☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


Partagez | 
 

 1st ☙ Mune Maeshi & Nang Jae Hwan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Agent Ishikawa
★★★★★★★★★★
avatar
Akai Ito
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 9 Fév - 17:59 (#)
1st Date: Maeshi & Jae Hwan

Vous avez tous les deux reçu un message de la part de l'entreprise Dans ce message, les indications sont claires, précises : quelqu'un a été trouvé pour vous et l'on vous donnait rendez-vous le week-end suivant pour la première rencontre. Celle-ci se déroule dans les locaux d'Ishikawa Corporation, dans une salle aménagée comme un café local. Il vous est possible de passer commande pour des boissons. À vous de décider comment vous réagirez lorsque vous verrez qui se trouve devant vous ♥


RÈGLES:

I. Favorisez les messages de moins de 400 mots, on ne va pas compter au mot près, mais n'oubliez pas que ce rp ne doit pas traîner.

II. Le rendez-vous sera abrégé au bout de 2 semaines, s'il n'est pas terminé avant. Merci d'en tenir compte.  

III.Si tu n'es pas en mesure de répondre dans la semaine, n'oublie pas de poster une absence valable et de prévenir ton partenaire et les administrateurs.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 10 Fév - 21:12 (#)
premier rendez-vousfeat. mune maeshi
Après le désastre qu’avait été la soirée organisée par Ishikawa, Jae Hwan ne s’attendait pas à être couplé de si tôt. Du bon côté des choses, ce couplage pourra difficilement être pire que le précédent : certes, voir son nom tiré au sort ne l’enthousiasme pas beaucoup, mais pas au point de souhaiter la mort de ses prétendues âmes sœurs. Si chacun des deux partis repart vivant de ce rendez-vous, ce sera déjà un progrès significatif.

Il soupire tout en se préparant. Peut-être qu’il aurait dû hâter cette idée de plan qu’il avait eue avec Kenshin afin de tromper la machine et s’extraire de son cercle vicieux. Il est trop tard pour cela maintenant. Une part de lui est un peu curieuse malgré tout : sa dernière élue était une jeune étudiante, mais il n’a jamais eu la chance de vraiment tester leur compatibilité. Non pas qu’il en ait ressenti le désir. A quoi doit-il s’attendre aujourd’hui ? Il est peut-être un peu nerveux, aussi. La dernière fois, il n’a pas vraiment eu l’occasion de voir venir quoique ce soit, de se poser de quelconques questions. Cette fois, il ne peut s’empêcher d’imaginer mille et un scénarios, certains plus improbables que d’autres, la plupart finissant de façon assez désastreuse. D'une façon ou d'une autre, il n’y coupera pas.

Il est ponctuel lorsqu’il entre enfin dans la salle indiquée, mais cela n’empêche pas son rendez-vous d’être déjà présent. Et en l’apercevant, il se fige. Sans surprise, son premier réflexe est de prendre la suite. Sauf que ce coup là, il l’a déjà fait, et cette fois il n’est pas tout à fait libre de ses gestes. Pas sans conséquences. Il s’avance lentement, l’air incertain. Face à lui, nul autre que Mune Maeshi, le mannequin-slash-chanteur qu’il a rencontré tout à fait par hasard dans un night club quelques semaines plus tôt, avec qui il a partagé quelques verres, assez pour oser flirter… et déguerpir sans demander son reste avant que les choses ne deviennent sérieuses en réalisant ce qu’il était en train de faire.

Il se pourrait que l’autre homme ait donc des raisons de lui en vouloir un tantinet. Il regarde autour de lui comme pour s’assurer qu’il est bon endroit, qu’il n’y a pas erreur, qu’il ne rêve pas. Ce n’est pas simplement l’énorme coïncidence qui le laisse sceptique, mais le fait que la personne avec qui on l’a couplé… soit un homme. Pour autant qu’il sache, la seule personne dans son entourage à savoir qu’il n’est pas strictement hétéro, c’est Rei. Il n’en a jamais parlé à sa mère, et c’est pourtant bien elle qui l’a inscrit, elle qui a dû renseigner son orientation. Elle est peut-être plus fine qu’il ne le réalisait, mais l’idée qu’elle ait su tout ce temps a quelque chose de terrifiant considérant qu’il a passé tant d’années à renier cette part de lui à cause de nul autre que son père.

Enfin, il avance lentement avant de prendre place face à l’autre et de se racler la gorge maladroitement. Sourire gêné, il se passe une main dans les cheveux. Que dit-on à quelqu’un qu’on a tenté de séduire avant de prendre la poudre d’escampette ?

« Je… je ne m’attendais pas vraiment à ça je dois dire. »

On esquive, bien entendu. C’est ce qu’il fait de mieux.

« Tu n’as pas vraiment le profil de personnes que j’imagine s’inscrire à ce programme. »

Mais lui non plus, après tout. Ne pas juger sur les apparences. Qui sait dans quelles conditions cela s’est fait ?

« J’espère que tout va bien depuis… » Ah, on y vient malgré tout. Il grimace. « …depuis la dernière fois. »


— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Love In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
avatar
Mune Maeshi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 10 Fév - 22:58 (#)



FIRST DATE... OR NOT.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


Il avait reçu la lettre de convocation pour se rendre de nouveau à l'Ishikawa Corporation il y avait quoi, environ une semaine ? Ou deux, peut-être. Maeshi avait pas mal été occupé entre les petites soirées organisées ici ou là, les shootings pour des magazines, les représentations à donner avec son groupe de musique... Le planning de monsieur était plutôt chargé, mais cela ne l'avait pas empêché de songer à ce fameux rendez-vous. Pour lui, cela serait le deuxième. Le premier ne s'était pas mal passé en soi, puisqu'il avait revu la demoiselle une seconde (et dernière) fois. Elle avait ensuite disparu, rentrant chez elle en Corée sans plus donner la moindre nouvelle. Ce n'était pas non plus comme si Maeshi avait fondé de véritables espoirs en cette relation...
Quelle personne serait dans la pièce cette fois-ci ? Etant bisexuel, autant un homme qu'une femme se trouverait là-bas. Lui se moquait bien du sexe de son ou sa partenaire du moment qu'il avait la possibilité de s'amuser. Il ne souhaitait rien de sérieux dans l'immédiat, mais qu'en serait-il de l'autre ? Finalement, il en était venu à se demander pour quelle raison il n'avait pas pris la peine de se désinscrire de cette foutue machine - comme il se plaisait à l'appeler. Et puis, il s'était dit qu'il n'avait pas de raison vraiment valable pour le faire, n'ayant pas non plus envie de dépenser son argent là-dedans. Il maudissait tant ses meilleurs amis dans ces instants !
Quoiqu'il en soit, en arrivant devant l'immense tour que constituait l'établissement, un fin sourire se traça sur les lèvres du chanteur qui terminait sa cigarette avant d'entrer pour la deuxième fois. Le même scénario se répétait et cela avait un air assez déconcertant en fin de compte. Mae se présenta à l'accueil, on lui indiqua l'étage puis la salle dans laquelle il devait patienter. Il fit donc tout cela, remarquant un décor semblable à un café du coin. Remarquant qu'il était le premier arrivé, le japonais partit s'installer et prit un café pour attendre de découvrir le visage de son rendez-vous.
Celui-ci ne se fit pas désirer plus longtemps et le mannequin ne put qu'ouvrir de grands yeux étonnés avant de se mettre à rire sans retenue. Sérieusement ? De toutes les personnes qui vivaient dans la ville, c'était ce fleuriste sur qui il tombait encore ? Clairement, en se remémorant les événements qui s'étaient déroulés entre eux, Mae ne put que penser que c'était une magnifique coïncidence ; manipulé par le destin lui-même, rien que ça. Cependant, il ne paraissait pas être le seul surpris de cette étonnante situation.
Une fois calmé, il adressa un sourire à Jae Hwan qui prenait place en face de lui. Amusé, comme peut-être la première fois où il l'avait rencontré dans un night-club, Maeshi se pencha légèrement vers lui au-dessus de la table.

« Quel profil devrais-je avoir, alors, selon toi ? »

S'il espérait le décontenancer ? Oui, vraiment. On ne pouvait pas dire que la précédente soirée s'était bien terminée pour tout le monde. Jae Hwan avait joué, Maeshi l'avait plus que suivi dans la danse, et puis il était parti. Tout simplement, il avait fui et Maeshi s'était retrouvé là, planté avec son bouquet de fleurs dans les bras. Pathétique et frustrant.
Il se réinstalla sur sa chaise, croisant les bras sur sa poitrine en fixant son interlocuteur de son regard sombre.

« Et toi, est-ce que tu vas bien ? Non, parce que j'imagine que ça n'a pas du être trop pénible d'abandonner un pauvre imbécile derrière toi avec son bouquet de fleurs, ironisa-t-il. Mais merci, je vais bien. Je m'en suis remis. »

Il y avait une forme d'amusement cachée là-derrière... mais bien cachée.
Le mannequin soupira, but une gorgée de son café qui refroidissait avant de reprendre la parole.

« Rien que le fait de me retrouver dans cette salle face à toi me fait penser que nous n'avions bel et bien pas terminé cette soirée dans de bonnes conditions. Tu ne crois pas, Jae Hwan ? »
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 11 Fév - 15:47 (#)
premier rendez-vousfeat. mune maeshi
Dire qu’il est mal à l’aise est un euphémisme. A vrai dire, cela ressemble un peu à une punition du destin, et il doit avouer qu’elle est méritée. Il imagine que Maeshi ne doit pas être habitué à ce qu’on le plante ainsi ; ce serait plutôt le contraire, à en juger les bouquets de fleurs qu’il reçoit. Mais d’un autre côté, il ne se fait pas d’illusions sur le mannequin : son profil, c’est celui du séducteur, qui aime s’amuser mais ne s’attache pas. Ce poisson là lui a peut-être échappé, mais il y en a suffisamment dans la marre - Jae Hwan n’en est qu’un parmi tant d’autres.

Son vis à vis est penché vers lui, et le fleuriste se recule légèrement sur sa chaise : il est évident que Maeshi cherche à le déstabiliser, et malheureusement, cela marche très bien. Il n’est pas difficile de deviner ses points faibles, et leur rencontre en a révélé plus d’un. Il reste un long moment silencieux sans savoir quoi répondre aux propos de son interlocuteur, la note de reproche et de sarcasme dans sa voix, l’insistance de ses mots.

« Je n’ai pas l’habitude de faire ça », lâche-t-il enfin.

Pour s’excuser, s’expliquer, se justifier ? Un peu tout ça à la fois. Quant à ce qu’il veut dire, les sens sont multiples. Il n’a pas l’habitude d’aller dans des night club, de boire et de flirter avec de parfaits inconnus. Cela était suffisamment évident. Il n’a pas l’habitude d’entretenir ce genre de relation avec un homme. Quelques expériences alors qu’il n’était qu’étudiant et qui ne sont jamais allées très loin, étouffées par la honte et la culpabilité. Il n’a pas l’habitude des coups d’un soir. Pas tant par romantisme que parce que ce n’est pas quelque chose qui l’attire spécialement. Il n’a tout simplement pas l’habitude de socialiser, habitué à ne fréquenter qu’un cercle très fermé d’amis. Sur tous ces aspects, Maeshi semble être son parfait opposé. Alors comment expliquer le vertige qu’il a ressenti ce soir là, le sentiment d’être complètement dépassé par les événements ?

En étant honnête avec lui-même, il n’a pas vraiment pensé à ce que l’autre homme avait pu ressentir à cet instant. Il n’imaginait pas qu’il ait pu réagir autrement qu’en haussant les épaules et en partant traquer une autre proie, avec tout au plus un coup porté à son ego. Alors il est un peu surpris par la véhémence de ses propos là où il n’attendait réellement que de l’indifférence, voire du mépris. La culpabilité se fraie un chemin en lui.

« Tu as le profil de l’hédoniste ; du fun, pas de complications. Et je me suis laissé entraîner le temps d’une soirée, mais tout ça, ce n’est pas moi. Et là, ça, tout ce programme et ces histoires d’âmes sœurs, ce n’est pas toi non plus. »

Son réflexe habituel face à une situation conflictuelle : il se ferme, repousse l’autre. C’est purement défensif : s’il ne peut pas fuir, il se replie.

« Je suis désolé. J’ai passé une bonne soirée, mais notre rencontre était une erreur en premier lieu, nous n’avons rien en commun, et je suis certain que tu as pu terminer la soirée en bien meilleure compagnie. Ce système de compatibilité n’a aucun sens. »


— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Love In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
avatar
Mune Maeshi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 11 Fév - 22:26 (#)



FIRST DATE... OR NOT.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


Pour avoir réussi son coup de l'avoir intimidé et déconcerté, c'était plutôt une belle réussite pour le mannequin. Il le vit se reculer sur sa chaise, ne sachant pas totalement où se mettre ni quoi faire... ou quoi dire. Il "n'avait pas l'habitude". Mais pas l'habitude de quoi ? De s'enfuir dès qu'une relation passait un verre ou deux ? Se retrouver dans une même pièce que celui laissé à l'arrière ? Ou bien tenter de se justifier pour quelque chose qui ne possédait pas la moindre explication ?
Maeshi osa un sourire moqueur, amusé de la situation qu'il pensait contrôler du début à la fin. Cependant, il fut plus que surprit lorsque Jae Hwan reprit la parole pour lui asséner qu'il ne pensait qu'à s'amuser et que cette inscription dans la machine ne lui ressemblait pas. Le fleuriste prenait tout ceci pour une vulgaire mascarade et le chanteur ne put s'empêcher de se remettre à rire, de la même manière que lorsqu'il avait vu le garçon entrer dans la pièce quelques minutes plus tôt.

« Tout ceci ne me ressemble pas ? Mais qu'est-ce qui me ressemble, d'après toi, hein ? On ne se connait pas, Jae Hwan. Peut-être que je suis ici pour m'amuser, comme j'ai tant l'habitude de le faire, moi. Peut-être que tu as raison là-dessus, mais une chose est certaine, c'est que je suis capable de faire fasse à mes responsabilité à l'inverse de toi. »

S'il le repoussait, Maeshi reviendrait face à lui pour obtenir de nouvelles paroles, de nouvelles explications qui avaient du sens selon lui. Qui était-il pour lui lâcher que tout ceci ne lui ressemblait pas ? Ils n'étaient que deux étrangers l'un pour l'autre qui avaient à peine partager quelques verres accoudés dans une boîte de nuit. Rien de plus. Et si Jae Hwan ne souhaitait pas avoir affaire avec lui, eh bien, la même porte par laquelle il était entré pouvait s'ouvrir à nouveau.

« Alors pourquoi es-tu là ? Tu me tournes le dos maintenant alors que n'as eu le courage d'aller jusqu'au bout des choses ? Si tu n'as pas envie de continuer tout ça, libre à toi de partir ; enfuis-toi une seconde fois puisque tu sembles si doué pour ça. »

Le mannequin termina son café, se leva simplement sans lui adresser un autre regard et pivota sur ses talons pour retrouver le comptoir et demander un nouveau café. Dans son dos, il sentait le regard de son interlocuteur, mais si celui-ci souhaitait lui adresser la parole de nouveau, il n'aurait qu'à venir le trouver ici. Maeshi était relativement agacé par ce qu'il avait dit à son propos, le trouvant égoïste et lâche. Si le chanteur aimait s'amuser le temps d'une nuit, il allait au moins au bout des événements. Jae Hwan, lui, s'était contenté de rire avant de fuir.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 12 Fév - 0:23 (#)
premier rendez-vousfeat. mune maeshi

Le petit discours de Maeshi fait son effet : s’il l’avait giflé, Jae Hwan l’aurait sûrement mieux pris. La vérité, c’est qu’il ne peut rien nier de tout ça. Il ne sait pas grand-chose de l’homme en face de lui sinon la brève idée qu’il a pu s’en faire le temps d’une soirée dans des circonstances assez particulières. Et voilà, la raison pour laquelle il ne socialise pas : il est trop maladroit pour cela. Il ne sait pas comment se comporter, ce qu’il faut dire ou non, et les quelques rares qui le tolèrent ont surtout appris, parfois à leurs dépends, à quel point les interactions lui étaient compliquées.

Soudainement abandonné, il reste assis là un bon moment sans savoir quoi faire. La tentation de partir, bien sûr, est grande : c’est sa chance après tout. Il s’est présenté, personne ne pourra lui reprocher de ne pas être venu. L’alternative est plus difficile à soutenir. Revenir ? Pour dire quoi, et dans quel but ? Ravaler sa fierté, admettre son erreur, affronter une situation possiblement tendue : autant de choses qu’il tend à fuir. Mais personne n’a jamais dit que le bon choix était facile. Il sait parfaitement combien il peut faire preuve de lâcheté. Partir maintenant ne ferait que donner raison au mannequin, l’enfermer dans un cercle vicieux dont il est seul à pouvoir s’extraire. Mais l’idée de se lever, d’aller le retrouver le tétanise.

Elle n’est pas non plus dépourvue d’attraits, pourtant. Il y a songé, durant les dernières semaines, à chercher un moyen de le recontacter, au moins pour s’expliquer. Ce n’est pas comme s’il avait effacé la soirée de ses souvenirs dès le lendemain. Il n’a pas réellement envie de fermer cette porte définitivement. Et ainsi ses pieds le portent avant que la décision ne soit prise, avant d’avoir pu formuler dans sa tête ce qu’il allait dire. Ce qui explique pourquoi, lorsqu’il rejoint enfin l’autre homme, il reste à nouveau silencieux un moment, les doigts agités sur le comptoir. Au final, les mots sortent tous seuls, se bousculant dans sa bouche :

« C’est vrai, je suis doué pour fuir. Et pour repousser les autres, et rester seul, et ne pas prendre de risques. En revanche, je ne suis pas du tout doué avec les gens. Les relations. Les conflits. Je ne sais pas trouver les bons mots ou adopter les bonnes réactions. » Il exhale lentement. « Et tu as raison, je ne sais pas grand-chose de toi. Je ne sais pas pourquoi tu es là, ou ce que tu attendais de ce rendez-vous. Probablement pas ça. »

Rire nerveux, nouvelle pause. Qu’essayait-il de dire déjà ? Ah, oui.

« Je suis désolé. » Il est sincère cette fois. « Ce n’est pas que… » Il pause, recommence. « Je ne voulais pas… » Les mots sont tellement compliqués. S’il pouvait parler avec un bouquet, les choses seraient plus simples. « J’ai eu un moment de clarté entre deux verres d’alcool, et j’ai pris peur. »

Il ne sait pas comment s’expliquer sans donner le sentiment de s’apitoyer sur son sort, comment parler de l’influence de son père sans avoir le sentiment de dire du mal d’une personne qui n’est plus de ce monde, comment évoquer tous les préjugés profondément enfouis en lui sans être offensant. Alors il ne dit rien de plus, laisse flotter entre eux cette explication qui n’en est pas une même si elle a le mérite d’être honnête. Il n’est pas encore parti malgré tous ses instincts lui criant de prendre la porte, et en soi, c’est déjà beaucoup.



— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Love In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
avatar
Mune Maeshi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 12 Fév - 21:52 (#)



FIRST DATE... OR NOT.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


Le dos tourné à celui qui devait être son nouveau partenaire, Maeshi ne pouvait s'empêcher de penser à toutes les paroles qu'ils venaient de s'échanger l'un l'autre. Pour le coup, la diplomatie était partie bien loin et aucun des deux n'étaient assez intelligent pour poser la première pierre de la réconciliation. A la vérité, le mannequin était blessé des paroles que Jae Hwan avait pu avoir à son égard. Comme il le lui avait dit, il ne le connaissait pas, alors de quel droit s'était-il permis de le juger ? C'était donc de cette façon qu'il était perçu par un inconnu ? Un beau garçon coureur de jupon qui se remettait bien vite d'un échec pour passer à un autre... Finalement, l'image qu'il s'était construite depuis des années fonctionnait bien.
Il soupira, but une gorgée de la nouvelle tasse de café posée devant lui. C'était trop chaud, mais il s'en moquait. Est-ce que le fleuriste viendrait le voir pour lui adresser une nouvelle fois la parole ou bien s'en irait-il tel qu'il le lui avait suggéré ? Tout ceci était compliqué, bien trop compliqué pour le chanteur qui détestait ce genre d'histoire. Cela aurait été bien plus simple s'ils n'avaient pas été tous les deux inscrits dans cette foutue machine et que, par on ne sait quel moyen, ils ne s'étaient pas retrouvés couplés ensemble. Combien étaient-ils dans ce programme ? Parfois, le destin était si particulier.
C'était alors qu'il ressassait tout cela, manquant de peu de déraper sur ses parents ratés, que la voix de Jae Hwan revint jusqu'à ses oreilles. Il venait de le rejoindre près du comptoir où Mae vit les doigts du fleuriste transmettre le malaise général qui régnait dans son corps. Il l'écouta parler, du début à la fin, ne bougeant pas d'un pouce, hochant à peine le visage aux excuses proférées. Il ne comptait pas lui en vouloir, ce n'était pas tout à fait le fait qu'il ait fui qui le dérangeait, mais il ignorait quoi lui répondre dans un premier temps. C'était peut-être bien mieux ainsi, de ne rien dire, n'est-ce pas ?
Et puis il passa une main dans sa chevelure brune, se tournant enfin vers Jae Hwan.

« De quoi est-ce que tu as peur ? De moi ou bien des hommes en règle générale ? Si ça peut te consoler, je veux bien te dire ce dont j'ai moi j'ai peur ; j'ai peur de l'engagement. »

Au moins ils seraient un peu à égalité, non ? Il commanda un autre café pour le proposer à Jae Hwan, lui signalant de s'installer sur le tabouret à côté de lui. Le rendez-vous pouvait reprendre son cours et peut-être se calmer et devenir plus agréable qu'en premier lieu.

« Sinon, je ne sais pas ce que j'attends de ce rendez-vous. C'est le deuxième que j'ai grâce à cette foutue machine. Comment est-ce que tu as été amené à t'y inscrire ? Pour ma part, c'était lors d'une soirée où on a un peu trop bu, mes potes et moi. Ils ont eu l'excellente idée de donner mon nom, » ironisa-t-il.

Finalement, il était peut-être le stéréotype même du type riche, mannequin, qui rêvait d'une autre carrière, qui enchaînait les conquêtes sans se soucier des conséquences. En s'entendant raconter cela à Jae Hwan, il se trouvait aussi pathétique qu'il avait pu sentir l'être dans les propos du jeune homme qui lui faisait face.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 12 Fév - 23:18 (#)
premier rendez-vousfeat. mune maeshi

De quoi a-t-il peur ? Peut-être faudrait-il commencer par ce dont il n’a pas peur, lorsqu’il est question de relations humaines. A tellement se préserver on pourrait croire qu’il a cumulé les mauvaises expériences, alors qu'en vérité ce sont ses ex qui sont à plaindre, pas lui. Il soupire légèrement lorsque Maeshi évoque sa peur de l’engagement. Ils ont au moins une chose en commun.

Le café qui est posé devant lui est comme une invitation, un signe de paix. Ils ont chacun fait un pas vers l’autre en une tentative maladroite de réconciliation. Le soulagement qu’il ressent face à la disparition de cette tension est très réel. Il prend place sur le tabouret, enroule ses mains autour de la tasse fumante, appréciant l’odeur apaisante du café. L’aveu de Maeshi quant à son inscription ne le surprend pas vraiment, mais il n’offre pas de commentaires de peur d’avoir un mot déplacé. En dépit de ses paroles un peu sèches quelques secondes plus tôt, il n’y a de sa part aucun jugement quant à ce mode de vie. Il serait bien mal placé pour critiquer, après tout. Les seules relations qu’il a eues étaient toujours avec des femmes pour lesquelles il n’avait aucun sentiment, et avec le recul il soupçonne que c’est la seule raison pour laquelle il leur a donné leur chance en premier lieu. Pas de craintes que les choses deviennent plus sérieuses. Pas de larmes lorsque la rupture inévitable pointait le bout de son nez.

« C’est ma mère qui m’a inscrit à mon insu, lasse de voir son fils rester éternellement célibataire. Je n’étais pas vraiment ravi. »

Le mot est faible, et le ton de sa voix le laisse clairement entendre. Il vit très bien sa solitude, mais pas son entourage semble-t-il, ce qui est assez ironique en un sens.
Il n’a pas esquivé la première question, mais la réponse à celle-ci est plus facile à formuler. Après une nouvelle pause il finit par ajouter :

« Quant à ce qui m’effraie… les deux. J’ai du mal avec les données inconnues dans ma vie, et présentement tu en es une. Mes relations étaient toujours brèves, sans réelles implications de ma part. Pas de risques d’engagement – j’imagine que tu comprends ça. Et les hommes c’est… compliqué », achève-t-il avec une grimace. Les êtres humains en général, mais particulièrement les individus de sexe masculin. Sujet délicat qu’il ne sait pas comment aborder, alors il ne l’aborde pas.

« Tu dis que c’est ton deuxième rendez-vous… dois-je comprendre que le premier s’est mal passé ? »



— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Love In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
avatar
Mune Maeshi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 15 Fév - 18:25 (#)



FIRST DATE... OR NOT.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


Maeshi n'était pas du genre à se prendre la tête pour des bêtises et malgré le fait que Jae Hwan avait légèrement exagéré les choses, il avait préféré passer à autre chose plutôt que s'éterniser. Néanmoins, il ne manquerait pas de revenir peut-être dessus lors d'une conversation en passant... Quand on touchait à sa personnalité, le jeune homme n'oubliait ni les visages ni les propos tenus.
L'ayant invité à ses côtés pour prendre un café, Maeshi fut plutôt ravi de le voir s'approcher et se hisser sur son tabouret. Le mannequin n'était pas méchant, il ne risquait pas de le manger. Et puis, n'étaient-ils pas dans le même bateau, tous les deux ? Il passa une main dans sa chevelure, posant des questions à son interlocuteur, lui faisant aussi part de ses attentes... qu'il ne connaissait pas lui-même vraiment. Il lui avoua même que sa plus grande peur était l'engagement.
En effet, depuis qu'il était enfant, c'était un sentiment qui lui avait toujours été inconnu. Issu d'une famille aisée financièrement, ses parents n'étaient quasiment jamais là. Il avait été élevé par des nourrices toute son enfance, attendant que ses géniteurs rentrent pour se montrer capricieux et obtenir ce qu'il souhaitait d'eux. Après tout, ils ne lui donnaient pas d'amour, ils pouvaient bien lui offrir des choses matérielles, non ? Et puis bon, bien sûr, en grandissant, il avait reproduit le même schéma.

« Tu n'as jamais eu de relations ? » interrogea-t-il le fleuriste.

En tout cas, la raison que lui donnait Jae Hwan, c'était celle qu'il avait le plus entendu depuis qu'il posait cette question à ses nouvelles rencontres. En revanche, le fleuriste répondit à sa question, lui expliquant un peu mieux pour quelle raison il avait réagi si fort quelques minutes auparavant. Mae se contenta de terminer son second café avant de croiser les bras sur le comptoir, son visage se tournant vers son partenaire.

« Le premier rendez-vous s'est bien passé. Elle s'appelait Yoora, on s'est revu une deuxième fois et puis je n'ai plus eu de nouvelles quand elle est rentrée chez elle, en Corée. Bah, haussa-t-il les épaules, ça ne m'a pas plus attristé que ça. Et toi, premier rendez-vous ? »

Pour le coup, il ignorait s'il devait lui dire qu'il n'était pas vraiment bien tombé. Enfin... inutile de le faire fuir davantage quoique le chanteur était curieux et aimerait en apprendre un peu plus sur le "compliqué" associé au mot "homme" dans la bouche du brun assis près de lui.

« Sinon, quand tu dis que c'est compliqué... C'est pour dire que tu n'as jamais eu l'occasion de te lancer dans une aventure avec un homme ? »

Mae, de son côté, était parfaitement bisexuel et ne possédait pas le moindre complexe à parler de cela - contrairement à la plupart des Japonais. Aussi était-il très intéressé de savoir pourquoi Jae Hwan était là, face à lui, face à un homme, donc. La machine avait détecté une bonne compatibilité entre eux, c'était bien pour une raison, non ?
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 15 Fév - 23:55 (#)
premier rendez-vousfeat. mune maeshi

S’il n’a jamais eu de relations ? Il grimace légèrement. Non, loin de là, et pourtant, c’est tout comme. Toujours le même schéma : une jeune femme qui s’intéresse à lui, il donne son assentiment malgré un manque évident d’intérêt, la relation s’enlise et il ne fait rien pour la sauver, la rupture suit inévitablement. Faire comme tout le monde ne lui a pas réussi : il a fini par accepter qu’il n’avait pas besoin de quelqu’un pour s’épanouir dans la vie. Enfin, est-il épanoui sans, c’est une autre question…

Il hoche la tête, émet un petit « hm » songeur lorsque l’autre évoque sa première expérience avec l’Akai Ito et sa conclusion somme toute décevante. Ce ne devait pas être le coup de foudre, si elle est partie si vite, et Jae Hwan a plus en plus de mal à croire aux miracles de ce programme. Lorsque la question lui est retournée, il se crispe involontairement.

« Pas exactement. Elle… elle est morte. »

Les souvenirs sont flous, et c’est aussi bien ainsi. Il ne tient pas spécialement à ce souvenir de cette soirée désastreuse qui n’a pas vraiment amélioré sa vision d’Ishikawa – bien au contraire. Au moins, il n’a pas eu le temps de la connaître : à ses yeux, c’était une étrangère. Mais cela ne l’empêche pas de repenser parfois à ses yeux brillants ou son teint de jeune fille à peine sortie de l’adolescence, au fait que ses yeux sont à présent éteints et sa peau de plus en plus blême.

Bien évidemment, l’autre homme n’a pas manqué sa réponse des plus évasives au sujet des hommes, et sa question suivante est ciblée. Il est peut-être temps de mettre cartes sur table. A son tour, il se tourne à demi vers son interlocuteur, les mains toujours posées autour de sa tasse. Une façon comme une autre de retenir ses doigts de s’agiter ou de trembler. Ses yeux ne rencontrent pas tout à fait ceux de Maeshi.

« Je sais depuis longtemps que je ne suis pas strictement… hétérosexuel. Mais j’ai grandi dans une famille très traditionnelle. Enfin, surtout mon père. Je suppose que certaines choses sont restées engrainées, je n’ai jamais réussi à passer le pas. » Voilà qui était plus dur à avouer qu’il n’y paraît. « Tu dois être la deuxième personne au monde à qui j’ai confié ça. » Et encore, pas sûr que cela compte lorsque la première personne lui a presque arraché l’aveu des lèvres.

Il s’avachit légèrement sur sa chaise, évite de penser à ce que son père dirait s’il était là, s’il entendait ça. C’est idiot d’être à ce point hanté par un fantôme alors que même de son vivant ils n’avaient jamais été très proches.

« J’ai voulu prétendre que je pouvais faire comme tout le monde, j’ai eu des relations avec des femmes, rarement plus longues qu’un mois. Difficile de trouver la perle rare quand on la fuit, après tout. » Il lâche un petit rire auto-dépréciatif avant de secouer la tête. « Je ne t’en voudrais pas de vouloir à ton tour prendre la porte : entre nous, tu es plutôt mal tombé. »

Il faut l’admettre : les personnes qui traînent leurs doutes et leur peurs comme des boulets à leur pied ne vendent pas vraiment du rêve.



— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Love In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
avatar
Mune Maeshi
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 18 Fév - 17:51 (#)



FIRST DATE... OR NOT.

tomorrow is another day and you won’t have to hide away. you’ll be a man, boy. but for now it’s time to run.


Alors ainsi elle était bel et bien décédée ? Maeshi se souvenait de cette soirée de fin d'année organisée par Ishikawa Corporation. Il avait plus ou moins pris la défense de Jae Hwan, qui avait été accusé de cela. Après toute l'agitation, cela s'était tassé, Maeshi avait pu quitter la réception avec Kenshin, qui l'avait accompagné. Dès lors, il n'avait pas eu davantage d'informations vis-à-vis de cela.

« Je suis désolé », lâcha-t-il simplement.

La conversation ne prit pas ce tournant alors le mannequin ne préféra pas poursuivre là-dessus. Si Jae Hwan décidait de lui en parler plus en détails, il le laisserait faire, en revanche.
Quoiqu'il en soit, le fleuriste finit par lui parler un peu plus de sa sexualité. Le chanteur se tut, l'écoutant en silence en hochant légèrement la tête pour lui montrer qu'il était attentif à ses propos. Apparemment, Maeshi était la seconde personne à qui Jae Hwan osait parler de sa bisexualité refoulée, de son père aussi, très traditionnel.

« Eh bien, fit-il, je ne pensais pas que tu m'apprendrais ce genre de choses. Mais au moins nous sommes quittes, n'est-ce pas ? »

Il lui adressa un sourire, rendant sa tasse vide au serveur de l'autre côté du bar, refusant d'en prendre un troisième. Cela lui suffisait dans l'immédiat sinon il finirait par ne jamais être capable de se reposer ou tenir en place.

« Moi, je suis mal tombé ? rit Maeshi. Ecoute, on verra bien où toute cette histoire va nous emmener. Nous ne sommes peut-être pas mieux l'un que l'autre. »

Il haussa les épaules, réfléchissant un instant avant de reprendre la parole tout en s'étirant les bras au-dessus de sa tête.

« J'imagine que tu n'as pas plus envie que moi de te prendre la tête avec tout ça. J'ai bien entendu ton passé, tu sais aussi que je ne suis pas du genre à m'engager alors faisons simplement comme nous le faisons d'habitude, qu'en penses-tu ? »

C'était le plus aisé dans un premier temps - du moins de ce que pensait Maeshi. S'ils voulaient se revoir, ils n'avaient plus qu'à échanger leur numéro de portable et se contacter quand l'un ou l'autre le désirerait. Ils ne souhaitaient prendre aucune responsabilité entravante, autant se respecter s'accorder du bon temps quand ils le voulaient.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡) le chant des sirènes.
Tokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
Who are you? : fleuriste passionné

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Nang Jae Hwan
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 7 Mar - 16:12 (#)
premier rendez-vous
feat. mune maeshi

En étant honnête avec lui-même, Jae Hwan ne pensait pas non plus révéler ce genre de choses, et il est le premier surpris en entendant les mots qui coulent de sa bouche. Mais il doit bien cette explication à l’autre homme, cette vague esquisse de son passé qui a pourtant tant contribué à faire de lui celui qu’il est aujourd’hui, en perpétuelle lutte avec lui-même.

Sont-ils quittes pour autant ? Il suppose que ce n’est pas à lui d’en juger, mais les paroles de Maeshi lui retirent un poids des épaules. La sincérité paie mieux que la lâcheté, mais elle est son propre débiteur. Là tout de suite, il se sent un peu nu, trop exposé, trop vulnérable, et le sentiment n’est guère plaisant, mais il trouve confort dans l’absence de jugement ou de railleries de l’autre homme.
Plus surprenant encore, ce dernier ne semble fermer aucune porte : il serait aisé pour eux de repartir sur un échange de politesses et la promesse de garder contact sans que ce soit sous la coupelle d’Akai Ito. Refuser net le couplage. D’un autre côté, cela signifierait aussi s’exposer à un nouveau rendez-vous, et dans la mesure où tous deux ont la même vision des choses, la même crainte de s’engager et la même volonté de préserver leur liberté, c’est peut-être aussi bien ainsi. Il n’a pas besoin de se poser la question longtemps pour savoir qu’il aurait pu tomber sur pire, et s’il avait le recul nécessaire il pourrait même s’estimer chanceux. Pour le moment, il se sent surtout confus et dépassé mais en faisant le choix de se tenir ici, il sait instinctivement qu’il a franchi une étape, et pour aujourd’hui, pour le moment, c’est déjà beaucoup.

Il rend faiblement le sourire qu’on lui adresse et acquiesce légèrement, la tasse de café toujours pleine entre ses mains, oubliée malgré la chaleur qu’elle dispense sous ses doigts. "Comme d’habitude." Il ne sait pas à quoi cela renvoie, parce que d’habitude il évite autant que possible les interactions qui sortent du domaine professionnelle et les limite à quelques rares élus, mais habitude est un mot rassurant, routinier, alors il acquiesce une nouvelle fois, de façon plus marquée. Son regard rencontre cette fois celui du mannequin.

« Ça me convient. Pas de complications inutiles. Pas de bouquets de fleurs non plus », ajoute-t-il en faisant allusion à leur rencontre avec un sourire à peine perceptible. « Et pas de lapins. » Même métaphoriques – surtout métaphoriques. Il ne fera pas marche arrière deux fois, pas après en être arrivé là.



— 恋のメロディー—

I say that I won’t touch you. But my fingers are liars. I tell you how I won’t hold you. But my arms are going to hell. I promise I won’t kiss you. But my lips break it. I let you know that I won’t love you. But my heart has no conscience. And no part of me will apologize.
Contenu sponsorisé
Message (#)
 
1st ☙ Mune Maeshi & Nang Jae Hwan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» I'm always here ! [Luxinio]
» Kyung Hei ; as bright as I can shine
» shim aliyyah ✘ belongs to the wild
» Kim Jin Hwan
» (M) Won Jong Jin - Nom Tae Hwan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Tour Ishikawa :: IIème et IIIème Etages-
Sauter vers: