☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


Partagez | 
 

 (Rena) Allez, circule avant que j'te bouscule…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 31 Mar - 18:50 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


Il y a des jours avec et des jours sans. Aujourd’hui c’est un jour sans. Kaori a passé une journée sans. Elle n’a pas arrêté d’enchaîner les tuiles qui ont mis ses nerfs et sa patience à rude épreuve. Elle a commencé la journée en restant bloquée dans les transports en commun le matin. Puis dans l’ascenseur de la tour Ishikawa. La journée a continué avec un dérangement internet et un clavier ayant rendu l’âme – triste pour une informaticienne – rendant même le boulot difficile et laborieux. Pour finir, elle s’est retrouvée coincée dans une file d’attente interminable pour acheter un livre dans une boutique de Bunkyo. La jeune femme termine sa journée épique par un arrêt dans une épicerie non loin pour acheter de quoi survivre à la fin de la semaine. Elle se demande bien ce qu’on lui réserve cette fois. Kaori est rarement de mauvaise humeur. Elle ne se souvient que trop des dégâts que la mauvaise humeur peuvent faire sur la vie des autres. Elle n’apprécie que trop la joie d’un sourire qui illumine tout une journée. Mais là, il faut bien avouer que c’est beaucoup pour une seule personne en une seule journée. Pourtant, elle s’arrête quand même dans l’épicerie parce qu’il faut bien manger. Et elle prie silencieusement toute instance supérieure qui semble en colère contre elle aujourd’hui en s’excusant de ce qu’elle a pu faire de mal et d’offensant pour qu’enfin la chance lui revienne.

Elle va de rayon en rayon, remplissant son petit panier de divers aliments. Riz. Ramens. Un peu de viande pour accompagner. Du poisson. Des algues. Des pockys. Du gingembre. Des pockys encore. Champignons. Thé. Tofu. Bref, de quoi manger. Elle aime bien faire les courses la jeune femme. Ça la détend. Elle sourit un peu plus du coup, s’apaisant au fur et à mesure qu’elle va et vient dans le magasin. Elle complète ses courses de quelques épices puis se dirige vers la caisse. Il n’y a pas grand monde. Peut-être bien qu’enfin, quelqu’un a entendu ses prières et qu’elle va pouvoir passer très vite et rentrer chez elle pour lire ce livre. Elle sourit donc. Mais voilà, de toute évidence, ça ne va pas être le cas. Alors que deux clients sont passés, il y a comme un blocage devant elle. C’est une autre femme. Qui semble un peu plus jeune que moi, mais surement pas de beaucoup. Elle se penche un peu, pour écouter d’une oreille distraite tout en regardant un rayon d’un regard tout aussi distrait. Puis finalement, elle se tourne à nouveau pour voir si la situation s’est arrangée. La caissière ne semble pas vraiment irritée mais elle a surement eu une longue journée et il se peut qu’elle ne soit pas patiente très longtemps. Et le client derrière Kaori commence également à s’impatienter. Mais Kaori ne veut pas encore s’énerver, elle voudrait juste finir cette longue journée tranquillement devant un thé et un gâteau. Ou dans un parc à profiter du grand air avant de rentrer chez elle.

Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 3 Avr - 19:56 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Comment, paiement non accepté ? Les yeux ronds de Rena se posèrent sur la vendeuse pour lui demander d’essayer une nouvelle fois. Sa machine devait avoir un problème, ce n’était pas possible autrement. Elle avait vérifié en début de semaine si elle disposait d’assez d’argent sur son compte, après que ce crétin de Yu Jin ait accepté de la payer. Ce qu’elle avait oublié, c’est que, depuis, elle avait dû payer son loyer, ainsi que le retard qu’elle avait accumulé auprès de sa propriétaire. Le signal sonore aigu ne manqua pas de le lui rappeler, une fois de plus, quand elle enfonça sa carte dans l’appareil et entra son code secret.

Voilà cinq articles qu’elle retirait de son panier. Les moins essentiels. Les cosmétiques coûtaient si cher, sans doute était-ce ce qui l’empêchait de payer ? Hélas, non. Une fois de plus, la machine la narguait et lui rappelait malicieusement l’était pitoyable de son compte en banque. Comment pouvait-elle se ridiculiser de la sorte ? La grosse dinde de l’autre côté du comptoir n’avait pas l’air triste, elle. Oh, et elle n’avait pas non plus l’air de manquer de nourriture, à voir la ceinture que formaient ses bourrelets. Elle rêvait de lui tartiner le visage de l’encre à lèvres qu’elle avait voulu acheter.

« Quoi, c’est pas ma faute si votre machine est cassée. »

Cela sortit malgré elle, quand elle donna un petit coup dans l’appareil qui venait d’émettre son alerte. On lui répondit évidemment que la machine fonctionnait, qu’il y avait peut-être un problème au niveau de son compte. Résignée, Rena tira son portefeuille du fond de sa poche pour en tirer quelques billets qu’elle présenta à contre-cœur à la vendeuse. Là encore, ce n’était pas assez. Ses lèvres se pincèrent, tout comme son cœur, face au nouveau coup que l’on venait d’asséner à sa fierté déjà fêlée. Elle demanda combien il manquait avant de se retourner, cherchant d’un regard un visage suffisamment sympathique pour qu’elle accepte de s’en approcher. C’est ainsi qu’elle se dirigea vers une autre cliente, juste derrière elle.

« Excusez-moi, auriez-vous quelques yens pour moi ? » Cette seule demande lui arrachait le cœur. En était-elle vraiment là ? « J’en aurais besoin pour payer mes achats… » Et ce n’était l’affaire que de quelques yens, effectivement. Quelques yens qu’elle ne possédait pas. Une chance que la fin du moins approchait.

Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 4 Avr - 17:51 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


La machine bipe une première fois. Puis une seconde. Kaori lève les yeux pour aviser la cliente qui attend et qui tente visiblement de payer ses articles. Quelque chose semble poser problème. Sachant que d’autres clients ont dû passer avant elle, la machine fonctionne probablement très bien… Alors c’est autre chose. Carte défectueuse ? Compte défectueux ? Mémoire défectueuse ? Difficile à dire. Mais en tout cas, elle sait ce que c’est de faire face à une impossibilité de paiement. Néanmoins, il y a longtemps que cela ne lui est pas arrivé. Alors qu’elle regarde la jeune femme devant elle retirer des articles de ses achats, ce qui semble indiquer qu’elle n’a pas assez d’argent sur son compte, elle se rappelle de ce qu’a été sa vie, il y a quelques années. Les premiers temps ont été durs… Combien de repas a-t-elle sauté parce qu’elle n’avait pas de quoi manger ? Combien de fois a-t-elle vomi parce qu’elle se dégoûtait elle-même d’être devenu un déchet de la société ? Oh ça oui… Kaori en a connu des jours sombres. Alors elle ne s’énerve pas. Malgré la très longue journée qu’elle vient de passer. Malgré tous les contretemps qui se sont présentés dans la journée, elle reste calme. Elle écoute la jeune femme devant elle prétendre que la machine est cassée. Petit à petit toute la colère qu’elle a accumulé s’effrite face à ce qui se passe devant elle. La vie des autres est pire de toute évidence, cela amène l’informaticienne à relativiser.

Les gens s’agitent, la caissière ne semble pas vraiment s’émouvoir de la situation à laquelle la femme est confrontée. Surement parce qu’elle n’a jamais eu à la vivre elle-même… Il est clair qu’elle ne sait pas ce que c’est. Alors quand la jeune femme se tourne vers elle pour lui demander si elle n’a pas quelques yens, Kaori la regarde. Elle la sonde quelques instants. Et de toute évidence, elle a vraiment l’air touchée par le simple fait de demander… Demander de l’argent pour vivre… Kaori n’imagine que trop bien à quel point cela doit être horrible pour elle. Alors elle lui offre un léger sourire, ni trop bienveillant ni trop ouvert. Elle n’a pas pitié, elle comprend et elle compatit. Mais elle ne veut pas qu’elle pense qu’elle a pitié, parce que cela serait pire pour elle. Elle sort son portefeuille et lui sort les quelques yens qui lui manquent parce qu’elle a écouté la caissière lui donner le montant manquant avec un certain ton agacé. Elle lui tend avec toujours ce léger sourire qui est un peu désolé cette fois et lui dit : « Et voilà… ». Elle ne sait pas bien quoi lui dire Kaori, parce qu’elle n’est pas spécialement douée en sentiment et en émotion. Alors elle lui dit : « Si vous avez besoin d’autre chose… N’hésitez pas à demander… ». C’est maladroit et accompagné d’un sourire un peu gêné, mais c’est sincère et ça se voit dans ses yeux. Elle est douce et bienveillante. Elle sait ce que c’est alors même si elle ne la connait pas, elle ne veut pas la laisser comme ça…



Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 8 Avr - 5:50 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Ce qu’elle se sentait honteuse de devoir se reposer de la sorte sur la générosité d’une parfaite inconnue, ce qu’elle se sentait sale. Jamais encore Rena ne s’était sentie aussi mal à l’idée d’emprunter de l’argent à quelqu’un ; sans doute parce que cette fois, à la différence des autres, il était question de besoin et non d’envie. Elle devait trouver ces quelques yens afin de payer la nourriture qui lui permettrait de subsister quelques mois encore. Elle devait nouer les deux bouts, même si c’était difficile. Ah, ce qu’elle aurait aimé abandonner son travail de vendeuse de bonbons pour faire autre chose. Elle en aurait rêvé.

Hélas, ce travail, elle en avait besoin. Elle n’avait aucun diplôme, aucune qualification ; elle passait son temps à profiter des autres pour gagner un peu mieux sa vie mais, depuis que son chemin avait croisé celui de Taisuke, qu’elle avait eu la mauvaise idée de s’inscrire dans le robot que tant aimaient, elle était obligée d’abandonner ces petites arnaques aux sentiments. Son travail de vendeuse était tout ce qu’elle possédait. Si Yu Jin l’avait payée en temps et en heure chaque mois, les choses auraient été bien différentes. Mais il ne le faisait pas, et elle se retrouvait dans une situation bien fâcheuse. Une fois de plus.

Contre toute attente, l’inconnue accepta de l’aider, ce qui éclaira le regard de Rena durant quelques secondes. La reconnaissance n’était pas un sentiment auquel elle était habituée, et pourtant elle ne put s’empêcher de remercier cette femme. La vérité, c’est qu’elle était surprise. Surprise parce qu’à sa place, elle n’aurait jamais donné le moindre sou à une autre cliente en détresse. Elle l’aurait laissée partir, le panier à moitié vide, en abandonnant derrière elle la moitié de ses emplettes.
Mais tout le monde n’était pas comme elle.

« Non, ça ira… Merci. »

Elle s’empressa de payer la vendeuse, récupérant ses sachets avant de quitter le magasin. Cependant, alors qu’elle allait s’engager dans la rue, elle marqua l’arrêt, frappée par une pensée soudaine. Décidée à attendre l’arrivée de l’autre cliente, elle resta plantée là, comme une idiote, les bras pendants le long de son corps, accrochés aux sachets qu’elle venait d’acheter. Son regard se posa sur l‘inconnue lorsqu’elle la vit arriver, peut-être voulait-elle quelque chose en échange ? Elle ne souhaitait aucune dette.

« Excusez-moi ? » s’approchant d’elle, elle ne tarda pas à continuer. Elle devait en avoir le cœur net. « Pourquoi avez-vous… Cet argent, pourquoi l’avoir donné ? »

Son ton était clair, mais elle ne se sentait pas à l’aise, si peu apprêtée. Il n’était pas dans ses habitudes d’être aussi pitoyable. Peut-être songerait-elle à subtiliser quelques accessoires dans la salle de pause du magasin ? Elle ne supportait pas son naturel, trop classique.

Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 11 Avr - 23:14 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


Le simple fait de voir le regard de l’inconnue s’éclairer suffit à lui confirmer qu’elle a fait le bon choix. En même temps, même si elle ne roule pas sur l’or, Kaori s’en sort convenablement. Suffisamment en tout cas pour pouvoir tendre quelques yens à quelqu’un dans le besoin. Définitivement, la jeune femme n’est pas du genre à tourner le dos. Elle en a trop souffert de son côté pour ne pas aider quelqu’un qui ose le demander. Parce qu’elle-même n’a jamais vraiment osé appeler à l’aide. Même à ses quelques rares amis de l’époque, non, Kaori n’a jamais rien demandé à personne. Ce qu’elle a fait, elle n’en ai pas fière mais elle a fini par s’en sortir. Elle a eu de la chance surement, mais aujourd’hui les choses sont différentes pour elle. Alors c’est avec une gentillesse simple, dénuée de jugement ou de pitié qu’elle a fait ce geste. Une fois la cliente passée et sortie, Kaori pose ses articles, souriant simplement à la caissière. Une fois tout passé, elle paye, avec politesse puis elle prend ses sacs, remplit des quelques articles dont elle a besoin pour vivre et à son tour elle sort du magasin. Elle garde le sourire une fois dehors parce qu’elle a toujours le sourire, elle est heureuse, simplement heureuse et elle en profite.

Mais alors qu’elle s’apprête à prendre de la ligne de métro qui lui permettra de rentrer chez elle, elle entend une voix. Elle lève le regard et reconnait la jeune femme à qui elle vient de donner quelques yens. Et elle écoute ce qu’elle demande, puis elle sourit un peu avant d’hausser les épaules et de dire : « Parce que je trouve que vous avez eu beaucoup de courage pour demander… ». Elle lui sourit toujours, simplement. Elle aurait pu s’arrêter là, se contenter de prendre congé, mais il y a quelque chose qui la pousse à continuer, même si elle ne comprend pas totalement. Avant même de s’en rendre compte et de regretter, elle dit : « Je ne l’ai pas eu moi… ». Elle grimace, à la fois de regret d’avoir trop parlé et des mauvais souvenirs que ça fait remonté en elle. Assez vite, l’informaticienne se ressaisit et affiche un nouveau sourire. Cette fois, cela semble plus être une façade qu’autre chose, mais il est trop tard pour rattraper ses paroles, elle imagine que la jeune femme qui lui fait face aura entendu et compris. C’est donc au tour de Kaori d’être gênée et très vite elle reprend la parole : « C’était juste comme ça… Vous ne me devez rien, vraiment rien… ». Si elle pouvait agiter ses mains en signe de gêne et de sincérité, elle le ferait, mais elle tient ses courses alors elle ne peut pas le faire, alors elle la regarde toujours souriante et un peu gênée.

Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 17 Avr - 18:06 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Il lui avait fallu du temps pour comprendre que la voie sur laquelle elle s’était engagée était la mauvaise. Des années durant lesquelles elle avait abusé de la gentillesse des autres, de la naïveté de certains hommes. Elle avait été tour à tour étudiante, activiste ; sa mère était tombée malade, puis avait miraculeusement guéri pour partir à l’étranger en l’abandonnant sans argent pour se nourrir. Oh oui, les personnalités qu’elle avait endossées étaient nombreuses, mais elles ne lui servaient plus à rien. Le temps avait passé et le nombre de ceux dont elle pouvait avoir s’était réduit drastiquement pour atteindre l’unité fatidique. Taisuke. Elle n’avait plus que lui, aussi étrange que cela puisse paraître. Takao, sa mère, son beau-père… Il n’y avait plus personne. Elle les avait tous fait fuir, avec son égoïsme et son entêtement.

C’est pour cette raison qu’elle peinait à réaliser qu’on puisse faire preuve de bienveillance à son égard. Elle n’était pas douée pour faire attention aux autres. Elle vivait dans un monde où elle était reine, entourée de personnes présentes pour la servir. Mais c’est sur un royaume en ruine qu’elle régnait depuis quelques temps. Un royaume que tous avaient déserté, qu’elle ne pouvait faire reluire comme c’était le cas auparavant. Son avarice l’avait poussée dans un gouffre dont elle ne pouvait sortir seule. Elle avait, pour ainsi dire, creusé sa propre tombe. Voir une main tendue vers elle tenait du miracle. Elle se pensait en droit de poser des questions.

« Et… Comment vous en êtes-vous sortie ? » Elle ne semblait pas pauvre. Avait-elle trouvé un job mieux payé ? Trouvé une personne capable de l’entretenir ? Un mariage ? Cette idée rebutait profondément la vendeuse de bonbons qui, silencieuse, se contenta d’observer la jeune femme qui lui faisait face et qui, si elle l’avait bien comprise, n’était pas totalement étrangère à sa situation. Elle avait conscience de la gravité de sa situation, bien trop pour laisser partir une personne qui, peut-être, connaissait la solution à ses problèmes.

Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 22 Avr - 21:46 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


Avant même de comprendre pourquoi et comment Kaori a parlé. Elle a dit une chose plutôt intime, sans vraiment rentrer dans les détails certes, mais tout de même. Quelque chose l’avait touchée chez cette fille, peut-être qu’elle se mettait à sa place en se souvenant d’une époque plus sombre de sa vie. L’informaticienne ne sait pas tellement pourquoi elle lui a dit ça, normalement, elle ne parle jamais de cette vie-là. Elle n’aime pas ça. Pourtant, il n’y a pas d’autres solutions maintenant. Vu qu’elle a d’elle-même commencé la conversation, il va falloir la terminer. Juste donner quelques pièces à une jeune femme et partir. La tâche était simple non ? Ne pas s’attarder, pourtant elle était là, à l’attendre. Alors dans le fond, Kaori n’a pas tellement le choix. Et même si cette conversation va probablement faire remonter toute un tas de mauvais souvenirs, elle est adulte et doit assumer, elle ne peut pas juste s’enfuir en courant et la laisser là toute seule dans ses questions et dans sa souffrance. Parce que Kaori imagine bien que ça ne doit pas être facile tous les jours. D’ailleurs, elle lui demande comment elle a réussi à s’en sortir. Kaori reste songeuse un instant avant de savoir quoi répondre. Il y a beaucoup de réponses possibles à cette question et elle ne sait pas par où commencer. Peut-être qu’elle peut juste être authentique : « J’ai eu de la chance… Un jour, un ami m’a trouvé un super boulot et j’ai accepté l’aide qu’il m’offrait… ». Oui, dans le fond c’est comme ça que ça s’est passé.

Kaori a passé beaucoup de temps à apprendre. Elle payait ses cours particuliers avec de l’argent qu’elle ne récoltait pas toujours d’une façon honnête et reluisante. Mais voilà. Finalement, ses années de travail et de honte lui ont permis d’avoir une certaine stabilité. Et de ne plus avoir à en arriver là. Mettre tout cela de côté est chose impossible cependant. Elle ne peut pas vraiment oublier, elle ne le veut pas non plus : elle préfère encore le garder en mémoire pour ne plus jamais avoir à en arriver là. Elle la regarde un moment et dit : « Mais de moi-même je n’aurais jamais demandé d’aide je crois bien… J’avais beaucoup trop honte… ». Oui, il faut bien le dire, Kaori n’est pas un exemple de fille qui croit beaucoup en elle, bien au contraire. Quant à sa façon de survivre, elle n’a pas toujours été des plus honorables, c’est une certitude, elle n’en parlera pas. Mais dormir sous les ponts n’est pas la pire des choses qu’elle pourrait raconter. Elle ne sait pas si ça va vraiment l’aider mais voilà, elle a réussi à s’en sortir même si ça n’aura pas été si facile. Finalement elle demande : « Ça fait longtemps ? ». C’est indiscret comme question mais bon, au point où elles en sont…


Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 24 Avr - 1:21 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Rena rêvait d’une solution miracle, d’une potion magique qui aurait pu rendre riche celui qui l’aurait bue. Une potion magique qui aurait effacé de l’histoire toutes ses erreurs, toutes les choses qu’elle avait pu dire ou faire et qui l’avaient, aujourd’hui, mise dans une situation aussi inconfortable. Il n’était pas normal de compter l’argent qu’il fallait économiser afin de pouvoir manger ; il n’était pas naturel de devoir se priver de dîner afin de payer son loyer, d’avoir un endroit où vivre. Quand bien même elle avait commis des erreurs, des fautes même, la vendeuse trouvait la situation injuste. Comment pouvait-elle dépendre à ce point des autres ? La honte en devenait insoutenable.

Voilà pourquoi, en interrogeant cette inconnue comme elle le faisait, Rena espérait. Elle espérait que les choses finissent par s’arranger. Elle espérait que l’argent reviendrait doucement prendre sa place sur son compte, comme c’était le cas avant. Vendre des bonbons n’était pas suffisant pour obtenir un salaire convenable. Il avait fallu qu’elle accumule une dette auprès de sa propriétaire pour en prendre conscience. Mais comment allait-elle se débarrasser de cette dette, désormais ? Les lèvres de la demoiselle se pincèrent alors qu’elle attendait debout devant l’inconnue qui l’avait aidée, qu’un miracle se produise soudainement. « Je vois… » Son regard retomba de quelques centimètres, se posant sur le trottoir où elles se trouvaient. Un ami lui avait trouvé un emploi. Qui donc aurait pu faire une chose pareille pour une personne comme elle ? Des amis, elle n’en avait pas beaucoup. Un léger soupir lui échappa à cette pensée.

Elle voyait déjà le tableau. Sa propriétaire qui se mettrait en colère, qui déciderait de la mettre à la porte de chez elle sans aucun sentiment. Où irait-elle, à partir de là ? Se traîner devant Taisuke, en espérant qu’il l’aiderait ? Rena avait trop d’orgueil, trop de fierté pour ramper devant les autres, et si son élu était différent des autres, elle ignorait si elle aurait un jour le courage nécessaire pour lui en parler. Cela demandait bien trop d’explications qu’elle ne souhaitait lui donner, à commencer par la raison pour laquelle elle s’était inscrite dans ce robot.
L’argent. Encore et toujours lui.

Contre toute attente, la voix de l’autre cliente se fit à nouveau entendre, tirant Rena de ses pensées obscures et déprimantes. Longtemps ? Elle releva vers l’inconnue un regard fuyant, pinçant les lèvres avant de secouer la tête. « Pas trop, non… Je me suis toujours débrouillée avant. » S’efforçant de sourire, elle réalise à quel point elle doit sembler bête. « Je n’ai juste pas vu les choses venir. J’ai agi comme une idiote. » N’était-elle pas, désormais, la cause première de sa misère ? Elle ferma les yeux durant quelques secondes, serrant les doigts autour du sac de commissions qu’elle avait entre les mains. « J’imagine que je l’ai mérité. »

Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 29 Avr - 22:42 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


Kaori a bien vu les quelques pincements de lèvres de celle qui lui fait face. Elle ne peut pas vraiment lui en vouloir n’est-ce pas ? Elle comprend mieux que personne l’état d’esprit dans lequel on peut se retrouver quand on est acculée au mur, pauvre, à devoir tirer toutes les ficelles, économiser le moindre centime, la moindre miette. Elle sait ce que cette fille doit ressentir, et franchement, ce n’est vraiment pas humain. Elle écoute la cliente reprendre la parole. L’informaticienne l’écoute lui dire qu’avant elle arrivait à se débrouiller, qu’elle arrivait à anticiper. C’est une question de gestion effectivement, pouvoir prévoir un budget, compter et être comme il faut. Oui mais, parfois, il y a aussi des imprévus, des choses qui changent, qui ne peuvent pas être prises en compte et anticipées. Et oui, alors on se retrouve vraiment ennuyé, déstabilisé. Kaori sait qu’on ne peut pas toujours tout prévoir. Mais tous les imprévus ne sont pas toujours négatifs. Parfois, ils peuvent être positif, apporter de la joie ou du soulagement, une aide pendant un moment. Le temps d’un sourire, d’une conversation, parfois plus longtemps. Qui peut le prévoir ?

Elle esquisse une légère grimace en l’entendant dire qu’elle a agi comme une idiote et une nouvelle grimace quand elle continu en disant qu’elle mérite peut-être ce qu’il lui arrive. Oh ça… Il ne faudrait pas qu’elle continue à le croire. Alors Kaori répond en disant : « Honnêtement, je ne crois pas que quiconque mérite cela… ». Même les gens les plus horribles. Parce que c’est souvent à cause de ces conditions de vie difficile qu’ils deviennent horribles. C’est un cercle vicieux en quelque sorte. Bon, Kaori se doute bien qu’il y a des gens naturellement plus égoïstes ou méchants que d’autres, mais c’est difficile pour elle d’envisager que quelqu’un puisse vraiment mériter cela. Alors elle dit : « J’aimerais avoir des réponses plus intéressante qu’un simple coup de chance… ». Parce qu’au final, elle se rend bien compte que cela ne doit pas vraiment aider la jeune femme qui lui fait face. Après tout, il n’y a pas deux situations qui se résolvent de la même façon. Enfin, rarement.

Elle fait une pause un moment, réfléchissant à ce qu’elle pourrait lui dire, lui proposer pour l’aider. Parce qu’elle n’a pas vraiment envie de la laisser repartir comme ça, dans cet état. Elle est un peu trop gentille dans le fond Kaori, mais suffisamment méfiante pour ne pas faire n’importe quoi, c’est certain. Finalement, elle se redresse un peu et propose : « Et si on allait boire un thé ? ». Elle lui offrira bien entendu, c’est implicite dans sa proposition. Et au moins ça lui laissera le temps de songer à quelques idées pour essayer de l’aider. De toute façon, ça ne peut pas leur faire de mal, ni à l’une, ni à l’autre. Et Kaori a bien besoin d’apprendre un peu à sociabiliser, elle ne peut pas le nier.


Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 7 Mai - 17:23 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Pendant longtemps, Rena s'était comportée comme si le monde entier lui était dû. Un monde de paillettes, de gloire et de beauté, un monde qui lui plaisait trop et dans lequel elle se sentait heureuse, sans avoir à supporter les responsabilités qui rendaient la vie adulte si difficile. Ses problèmes financiers, les hommes les réglaient pour elle, et elle profitait de l'instant présent sans réfléchir au reste, aux choses qui auraient pu aller de travers. Quand elle était lassée d'entendre toujours les mêmes conversations et de supporter le même timbre de voix qu'elle trouvait fatiguant, elle abandonnait ces messieurs à leurs affaires, avec pour seul souvenir d'elle l'identité qu'elle s'était inventée et les problèmes irrésolus dont elle ne souffrait pas. Aujourd'hui, ces problèmes étaient bels et biens réels. Des problèmes qu'elle ne pouvait résoudre seule, mais face auxquelles elle se trouvait seule, dans le désert relationnel qu'elle avait si longtemps adoré. C'était bel et bien de sa faute que les choses avaient si mal tourné. De sa faute qu'elle avait été contrainte de demander de l'argent à une illustre inconnue qui, par chance, n'était pas aussi égoïste qu'elle. Cette pensée lui resta sur le cœur durant de longues secondes, sa culpabilité croissant légèrement quand cette femme, une fois encore, lui prouva à quel point elles étaient différentes...

Elle aurait aimé y croire. Croire que personne ne méritait ça. Elle était si souvent passée devant des personnes dans le besoin, sans jamais s’arrêter, sans leur adresser un regard, en sachant parfaitement que la plupart d’entre eux seraient expulsés de la ville dans les jours suivants. Quels idiots, avait-elle pensé, pourquoi ne vont-ils pas trouver quelque chose à faire, au lieu de salir les rues comme ils le font ? Ensuite, elle continuait sa route, sur ses talons hauts, soigneusement coiffée, vêtue, maquillée, et rejoignait l’un de ceux qui croirait ses mensonges et lui permettrait de subsister. Évidemment, pensa-t-elle en chassant ce souvenir nauséabond, ça ne pouvait pas durer. Même les meilleures comédies se terminaient un jour ou l’autre. « Ce n’est rien. » Elle étira un sourire, quand bien même elle aurait préféré obtenir plus d’aide que la chance. « C’est déjà amplement suffisant. » Ce n’était pas tout à fait vrai, mais elle voulait y croire, chérir cette pensée, comme c’était tout ce qu’il lui restait. Cette femme était trop gentille, à s’attarder ainsi sur son cas. Elle n’aurait pas fait pareil.

Reprenant son courage à deux mais, Rena se redressa un peu, saisissant à pleine mains le sac de commission pour ne pas lâcher prise en cours de chemin. Mais alors qu’elle s’apprêtait à saluer la jeune femme avec laquelle elle venait de discuter, les propos de cette dernière l’arrêtèrent dans son élan et son regard, jusqu’alors assez bas, retrouva son visage. « Un thé ? » Les sourcils de la vendeuse de bonbons n’auraient pu être plus hauts qu’au moment où lui échappèrent ces mots. Elle demeura silencieuse durant quelques secondes, puis retrouva un peu de contenance et s’inclina respectueusement, un faible sourire aux lèvres. « Si ça ne vous retarde pas, ce serait avec plaisir. » C’était l’une des premières fois qu’on l’invitait à boire sans qu’elle ait eu à faire quelque chose de spécial pour cela. Étrangement, plus qu’être satisfaite, elle avait un peu honte. Honte de n’être rien de plus qu’elle-même devant une autre personne. Honte de ne pas pouvoir donner l’impression d’être meilleure. Honte de tout ce qu’elle avait fait. Silencieuse, elle attendit que l’autre femme se mette en marche pour lui emboîter le pas, ignorant où elle comptait l’emmener, mais osa néanmoins une question, quelques mètres plus loin. « Sans indiscrétion… Quel métier vous a-t-on proposé ? »

Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 11 Mai - 20:21 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Ishioka Rena


Même si elle est timide, il y a quelque chose qui la pousse à être plutôt ouverte avec elle. Une espèce de désinhibition surement lié au fait que la jeune femme qui est là vient de lui demander de l’argent pour payer ses courses. Bon, seulement quelques yens mais voilà. Elle a quand même du avoir une grande humilité pour le faire. A sa place, Kaori aurait probablement abandonné ses achats et quitté le magasin morte de honte. Elle sourit un peu et lorsqu’elle lui répond que c’est amplement suffisant, elle est à la fois rassurée et un peu gênée. Parce qu’elle n’a pas fait grand-chose dans le fond. C’est quand même un peu triste, n’est-ce pas ? Même si elle comprend aussi tout à fait cette façon qu’elle a de lui dire que c’est suffisant, pour ne pas insister, pour ne pas avoir l’air trop désespérée. Ou quelque chose du genre. Elle regarde la rue un instant, pour ne pas trop détailler la jeune femme, histoire de ne pas la gêner plus ou de ne pas la pointer plus que nécessaire. Et puis parce qu’elle est comme ça, elle aime bien observer les gens, les rues, ce qu’il s’y passe, apprendre. Et parce que dans le fond cette situation est angoissante aussi pour elle, la grande timide qui ne sait pas tellement comment être amie avec les autres.

C’est avec surprise que la jeune femme entend la proposition faite par Kaori et avec surprise que Kaori l’entend lui répondre par la positive. Alors elle esquisse un sourire plutôt joyeux. Oui, elle est contente de voir que sa proposition est acceptée et qu’elle ne passe pas pour quelqu’un de bizarre. Oui, elle a un peu peur d’être ridicule ou de passer pour une fille bizarre. Alors elle répond : « Non pas du tout, j’ai du temps justement ! ». Alors elle prend la direction d’un petit salon de thé pas loin du Tokyo Dôme City, parce qu’elle ne veut pas entrer dans la galerie commerciale, elle préfère la rue et les boutiques plus calmes. Si c’est possible au Japon… Et particulièrement à Tokyo. Elle esquisse un léger sourire et lorsqu’elle entend la question, elle sourit un peu et dit : « Un job d’informaticienne… Je prenais des cours de codage et de programmation le soir après des petits boulots à droite et à gauche. Mon prof m’a mis en contact avec un recruteur de l’Ishikawa Corp… ». Elle n’en parle quasiment jamais mais en fait c’est plutôt une bonne idée d’en parler avec elle. Si elle n’est pas contre la machine et la société, elle pourrait très bien postuler. Elle trouverait peut-être un boulot d’accueil, ou d’archiviste. Pas très glorieux mais avec un salaire assuré à la fin de chaque moi. Elle marche encore un peu en portant ses courses et en regardant devant elle pour vérifier qu’elle ne percute personne et une fois arrivée, elle s’arrête devant la boutique et se tourne vers elle en disant : « L’avantage des grandes firmes, c’est qu’elles offrent une certaine stabilité… ». A condition de rendement bien sûr. Mais au Japon, c’est toujours un peu le cas non ? Kaori lui sourit à nouveau et se dit qu’elle tient là une plutôt bonne idée pour l’aider et essayer de trouver une solution pour qu’elle retrouve une situation financière plus saine. Une fois à l’intérieur, elle salue les employées avec politesse puis va s’installer à une table dans un coin, confortable mais un peu en retrait pour pouvoir continuer leur discussion tranquillement.


Trouble Love
♥♥♥♥♥♥♥♥♥♥
Who are you? : 23 ans, née le 19 décembre 2001, sans emploi à la recherche d'un domaine susceptible de l'intéresser.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Ishioka Rena
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 15 Mai - 21:56 (#)


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Allez, circule avant que j'te bouscule…


ft Yoshida Kaori


Combien de fois Rena avait-elle profité du système du pays dans lequel elle vivait ? des gens qui la prenaient pour une personne qu'elle n'était pas, de toute évidence, et qui croyaient à ses mensonges comme on croit aux légendes, aveuglément? Elle avait essayé, en s'inscrivant dans l'Akai Ito, d'obtenir l'argent dont elle manquait, de se créer une place au soleil sans avoir à travailler, en ne dépendant de rien de plus que de la promesse implicite d'un couple dont elle n'avait pas envie. Lorsqu'elle avait été couplée avec Taisuke, elle n'aurait jamais imaginé se retrouver dans une situation aussi problématique. Elle n'aurait jamais cru connaître un retour de feu aussi violent et désespérant. Si cela avait été le cas, sans doute aurait-elle pris une toute autre décision, deux ans plus tôt. Hélas, elle ne l'avait pas fait. Elle avait naïvement essayé de profiter de ce que la société mettait à sa disposition. Encore. Et voilà où elle se retrouvait désormais.

Que cette femme lui propose d'aller boire un thé avec elle était dès lors surprenant. En connaissant son passé, ce qu'elle avait fait, sans doute n'aurait-elle jamais agi de cette façon. Ou alors, peut-être était-elle simplement bonne, une chose que Rena n'avait jamais vraiment comprise ou acceptée, car il fallait être stupide pour donner sans jamais rien attendre en retour. C'est ainsi que sa mère avait été abandonnée durant sa grossesse. C'est ainsi qu'elle était née sans père. Cela n'excusait en rien l'égoïsme de la vendeuse de bonbons, mais cela pouvait peut-être l'expliquer. Pourtant, chose étonnante, cette femme semblait elle aussi avoir traversé des périodes difficiles. C'était, pour Rena, bien trop compliqué à comprendre. Elle préférait les choses simples, facilement gagnées. La vie qu'elle avait menée jusqu'alors.

« Je vous suis, alors. » Un sourire aux lèvres, elle emboîta le pas de l'autre cliente prêtant une grande attention à ses propos, la tête tournée vers elle, le regard intéressé. « Oh, donc vous avez fait des études ? » En quelques sortes. Les cours du soir lui donnaient de l'urticaire, à elle. Comment cette femme avait-elle fait ? Elle fronça les sourcils en continuant à avancer, les mains serrées sur les poignées jointes de son sac de commission. « Je vois... » Ishikawa, encore et toujours eux. Ses lèvres s'étirèrent en une ligne alors qu'elles avançaient et que l'informaticienne reprenait la parole. Une histoire de stabilité. Dans tous les cas, c'était clairement plus stable que son boulot à la boutique de bonbons. Depuis combien de temps travaillait-elle là sans être payée ? Elle avait perdu le compte. Yu Jin s'était bien moqué d'elle.

Arrivées à destination, Rena laissa son regard courir sur la devanture de la boutique, perplexe. Ce n'était pas le genre d'endroits qu'elle visitait habituellement, mais cela ne pouvait lui faire de mal. Elle avait besoin de voir du monde, de discuter et, si elle avait généralement beaucoup de mal à parler avec ses égales féminines, celle-ci n'était pas désagréable. Pourquoi s'en priver ? Elle était réduite à l'eau depuis bien trop longtemps à son goût. Mais plus important encore, elle n'en avait pas terminé avec ses questions. Aussi reprit-elle rapidement, une fois installée à table. « Vous croyez vraiment en ce robot ? Akai Ito ? »

Le regard à nouveau posé sur l'informaticienne, Rena déposa son sac de commissions au sol, à droite de sa chaise. Par habitude, elle se tenait droite, les avant-bras croisé, appuyés sur la table. Quand bien même elle n'était issue d'aucune bonne famille et ne disposait pas de grands moyens, elle avait toujours accordé beaucoup d'attention à son image et à son attitude. Ne pas pouvoir se préparer comme elle l'entendait était pire que tout le reste.

Contenu sponsorisé
Message (#)
 
(Rena) Allez, circule avant que j'te bouscule…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Manipulations avant, pendant et après le coup de 2004.
» " Féeries de lumières de l'Avant-NOËL "
» ARISTIDE SERA DE RETOUR AVANT LES ÉLECTIONS SELON IRA KURZBAN
» Avant garde ork
» [Mars] Vous allez être punis, n''est-ce pas ? [PV]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Bunkyô-
Sauter vers: