchant. Son pas était léger, le bras de Koichi la guidait merveilleusement bien. Ils formaient un couple parfait. Qui en doutait ? La jeune femme n'entendait pas les jaloux.

Une fois dans son appartement, Hyeri se retrouva presque timide. Elle espérait que son élu aimerait les lieux. Hochant la tête, elle lui sourit. Elle se sentait très bien ici. Le sourire qu'elle affichait le montrait bien. En réalité, si elle avait été plus audacieuse, la jeune femme lui aurait rétorqué qu'elle souhaitait que lui aussi s'y sente bien. Mais inutile d'aller trop vite. Koichi aurait tout le temps de trouver ses marques. Si c'était chez elle, c'était aussi un peu chez lui, non ? « Tu es sûr ? Tu ne veux rien ? » Hyeri laissa échapper un rire, alors qu'il se saisissait de sa main pour l'attirer contre lui, sur le canapé. « J'ai un chat. Une femelle, mais elle est très timide. Son nom c'est Bae ! » Une amie de sa mère lui avait offert. Madame Lee était si gentille.

Hyeri se blottit contre Koichi, la tête sur son épaule. « Et toi, tu as des animaux ? » Sa main caressa distraitement le torse de son élu. Restant un instant comme ça, la jeune femme pouffant en repensant à l'aveu de ce dernier. Se redressant, elle regarda Koichi bien en face. « Je veux voir ton Gangnam Style ! » Passant ses bras autour du cou du jeune homme, Hyeri sourit à se montrer sans scrupules. On ne demandait sûrement pas une chose pareil à un respectable agent Ishikawa, mais ça lui était égal. C'était son agent à elle. A genoux sur le canapé, elle se pencha pour capturer les lèvres de son élu. « Je la chante, si tu veux. ~ » Son front contre le sien, elle pouffa une nouvelle fois. «  areumdawo sarangseureowo
geurae neo hey geurae baro neo hey
areumdawo sarangseureowo
geurae neo hey geurae baro neo hey
jigeumbuteo gal dekkaji gabolkka
 » Commençant tout bas, son rire balaya bien rapidement le sérieux dans sa voix. « oppan gangnamseutail ! »

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
my memory
그리고 그리고 그려봐
너의 얼굴 너와 걷던 그 거리
모든 게 달라 보였어 •• ALASKA (mamamoo)

Contenu sponsorisé
Message (#)
 
{ Can't take my eyes off you } ft Hyeri
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Summer Davis - Devil behind blue eyes
» Hazel -- Behind Green Eyes .
» Myst eyes
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Beautiful eyes, Beautiful lies... [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Chuo-
Sauter vers: