☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


 

 Dance like no tomorrow (+) Fujita Isao

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Mune MaeshiLove In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
avatar
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 2 Juil - 12:18 (#)



DANCE LIKE NO TOMORROW.

Dance, dance, dance, like no tomorrow, we can do right, we can see the light, this is how we fight and we sing a song, listen now and we’re free.


Maeshi ne pouvait pas le nier, il adorait les étrangers, ou plus particulièrement les femmes étrangères. Elles avaient quelque chose de très attirant dans le simple fait qu'elles possédaient des formes plus généreuses que certaines japonaises et puis elles étaient aussi moins timides. Parfois, ce furent des filles qui allèrent auprès du mannequin pour engager la conversation et lui demander s'il était libre pour la soirée. Bien qu'en règle générale les japonais n'agissaient pas de cette manière, Maeshi adorait ce sentiment de pouvoir pleinement s'amuser avec son interlocutrice. Quant aux hommes, puisque le chanteur les aimait aussi, il préférait malgré tout les japonais. Un peu plus timides, réservés, à qui il apprenait presque les bases de la sexualité.
Enfin, la musique continuant de battre son plein, il avait rejoint le petit groupe, faisant preuve de son anglais très japonisé qu'il savait utiliser pour faire craquer plus encore les étrangères. Il avait appris cette langue dans l'espoir, d'un jour, faire une tournée internationale et visiter de nombreux pays qui ne comprenaient pas le japonais. Sa technique sembla bien fonctionner avec deux brunes qui étaient jumelles et il sut à cet instant qu'il n'y aurait pas de jalousie l'une envers l'autre si elles rentraient toutes les deux accompagnées du mannequin. A la suite de ce choix, Maeshi attrapa le regard d'Isao, souriant aux propos qu'il lui donna en jetant un coup d’œil sur les jolies blondes.

« Pas mal du tout ! l'envia-t-il quelques secondes, pour moi ce sont les deux brunes là-bas, des jumelles. »

Ils rirent un cours laps de temps avant de s'éclipser dans les toilettes. Une fois les affaires terminées, Maeshi s'arrêta devant le miroir pour vérifier dans quel état se trouvaient ses cheveux et le léger maquillage dont il s'était doté. Grâce à son travail, il avait fini par être capable de se mettre en valeur sans que cela ne soit trop visible à l’œil nu. Il termina aussi le verre qu'il avait pris une dizaine de minutes plus tôt.

« Comment tu te sens ? Je veux dire, tu sais, quoi. »

Il lui adressa un sourire. Si Maeshi ressentait déjà quelques élans de l'alcool, il ne devait pas moins en demeurer le plus sobre possible pour ne pas laisser Isao sans surveillance. Bon, d'accord, il se gérait très bien tout seul, mais sous le coup d'une certaine assurance, il était aisé de retrouver le bar pour commander une nouvelle boisson. Passant une main sur son visage, il s'appuya contre l'évier, jouant avec son verre vide.

« Je m'en suis toujours voulu de ce qu'il t'est arrivé. La vérité, c'est que j'ai flippé de te voir dans cet état et voir que tous nos autres potes se sont barrés, j'ai pas trouvé ça cool. »

Il ne se souvenait plus s'il le lui avait déjà dit, mais il était certain qu'il n'en avait pas parlé de cette façon, en lui avouant qu'il se sentait clairement coupable.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
Fujita IsaoAgent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 3 Juil - 21:48 (#)

Dance like no tomorrow

ft. Mune Maeshi


« Danser, le meilleur moyen pour attirer toutes les jolies filles. »
Isao se sentait bien dans la discothèque. La musique était toujours très forte mais variée, sur laquelle tout le monde, ou une grande partie, venait danser. Ainsi, Isao avait le choix dans la sélection des filles vers lesquelles il voulait aller danser. Il aimait sentir leur parfum si fort, mais c'était très agréable, surtout quand il y avait aussi beaucoup de sueur qui emplissait les yeux. Et, lui aussi, avait remarqué le petit groupe d'étrangères. Elles avaient des visages plus féminins et matures, des cheveux qui ne ressemblaient en aucun point à ceux des japonaises, en plus de leur couleur blonde, marron, ou encore rousse. Et tout comme son ami, Isao s'était rendu auprès de ces étrangères afin d'en draguer une, voire deux. Et il réussi à séduire deux jolies blondes, des amies. Néanmoins, il ne savait que très peu parler anglais, alors il se débrouillait comme il pouvait; cela faisait rire les deux jeunes femmes qui le trouvèrent davantage mignon. Fier de lui, il retourna voir son ami, un grand sourire aux lèvres. Il lui montra les deux jolies blondes qui l'intéressait beaucoup, et Maeshi montra à son tour deux jolies jumelles.

- C'est le fantasme de beaucoup d'hommes, ça. Tu vas en faire des jaloux s'ils apprenaient ça !

Puis, rapidement, Isao et Maeshi s'en allèrent aux toilettes. Là-bas, la musique était un peu moins forte, mais une forte odeur d'urine et de transpiration se faisait ressentir; c'était assez désagréable. Ainsi, le plus jeune alla donc s'éclipser dans l'une des cabines pour uriner, puis revint ensuite vers son ami, après s'être lavé les mains. Il se passa un peu d'eau sur le visage, puis se mit contre les éviers. Son ami lui demanda comment il se sentait, et Isao répondit presque du tac au tac.

- Ca va. J'ai un peu chaud, mais je tiens le coup. Se ne sont que deux misérables verres, après tout. Mais je ne dirais pas non pour un autre.

Cette phrase le trahissait. Se connaissant, il aurait déjà dit non pour boire. Mais comme Maeshi était là, il se sentait idiot de ne pas l'accompagner. Mais depuis son coma éthylique, Isao se sentait plus fragile face à l'alcool, et ainsi l'alcool lui montait à la tête au bout de deux verres à peine.
Son ami lui fit alors une petite révélation qui le surpris, et Isao fit de grands yeux. Alors son ami s'était inquiété pour lui ? Isao en fut quelque peu touché. Néanmoins, malgré son sourire, une mine légèrement plus triste apparue, et Isao haussa les épaules.

- Alors si tu étais si inquiet, pourquoi n'es-tu pas venu me voir à l'hôpital ? Tu avais honte, c'est ça ? Mis à part mes parents, il n'y a qu'une personne qui est restée avec moi un peu. Heureusement qu'elle était là, d'ailleurs.


code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Mune MaeshiLove In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
avatar
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 15 Juil - 17:10 (#)



DANCE LIKE NO TOMORROW.

Dance, dance, dance, like no tomorrow, we can do right, we can see the light, this is how we fight and we sing a song, listen now and we’re free.


Maeshi n'avait jamais été très doué pour les longs dialogues d'excuses, ou ce genre de choses. D'ordinaire, il agissait sans se préoccuper des conséquences et quand celles-ci venaient à lui en rampant, il se contentait de les balayer d'un simple geste de la main. Parce qu'il pouvait se le permettre et que c'était bien trop aisé pour lui. Tout lui avait toujours été donné sur un plateau en argent, depuis des années. Aujourd'hui, il se confrontait à Isao pour lui dire ce qu'il ressentait depuis que ce dernier avait fait un coma éthylique. Sauf que, visiblement, il ne s'y prenait peut-être pas de la bonne façon.
Alors il soupira, passa une main dans sa chevelure, sentant l'agacement venir le rejoindre. C'était une bonne question ça, pourquoi n'était-il pas venu rendre visite à Isao quand il était à l'hôpital ? Parce qu'il était effrayé à l'idée de faire face à ses agissements. Voilà la seule et unique raison pour laquelle il était resté tapi dans l'ombre, guettant juste la sortie de son ami de l'établissement.

« Tu sais très bien que je ne suis pas capable de faire face à mes conneries. Je fuis toujours quand ça devient un peu trop compliqué à gérer », lâcha-t-il clairement.

Au moins, il était franc à cet instant envers son ami. Il espérait que ce n'était pas trop tard et que cette discussion n'entacherait en rien la relation qu'ils avaient, malgré tout, réussi à conserver au fil des années.

« C'était la première fois qu'un ami finissait dans cet état et, honnêtement, je ne savais pas trop quoi faire. Je n'aurais jamais pensé que ça arrivait aussi dans la réalité, non pas que dans les films. »

Néanmoins, en ce qui le concernait, il continuait de boire et de fumer dès qu'il en avait l'occasion. Tant que cela ne lui arrivait pas à lui, il se sentait un peu comme intouchable, du haut de son piédestal.
Le mannequin se décolla de l'évier pour faire un pas ou deux en direction d'Isao. Que pouvait-il lui dire de plus ? Si son interlocuteur souhaitait obtenir d'autres réponses de sa part, alors il attendait ses questions car cette fois-ci, hors de question de prendre les jambes à son cou. C'était une date à graver au fer blanc.

« Je suis désolé que ça soit arrivé, que ça te soit arrivé à toi, d'accord ? Maintenant, j'ai été l'un des seuls à rester quand ils sont tous partis en courant », ne se gêna-t-il pas pour le lui remémorer.

Parce qu'effectivement il avait ses torts dans toute cette histoire, mais il avait tout de même épaulé Isao quand il était sorti de l'hôpital. Il l'avait attendu pour prendre de ses nouvelles et tenter de renouer une amitié avec lui car c'était une personne avec laquelle Maeshi adorait sortir et prendre du bon temps. Il était même l'un des rares amis qui lui restait de son adolescence.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
Fujita IsaoAgent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 4 Aoû - 11:51 (#)

Dance like no tomorrow

ft. Mune Maeshi


« Danser, le meilleur moyen pour attirer toutes les jolies filles. »
Le jeune homme, toujours accoudé aux éviers des toilettes de la boîte de nuit, avait sans doute répondu un peu sèchement à la question de son ami Maeshi. Mais il lui en voulait un peu de ne pas être allé le voir. Lui qui avait tant besoin de soutien, tant besoin qu'une ou plusieurs personnes soi(en)t la pour lui, ne serait-ce que pour l'écouter et lui tenir compagnie. Il y avait eut cette jeune femme présente à la soirée, mais avec tout cet alcool dans le crâne, son nom ne lui revint pas en mémoire. Mais il lui en était vraiment très reconnaissant d'avoir fait une telle chose; alors qu'ils ne se connaissaient pas. Néanmoins, il écouta le mannequin s'expliquer, expliquer le pourquoi de cette absence. Isao ne put qu'hocher la tête, car il savait très bien comment se comportait son ami. Mais Isao trouvait une pointe d'égoïsme dans son acte. Jusqu'à quand parviendrait-il à fuir ses problèmes et ses responsabilités ? Mais pour ne pas l'irriter, il garda ses pensées pour lui.

- Je le sais parfaitement, je te connais bien. Mais tu sais, les films sont toujours inspirés de faits réels.

Il haussa les épaules et lâcha un petit soupir. Il ne savait trop comment s'y prendre et le lui faire comprendre. Mais il avait raison sur un point, sur le fait de ne pas savoir comment s'y prendre. Isao n'aurait pas su non plus, mais il se serait sans doute déplacé pour aller voir la personne en question, histoire de prendre des nouvelles. Mais Isao était comme ça, lui. D'un côté, son accident lui a ouvert les yeux, et Maeshi ne tarda pas à en rajouter une couche; Isao hocha la tête, mais en soupirant un peu.

- Tu veux que je te remercie pour avoir fait ça, peut-être ? C'est pas mon genre. Mais... Heureusement que tu es toujours là, aujourd'hui...

Il regarda ailleurs, se mordillant la lèvre inférieure. Il croisa les bras sur son torse, se calant contre le mur. Il restait face à Maeshi, puis ses yeux se posèrent à nouveau sur lui. Il se mit à réfléchir quelques secondes dessus, puis lui adressa un petit sourire. C'était sans doute à son tour de se confier un peu.

- Tu as toujours été comme un grand frère pour moi, celui que je n'ai jamais eu. Je t'ai toujours un peu envié et admiré, c'est vrai. Je voulais faire comme toi, parce que les choses t'ont toujours bien réussi. Mais lorsque tu n'es pas venu me voir à l'hôpital, lorsque je touchais le fond, j'étais pas bien. Je voulais vraiment me confier à quelqu'un et surtout parler. Je voulais te voir toi, Maeshi. Mais j'ai eu qu'elle, et mes parents qui m'ont jeté tous leur dévolu et leur colère. Je t'en ai vraiment voulu pour ça, au début.

Les aveux étaient faits, désormais.


code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Mune MaeshiLove In Progress
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
avatar
Who are you? : Mannequin et chanteur dans le groupe Amhert de VK.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
100/150  (100/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 8 Aoû - 18:15 (#)



DANCE LIKE NO TOMORROW.

Dance, dance, dance, like no tomorrow, we can do right, we can see the light, this is how we fight and we sing a song, listen now and we’re free.


Clairement, Maeshi était mal à l'aise et c'était des situations qui n'arrivaient que rarement dans sa vie. Il était plutôt celui qui mettait les autres mal à l'aise ou bien qui parvenait à s'en tirer sans trop de dommages collatéraux. Là, pour le coup, c'était lui qui avait lancé cette conversation, sans doute sous la couverture de l'alcool qui coulait dans ses veines. Le bruit de la musique se répercutait entre les quatre murs des toilettes, l'ambiance n'était clairement pas propices aux aveux, mais c'était trop tard pour revenir en arrière.

« Je ne veux pas que tu me remercies, lâcha le mannequin. Je sais que j'ai foiré, que j'ai été sûrement plus lâche que tous les autres, mais j'ai essayé de revenir vers toi, vraiment. Plusieurs fois j'ai voulu venir te rendre visite à l'hôpital, mais j'en étais incapable. »

Il se souvint d'avoir essayé, d'être venu jusque devant le bâtiment, devant même la chambre de son ami, mais il n'avait jamais pu pousser la porte pour se présenter à lui. La culpabilité, la peur, la lâcheté... Tout ces sentiments l'avaient littéralement cloué sur place et il n'avait pas pu agir autrement. Aujourd'hui, pour en parler ainsi à Isao, c'était les regrets qui prenaient le plus de place dans son esprit. Mais qu'est-ce qu'ils pouvaient bien y faire ?
Maeshi passa une main devant ses yeux, fatigué, épuisé par les propos que lui envoyait son interlocuteur. Mais que pouvait-il répondre ? Isao avait raison du début à la fin et le chanteur ne le démentirait pas. Il se sentait fier en l'entendant lui dire qu'il avait été comme un frère pour lui, un modèle en quelque sorte ; mais si déçu de sa personne pour l'avoir abandonné à son coma, à son propre abandon de sa famille.

« J'ai bien conscience de tout ça, et c'est pour ça que je suis revenu, après. C'est pour ça que j'essaie de faire de mon mieux aujourd'hui pour veiller sur toi et que tout ça ne recommence pas. Je ne peux pas imaginer tout ce que tu as du vivre et je m'en excuse vraiment. Je sais que mes excuses ne servent pas à grand-chose, ça ne veut rien dire comme ça, mais elles sont sincères. »

Il soutenait son regard afin de lui prouver qu'il ne racontait pas n'importe quoi et qu'il n'avait pas honte d'être un lâche. Bien sûr, il ne pouvait pas imaginer les réactions d'Isao, mais il lui avait dit l'essentiel.

« J'ai merdé à cette époque alors j'essaie d'être meilleur à présent, ajouta-t-il en un sourire gêné. Je comprendrais si tu veux que la soirée s'arrête là. »

Ses pupilles sombres se relevèrent en direction de son ami. L'ambiance était particulière, plutôt stressante même à vrai dire pour le chanteur, mais il laissait les cartes dans les mains d'Isao pour le moment.
love.disaster

— 恋のメロディー—

until the love runs out
the same smile every day, the sirens calling away, this mean so much more. the floating boat is carrying me, and i can live my story differently. (⚡️) le chant des sirènes.
Fujita IsaoAgent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 17 Aoû - 12:12 (#)

Dance like no tomorrow

ft. Mune Maeshi


« Danser, le meilleur moyen pour attirer toutes les jolies filles. »
C'était bel et bien la première fois qu'Isao se confiait et s'avouer ainsi à son ainé; il en avait même les joues rougies car il avait un peu honte de lui avoir dit tout ça. Mais il lui en voulait, aussi. Il lui en voulait car la seule personne qu'il voulait voir après son coma éthylique, c'était lui. La seule personne avec qui il voulait parler, ou même juste voir, c'était lui. Il avait besoin de son "grand frère", de son mentor, de celui qui l'avait plongé dans le monde des déviances et des vices. Il avait été encore jeune, mais aux côtés de Maeshi, Isao pensait qu'il ne lui arriverait rien. Et lorsqu'il s'était retrouvé dans un lit d'hôpital, il voulut des explications. Il ne comprenait pas pourquoi cela lui était arrivé, lui qui se pensait invincible. Le jeune homme était devenu faible, se rendant compte désormais qu'il n'avait jamais été si fort qu'il le prétendait être. Il n'était que misérable, pathétique, un pauvre gamin qui avait déjà bien touché à l'alcool et qui en était amoché. Il avait finit par devenir un rescapé.
Il écouta les propos du plus vieux, et haussa les épaules. Isao ne comprenait plus. Maeshi lui faisait bien comprendre que lui, à l'instar de tous ces soit-disant autres amis, était l'un des rares à être resté et l'avoir accompagné après l'accident. Il le disait d'une telle façon qu'il fallait que ce soit à Isao de le remercier. Et maintenant, il ne voulait plus qu'on le remercie. Le plus jeune soupira un peu, se demandant à quoi jouait son ami. Et il ne répondit rien, attendant et écouta ce que celui-ci avait à dire. Si l'heure en était venue aux explications, Isao voudrait tout savoir, du début à la fin. Pendant plusieurs années ils ne s'étaient jamais reparlés de l'accident, jamais de ce qu'il s'était passé juste après, durant le séjour à l'hôpital. Et voila que maintenant Maeshi posait les cartes sur la table pour bien remémorer ce mauvais épisode de la jeune vie d’insouciance d'Isao. Mais tout était passé désormais, et personne ne pouvait y changer quoi que ce soit.

- Je te pardonne. Je t'ai pardonné depuis longtemps, Maeshi. C'est de l'histoire ancienne, et je suis quand même bien content que tu sois là, et encore présent ce soir. Je ne sais pas ce que je ferais sans toi, aujourd'hui, même si on s'est un peu perdu de vue à cause du boulot. Et en aucun cas je ne veux que cette soirée se termine maintenant. On s'amusait bien. Mais si tu veux, on peut aller prendre un peu l'air. Cette musique commence à me donner un mal de crâne; déjà que j'ai super chaud ici.

Plus fragile qu'avant à cause de l'alcool, Isao ne tenait presque plus la boisson. Avec tous ces aveux qui venaient d'être dits entre les deux hommes, Isao n'était plus d'humeur à aller finir la soirée dans un hôtel avec les deux filles étrangères. En effet, cette discussion lui donna un petit coup de mou, un petit coup de blues. Il préférait maintenant sortir et profiter du silence des rues de Tokyo pour respirer et réfléchir un peu.


code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Contenu sponsorisé
Message (#)
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» • I hope that tomorrow will be better
» FREYA&LOGAN → tomorrow belongs to me
» elyas. † tomorrow may not be better. (terminé)
» Makuro Fujita
» emmett ♦ if I disappeared tomorrow, the universe wouldn't really notice
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Chuo :: Nightclub "Diamond Roses"-