☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


Partagez | 
 

 Un problème de Tai |#| Yuna&Rena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 12 Fév - 0:51 (#)
Rena éprouvait à l’égard de l’université un mépris sans égal. Elle trouvait ceux qui s’y rendaient ridiculement hautains, prétentieux et sans aucune opinion, et elle ne comprenait pas leur intérêt pour un endroit qui ne cherchait qu’à remplir la tête des étudiants de bêtises sans nom. La politique, l’économie. À quoi cela servait-il ? Qui pouvait avoir envie, un beau matin, d’aller étudier pour obtenir un diplôme qui, au bout du compte, ne mènerait à rien de plus que des heures de travail atroce ? Sa situation lui plaisait davantage, ou tout du moins avait-ce été le cas pendant de longues années, avant qu’elle ne croise malencontreusement le chemin de ce très cher Taisuke.

Elle ne comprenait pas exactement ce qu’il se passait avec lui. Dans ses plans du départ, tout semblait si parfait, pourtant. Elle le charmait un peu, profitait de sa gentillesse et de sa bonté, s’il en avait, et s’en allait comme elle était venue. Combien de fois avait-elle fonctionné de cette façon ? Combien d’hommes étaient, les uns après les autres, tombés dans son filet ? Ça ne marchait pas avec lui. Premièrement à cause d’Ishikawa, dont le contrat coûtait cher à rompre ; deuxièmement, à cause d’elle-même. Elle s’était, en quelque sorte, habituée à le voir, à lui parler, à subir son comportement, au point d’en oublier ses propres problèmes. Un remplissage qui, parfois, possédait des avantages.

Mais certains jours, cela n’était pas suffisant. Elle réfléchissait beaucoup. Taisuke était un homme particulièrement charmant. Son corps était à se damner, et elle avait déjà pu en juger. Là n’était pas la question. S’il avait été un peu moins autoritaire, elle aurait parfaitement pu l’écouter. Enfin, pendant un petit temps. Pourquoi fallait-il qu’il en demande autant ?
Et elle ? Pourquoi l’écoutait-elle, alors qu’elle aurait pu fuir, comme elle l’avait si souvent fait auparavant ? Ce contrat ne le menottait pas à lui, après tout.

Alors qu’elle posait les pieds sur le campus de l’université où il étudiait, un profond soupir s’arracha aux lèvres de la demoiselle, à la fois par agacement et par inconfort, dans les nouvelles chaussures qu’elle s’était achetées. Les dernières, elle se l’était promis. Elle n’avait pas encore reçu la paie du mois précédent et, si elle souhaitait payer son loyer en temps et en heure, il lui fallait faire de sérieuses économies vers la fin du mois. Quelques kilogrammes ne lui manqueraient pas, si jamais elle venait à manquer d’argent.

La démarche aussi assurée qu’elle le pouvait, Rena se fraya un chemin parmi les quelques étudiants qui se trouvaient là, laissant traîner les yeux sur un derrière ou l’autre – même s’ils étaient chacun moins intéressant que celui de Taisuke, une pensée qu’elle n’avait pas envie d’admettre, mais qu’elle ne pouvait empêcher – en bombant la poitrine de fierté. Elle était arrivée, désormais ; il ne restait qu’à attendre.

Attendre ? Mais combien de temps ? Elle consulta son portable au bout d’une dizaine de longues minutes, réalisant que son rendez-vous était en retard. Un véritable malheur. En étant autoritaire, il aurait au moins pu être ponctuel. Elle trouverait un moyen de faire payer ce bel idiot, un jour ou l’autre. Enfin, sans trop l’énerver, évidemment.

Son regard s’arrêta finalement sur une silhouette, à quelques pas d’elle. Voilà l’occasion rêvée de sympathiser avec l’ennemi. Enfin, si elle pouvait l’appeler ainsi. Un large sourire étira ses lèvres soigneusement maquillées et, alors qu’elle agitait doucement la main, elle s’approcha de la jeune femme qu’elle avait reconnue.
Ce n’était nulle autre que Yuna, la sœur de son très cher élu.

« Bonjour ! Comment est-ce que tu vas ? Tu ne saurais pas où est ton frère, par hasard ? »

Pas que ça l’inquiétait vraiment. Enfin… Un peu quand même.
Invité
avatar
Invité
MessageLun 13 Fév - 21:47 (#)
Quand on a une passion, il faut savoir en exploiter le meilleur pour en vivre. La vie est plus amusante lorsque l’on vit de ce que l’on apprécie et quand on découvre toujours de nouvelle chose en lien avec cette passion. Pour ma part la photographie m’a beaucoup aidé, elle m’a aidé à m’exprimer lorsque je ne le pouvais pas quand je venais d’arriver au japon. Heureusement, mon frère me comprend et me soutien.

J’ai donc choisi un cursus universitaire à la hauteur de mes attentes et proche de mon frère. Même si je dois voyager, je veux pouvoir côtoyer Taisuke au maximum. Je rêve d’évasion, d’aventure et d’amour comme toute personne de mon âge je pense. Mais la réalité nous rattrape toujours bien vite, surtout lorsque je vois mon frère dépérir au fil du temps. Il ne me le montre pas mais je sais qu’il souffre et j’en connais les raisons. Il y en a plusieurs ? Oh oui et l’une d’elle est venimeuse.

Premièrement, il y a cette foutue machine qui couple les gens en leurs disant qu’ils sont âme sœur. Sérieusement ? Sur quoi se base-t-il pour dire que deux parfaits inconnus sont faits l’un pour l’autre ? Ce que je ne pige pas c’est encore pourquoi mon frère s’est laissé berner par ces foutaises. Mais bon chacun ses erreurs non ? En plus, je suis sûr que l’on peut toujours le désinscrire. C’est couteux mais on peut y arriver !

Deuxièmement et le point le plus noir…le venin ! L’être le plus venimeux de mon entourage qui pollue l’air de mon frère qui étouffe à petit feu à ses côtés. Je pourrais la comparer à la veuve noire mais ce serait trop sympa pour elle. Oui, je parle de la partenaire tout désigné Rena. Un concentrer d’hypocrisie et de faux semblant, je ne peux pas me l’encadrer bien que pour mon frère je fais un peu d’effort…quoique en fait non ! Je le vois comme une épine que je dois ôter de mon pied pour continuer ma route et en ce moment elle me gêne. D’ailleurs quand on parle du loup…la voilà qui débarque à l’université a la recherche de mon frère. Comme c’est gentil à elle de me présenter ses salutations.

-Qu’est-ce que tu lui veux à mon frère ? Tu ne peux pas le laisser vivre ?

Bonjour ? Nan, ça me brulerait la langue et je sais que ce n’est même pas la peine de lui répondre que j’irais mieux si elle n’était pas dans mon champ de vision, mais bon elle le sait. En plus, qu’est-ce qu’elle s’en fou de savoir comment je vais…je veux vraiment savoir ce qu’elle lui veut à mon frère, pourquoi elle ne le laisse pas tranquille ? Rompre le lien ? Je pige pas, pourtant elle ne l’aime pas…
Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 14 Fév - 20:02 (#)
Ce n’était pas si compliqué, quand elle y pensait. Elle n’avait qu’à sourire, faire la belle et donner l’impression que tout allait bien, même si ce n’était pas le cas. Cela faisait des années qu’elle fonctionnait de cette façon, enchaînant les faux semblants et les sourires de façade, même lorsqu’elle n’avait pas le cœur léger. Maintenant, elle n’y arrivait plus aussi simplement, il fallait qu’elle se force, parce se savait prise à son propre piège et seule responsable, même si elle refusait de l’admettre. Comment avait-elle pu se laisser avoir si facilement ; Penser que ce robot lui apporterait l’argent dont elle avait besoin ? Elle avait omis la possibilité que l’homme sur lequel elle tomberait parvienne à la contrôler, d’une façon ou d’une autre. Elle regrettait cette inscription plus que toutes ses précédentes décisions.

Pourtant, malgré tous ces regrets, elle s’était finalement habituée à la présence de Taisuke, bien qu’il soit ennuyeux à mourir. Il comblait le vide qu’elle avait volontairement créé, celui qu’elle ne souhaitait jamais remplir. Pour une pauvre fille comme elle, incapable de subvenir à ses propres besoins tant son travail était misérable, un garçon comme Taisuke devenait vite indispensable. Encore une règle à laquelle elle n’avait pu échapper ; celle de la demoiselle en détresse. Elle détestait se rendre compte qu’elle avait besoin de lui. Que, pour une fois dans sa courte et misérable existence parasitaire, elle avait besoin de l’aide d’une personne extérieure, et, surtout, qu’elle ne pouvait pas s’en passer.

Évidemment, si elle continuait à le fréquenter, il fallait qu’elle accepte sa famille également. Et par famille, on entendait ici Yuna, la charmante sœur de son élu qui, elle l’avait rapidement compris, ne la portait guère dans son cœur. Une affection que la vendeuse de bonbons lui rendait bien. À ses yeux, Yuna était un obstacle auquel il fallait s’accommoder, mais également une personne à convaincre pour pouvoir rester aux côtés de Taisuke aussi longtemps que c’était nécessaire. L’enjeu était grand, et si elle avait pendant les premières semaines de leur « relation » considéré que la jeune femme n’était qu’une personne sans importance, elle avait rapidement compris qu’il était impératif qu’elle soit de son côté pour que tout fonctionne. Chose qui, hélas, n’était pas gagnée. Pas du tout, même, comme le prouva la réponse qu’elle obtint après avoir salué la jeune étudiante.

« Hm… Ton frère m’a demandé de venir le voir ici, c’est lui qui m’a donné ce rendez-vous. » rétorqua-t-elle en retenant son indignation. Pourquoi serait-elle volontairement allée à l’université autrement ? Pour apprendre ? La bonne affaire ! Yuna aurait mieux faire de brancher ses neurones avant de lui poser une question aussi stupide. D’ailleurs, les bras croisés sous sa poitrine, Rena se permit de l’observer un instant, un soupir déchirant finalement ses lèvres.

« Alors, tu sais où il est ? Oh, et tu aurais au moins pu répondre à ma question, même si tu ne m’aimes pas. »

L’hôpital se moquait de la charité, et allègrement en plus de ça. Elle n’était pas moins hostile à l’égard de Yuna que cette dernière, mais elle avait mieux à faire que se livrer à de petites chamailleries sans importance. Non, elle ne pouvait laisser Taisuke tranquille et, au fond d’elle-même, elle n’en avait pas envie. Qui pouvait prédire ce qui allait se passer s’ils pouvaient un jour être séparés ?
Invité
avatar
Invité
MessageSam 11 Mar - 22:24 (#)
Décidément je ne la supporte pas et respirer le même qu’elle me donne presque la nausée. Mon frère l’invité ? J’avais pratiquement envie de lui cracher dessus que c’était pour mieux la larguer en public.

Malheureusement, ce n’est pas le genre de mon ainé. Il n’aime pas se faire remarquer et préférera parler de cela en privée. Alors pourquoi l’invité ? Pas pour un rendez-vous en tout cas…ça sent mauvais !

Mais soit, rendez-vous si elle l’espère, tant mieux pour elle, qu’elle en profite ça ne va pas durer. Je ne compte même pas le nombre de fois où je l’ai tué dans mes rêves et surtout la manière. Ça varie du plus doux quand je suis d’humeur gentille au plus gore quand je suis énervée. C’est une cible facile après tout, elle gâche la vie de mon frère alors je me permets de gâcher la sienne. C’est équitable je trouve.

Elle me repose la question de manière un peu plus venimeux, n’aimant certainement pas l’endroit où elle se trouve. Après tout, on se sent vite mal à l’aise quand on a l’intellect aussi grand qu’une huitre. Décevant…et elle croit qu’elle peut avoir mon frère avec une tel incompétence ? Mais ma pauvre si elle savait, dans mon pays natal elle serait déjà morte…ou prostitué pour les soldats du chef d’états au choix. Mais sa dernière remarque me fait sourire en coin.

- Au moins tu es au courant de mon ressenti à ton égard ! Je vais pas gâcher ma salive pour toi et surtout mon temps alors bonne recherche car je ne sais pas où est mon frère….

Je commence à la contourner et m’arrête au niveau de son épaule en émettant un petit rire amusé.

- De plus tu sais très bien que même si je le savais je ne te le dirais pas !

Je continue de rire et poursuit mon chemin, j’ai fini ma journée et je ne rêve que d’une chose…rentrée, mais je sais que c’est pas fini. Elle est aussi têtue et chiante que moi. Je m’attends à ce qu’elle me rattrape à tout moment laissant mon frère de côté. Ce n’est pas plus mal, si elle oublie mon frère ou qu’elle arrive en retard cela fera encore une ombre de plus au tableau. Tae Jun déteste les personnes la non-ponctualité.
Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 28 Mar - 0:24 (#)
L’hostilité dont faisait preuve Yuna n’était qu’un insecte sur son pare-brise. Pour qui se prenait-elle, à lui parler comme si elle était la dernière des vauriennes ? Pauvre petite fille, trop occupée à parler des autres pour constater qu’elle était celle qui posait problème. Était-il à ce point difficile de répondre à une question qu’on lui posait ? Peut-être aurait-elle dû employer une autre langue, un dialecte ? Des insultes, en dernier recours ? Rena se contenta de l’observer en silence et laissa échapper un profond soupir quand elle reprit la parole. Yuna méritait la médaille de la maturité.

« Parfait, je n’ai pas besoin de toi pour le trouver, de toute façon. »

Elle prononça ces mots en glissant sur son épaule une longue mèche de cheveux qui la dérangeait. Avaient-elles terminé ce petit jeu stupide, désormais ? Si la chère sœur de Taisuke n’avait pas envie de la voir plus longtemps, alors elle n’avait qu’à partir, car elle ne bougerait pas, elle ! Ses lèvres se déformèrent en une grimace de dégoût et elle s’éloigna de l’étudiante, sortant son téléphone pour envoyer un message au principal intéressé, Taisuke lui-même, afin de lui demander où il se trouvait.

Rares étaient les occasions où l’on avait osé s’adresser à elle comme Yuna venait de le faire, et Rena supportait très mal qu’on lui parle de cette manière. De quel droit se permettait-elle d’être aussi peu polie ? On ne lui faisait pas ça ; pas à elle, Ishioka Rena ! D’une façon ou d’une autre, elle parviendrait à se venger de l’affront qui venait d’être commis. Enfin, ça, c’est ce qu’elle imaginait en traversant les couloirs de l’université, à la recherche de celui qu’elle était venue retrouver, à sa demande. Depuis quand était-elle devenue une fille faible et dépendante des autres ? D’un homme, de surcroît ? Quelque chose n’allait pas.

hrp: désoléééée, ça aura été le rp le plus court du monde, mais vu le caractère de Rena et les réponses de Yuna, je ne la voyais pas s'acharner ! ;;
Contenu sponsorisé
Message (#)
 
Un problème de Tai |#| Yuna&Rena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les mailles brunies du Rohan - problème de traduction
» [problème] fraps et adobe ne marche pas ensemble, normal ?
» Problème Ripway
» « Le problème d’Haïti ce n’est pas le tremblement de terre. Ce n’est pas l’argen
» Problème forumactif

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Bunkyô :: Tōdai-
Sauter vers: