☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


Partagez | 
 

 (Flashback - Isao) L’envers du décor…

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 31 Mar - 16:26 (#)



L’envers du décor…


ft Fujita Isao (Three years ago)


Cela fait plusieurs heures maintenant qu’elle attend à l’hôpital. Elle est assise sur une chaise dans une salle d’attente. Et elle attend. Elle aurait voulu récupérer des affaires, un téléphone pour pouvoir prévenir la famille du jeune homme. Mais l’infirmière n’est jamais revenue avec. Elle doit être occupée probablement. Il est tard, Kaori est fatiguée. Elle se demande encore pourquoi elle est là. Ce qu’il lui a pris. Elle est assise, pieds posés sur le bord de la chaise, elle a enroulé ses bras autour de ses jambes et elle reste là, à attendre enroulée dans son manteau. Elle est assez loin, perdue dans ses pensées.  Elle a lu les différentes revues qui traînaient çà et là, elle a même terminé l’ebook sur son smartphone. Maintenant qu’elle n’a plus rien à faire, elle imagine quels programmes elle pourrait créer, pour essayer de ne pas trop penser à la situation et à l’angoisse qu’elle ressent. Elle n’aurait même pas dû aller à cette fête… Non, Kaori ne va jamais aux fêtes, elle n’aime pas ça. Trop de bruit, trop de monde, trop insécurisant pour elle. Mais elle l’a fait pour essayer. Parce qu’elle essaye de vivre Kaori, de découvrir les choses qu’elle a raté, que les gens normaux font. Alors elle a suivi une fille qu’elle connait un peu. Une de ses voisines qui l’a entraînée. Au début, elle s’est sentie, perdue. Puis, elle s’est sentie étouffer. Elle a fini par paniquer. Alors elle a trouvé un petit coin pour se faire oublier, et elle a mangé quelques chips en écoutant de la musique.

Les heures ont passé. Bien installée dans son coin, elle a regardé les gens aller et venir, boire, manger, danser, discuter, rire. Elle a regardé les garçons draguer les filles, les couples se former, se séparer. Elle a observé avec attention pour essayer de retenir. Mais elle n’a pas essayé de pratiquer. Elle a juste observé et envoyé des petits messages à Jae Hwan. Des petits messages paniqués d’abord, puis un peu moqueur. Et finalement, des questions auxquelles il n’a pas forcément eu les réponses. Alors qu’elle allait finalement rentrer, il y a un incident. Un jeune homme qui tombe, qui fait un malaise. Et un moment de panique. Les gens ne savent pas quoi faire, certains proposent d’aller l’allonger, d’autres d’essayer de le faire vomir. Agacée, Kaori a sorti son téléphone pour appeler les urgences puis elle leur a demandé de lui laisser de l’air qu’il puisse respirer même si clairement là, il allait mal. Et elle a accompagné les secours jusqu’aux urgences. Même si elle n’était pas de la famille, elle a tenu à rester et à être tenue informée de son état. Alors elle attend que l’infirmière ne revienne. Lorsqu’elle le fait, la jeune femme se lève et elle s’approche. Bien sûr, l’infirmière n’a pas pu lui donner d’informations médicales mais elle a au moins pu lui dire qu’il allait bien. Et elle a accepté de l’amener jusqu’à la chambre après une négociation assez longue. Une fois devant celle-ci, elle frappe et pousse la porte. Elle n’entre pas, pour ne pas imposer sa présence, elle reste sur le seuil, appuyée sur le chambranle et demande : « Salut ! Comment ça va ? ». Elle sourit, avec une certaine douceur. Alors qu’il est là, dans le lit d’hôpital, elle comprend pourquoi elle a fait ça, pourquoi elle est toujours là : pour l’aider et veiller à ce qu’il aille bien. Parce que personne ne l’a fait pour elle…

Agent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Fujita Isao
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 21 Avr - 18:09 (#)

L'envers du décor...

ft. Yoshida Kaori


« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. »
Comme presque chaque soir, Isao sortait à des fêtes, allait en boîte de nuit, ou encore traînait dans les bars de la ville avec ce qu'il considérait comme des amis. Il séchait très souvent les cours pour dormir, ou alors dormait en cours. Il n'avait plus envie de continuer ses études, il souhaitait juste profiter de boire à n'en plus finir, de fumer, ou même de se retrouver dans les draps d'une charmante demoiselle nue, avec qui il aurait pu goûter aux plaisirs charnels le temps d'une nuit.
Et cette soirée là, elle se passait chez un pote à lui. Il y avait été invité, comme beaucoup de gens qu'il connaissait, d'ailleurs. Et comme à toutes ces soirées où il se rendait, l'alcool coulait à flot, et la musique était plutôt forte. Et comme d'habitude aussi, il y avait des visages qu'il ne connaissait pas, et il voulait surtout essayer de poser un nom sur ces si jolis visages et ces si jolis corps féminins qu'il croisait durant la soirée. Comme à son habitude, il avait essayé de draguer presque toutes les jeunes filles célibataires de la soirée, un verre à la main.

Et durant cette soirée-là, il en avait bu, des verres remplis presque à ras bord d'alcool. Oui, beaucoup de verres. Mais aussi d'alcool en tout genre, dilués ou non avec autre chose. Il s'était plutôt bien déshabillé, à s'en retrouver en t-shirt et avec les joues bien rougies par la chaleur et l'alcool. Isao riait gaiement, parlait avec toujours un sourire idiot sur les lèvres. Il avait participé à plusieurs jeux d'alcool, dont le jeu de s'enfiler un maximum de shooters en une minute. Il avait encore une fois gagné le jeu, et maintenant il marché en titubant fortement. Encore de l'alcool. Toujours de l'alcool. Il ne pouvait plus s'en passer. Et là, il eut le verre de trop. Ce verre de vodka pure le rendit pâle, un peu trop même. C'était aussi ce même verre qui lui fit rouler des yeux et qui le fit chuter au sol d'une façon si violente que tout le monde entendit. Il commença presque à convulser par moment, tel un ver essayant de se déplacer. Mais là, pas grand monde n'avait bougé pour essayer de l'aider. La fête venait de se terminer dramatiquement, et seules quelques personnes avaient essayé de l'aider. Seules quelques personnes s'étaient dit que cette personne avait trop joué avec sa vie, et que si aucune personne n'agissait dans les minutes qui suivaient, Isao finirait par se retrouver dans une tombe.

Mais il se réveilla plusieurs heures plus tard, sans dix ou onze, voire peut-être après une douzaine d'heures. Au début, il eut du mal à rouvrir les yeux, car la lumière de la pièce blanche l'aveuglait. Lorsqu'il eut le courage d'ouvrir enfin ses paupières, il se rendit compte qu'il était sur un lit, dans une chambre si blanche; une chambre d'hôpital. Le jeune homme pâle toussa alors, et sentit qu'il avait quelque chose dans le nez, ainsi qu'une perfusion. Il avait de gros cernes bien marqués, et tourna son visage afin que ses yeux puissent se balader dans la pièce. Il remarqua alors une personne, une jeune fille. Il ne l'avait jamais vu. Avait-elle été présente durant la soirée ? Il ne s'en souvenait pas. Il avait mal à la tête, et il peina pour répondre aux propos de la jeune fille assise non loin de lui, souriante.

- B-bonjour... Je... Ca pourrait être pire comme mieux... Et toi...?

Il fit une légère grimace, et soupira alors avant de lever les yeux vers le plafond si blanc. Tout était trop pâle et trop blanc; cela lui en donnerait presque la nausée. Enfin, dans un petit silence, Isao essaya de reprendre la parole, parlant doucement. Il baissa à nouveau les yeux vers la jeune inconnue.

- Pourquoi je suis là...?

code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 29 Avr - 16:56 (#)



L’envers du décor…


ft Fujita Isao (Three years ago)


La chambre est calme, blanche. Très blanche. Il n’y a pas à dire, les hôpitaux ne sont pas ses endroits préférés. Mais elle doit bien faire avec, n’est-ce pas ? Elle a choisi de rester là, elle a choisi d’attendre et de passer le voir, lui parler et s’assurer qu’il irait bien. Peut-être parce que c’est une façon de se sentir plus humaine ? Ou de faire ce qu’on n’a pas fait pour elle. Parce qu’elle en connait un rayon en auto-destruction, en humiliation et autres choses du genre. Finalement, elle s’avance un peu et s’installe sur le fauteuil près du lit pour être plus proche de lui. Elle pose toujours un regard bienveillant sur lui, plutôt doux et tendre. Même si elle ne s’en rend pas compte, même si elle ne le comprend pas spécialement, c’est quelque chose d’instinctif. On dit que les femmes ont un sens maternel inné et même si Kaori a eu la preuve que toutes les femmes n’en disposent pas, il semble qu’elle-même en dispose. Au moins un peu.

Il prend quelques instants puis finalement lui répond. Alors la jeune informaticienne ne peut s’empêcher de sourire. C’est normal de se sentir comme ça, barbouillé, faible, courbaturé. Enfin, elle l’imagine, elle ne boit pas, comment pourrait-elle donc le savoir ? Mais rien qu’à voir sa tête, elle imagine qu’il ne doit pas être bien. Puis, il lui demande pourquoi il est là. Ah, ça elle ne s’y attendait pas. Elle ne s’attendait pas à ce qu’il demande. Elle penche un peu la tête puis finalement, elle dit : « J’imagine oui… Mais ne t’en fais pas, tu iras vite mieux… ». Elle essaie de se montrer rassurante. Les perfusions ne doivent pas vraiment l’aider à être rassuré, mais comme elle n’a pas eu d’informations, elle ne peut pas vraiment lui parler de ce qui se passe. Cependant elle dit : « Tu as perdu connaissance, à la soirée… Tu… Tu n’avais vraiment pas l’air bien. Les médecins ne m’ont rien dit, mais je pense que tu as surement fait une espèce de coma éthylique… Mais bon, je suis loin d’être une experte ». Elle presse ses mains l’une contre l’autre, un peu nerveuse à l’idée de rester là, seule avec un inconnu, même s’il est plus jeune qu’elle. Elle n’est pas hyper à l’aise quand même. C’est son principal souci n’est-ce pas ? Elle reste silencieuse encore un peu et finalement, elle dit : « Est-ce que tu veux qu’on prévienne quelqu’un de ta famille ? ». Il aura besoin de soutien et celui d’une inconnue ne sera sans doute pas le meilleure n’est-ce pas ? Elle ne peut s’empêcher de sourire un peu puis dit : « Je m’appelle Kaori… Yoshida Kaori… ». Au moins, elle ne sera plus totalement une inconnue.



Spoiler:
 
Agent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Fujita Isao
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 7 Mai - 10:43 (#)

L'envers du décor...

ft. Yoshida Kaori


« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. »
Le jeune homme était allongé, et il peinait pour garder les yeux ouverts. Il bougeait à peine, et sa tête lui faisait toujours fortement mal. Il avait même peur de bouger, craignant que cela lui donne le tournis. Il n'avait aucun souvenir de ce qu'il s'était passé hier, ou seulement quelques brides. Il avait l'impression que dans sa mémoire, quelque chose y avait été effacé par un trou noir. Et cette salle était silencieuse; si silencieuse que le jeune homme avait l'impression d'être tout simplement mort, car les gens disaient que la mort n'était que le silence.
Mais, lorsqu'il tourna la tête pour observer la chambre dans laquelle il se trouvait, il vit une jeune femme, assise non loin de lui. Il observa ce visage, mais il avait beau essayer de réfléchir, un mal de tête faisait de son mieux pour lui faire barrière et ainsi l'en empêcher. Au final, il laissa tomber l'idée de se souvenir d'elle, car il ne l'avait sûrement jamais rencontré auparavant. Mais pourquoi était-elle là, alors ? Et elle lui expliqua donc les raisons de sa venue à l'hôpital, et Isao la regardait, faisant alors de gros yeux.

- Toi aussi... Tu étais à la soirée..?

Il laissa alors un blanc. Il ne l'avait pourtant pas vue hier; il y avait du monde. Et il avait tellement passé sa soirée le nez dans l'alcool qu'il n'avait pas fait attention aux personnes présentes. Il se sentait idiot, car c'était une inconnue qui était là, qu'il l'avait accompagné jusqu'ici. Il se sentait idiot car il venait de perdre toute sa fierté, mais aussi son honneur et tout ce qui allait avec. Alors il resta silencieux quelques instants, et il secoua alors la tête en faisant une mine grave, lorsqu'elle lui proposa d'appeler quelqu'un de sa famille.

- N-non ! S-surtout pas encore... Qu'est-ce qu'ils vont dire...

Il savait qu'il avait fait une grosse connerie. Il se rendait compte qu'il aurait pu y laisser une seconde fois la vie. Il l'avait déjà suffisamment gâché jusque là en faisant tout ce que ses parents avaient essayé de le protéger, et le voilà encore une fois dans un lit d'hôpital. Il avait envie de pleurer, mais il n'y arrivait pas. Il souhaitait que cela ne soit pas arrivé, mais sa débilité et son esprit beaucoup trop influençable l'avaient poussé à boire jusqu'à en tomber comme une merde, inconscient. Ses parents allaient lui faire passer un très mauvais quart d'heure, si ce n'était pas pire. Il ne voulait même pas prendre son téléphone et regarder si ses parents l'avaient éventuellement appelés.
Il souffla, doucement. Ses paupières devinrent closes un instant, le temps de prendre conscience de ce qu'il s'était passé hier soir. Il se sentait impuissant et si fragile, et voir qu'il était désormais seul, sans ses soit-disant "amis" autour de son lit, ça le dégoûtait encore plus. A la place de ces gens-là, c'était une jeune inconnue, qu'il n'avait jamais vu, et qui fini même par lui dévoiler son identité.

- Fujita... Isao... Enchanté.

Il tourna son visage avec lenteur, puis la regarda alors un peu plus intensément que précédemment. Elle avait le visage fin, la peau pâle mais elle était plutôt jolie. Puis, comme il put, Isao lui fit un petit sourire, avant de prononcer doucement une phrase, cette phrase qui lui faisait comprendre qu'il était un moins que rien, et dont pleins de personnes s'étaient juste amusées avec un pauvre type.

- On ne se connaît pas mais... Merci... Merci de ne pas m'avoir laissé seul...

code by ORICYA.



Spoiler:
 

— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 11 Mai - 16:44 (#)



L’envers du décor…


ft Fujita Isao (Three years ago)


Tout ça est étrange, vraiment étrange. Elle ne comprend pas vraiment pourquoi elle est là, pourquoi elle n’est pas rentrée chez elle. Parce qu’elle est bien trop timide pour le faire… Pourtant, à le voir allongé par terre, inconscient, elle s’est dit que ça aurait pu lui arriver si elle avait perdu pied, si elle s’était allée à la drogue et à l’alcool comme ses parents dépravés et… tellement marginaux… Alors oui, elle a appelé les secours et elle a attendu encore et encore, jusqu’à ce que le jeune homme ne soit réveillé, pour qu’il ne soit pas seul. Qu’il ne se réveille pas seul et abandonné de tous. Installée dans le fauteuil près du lit, Kaori commence à expliquer ce qui s’est passé, comment il s’est retrouvé là enfin sans préciser que c’est elle qui a appelé, elle ne veut pas se vanter ou qu’il se sente redevable. Et puis cela lui semble un peu logique, puisqu’elle est encore là. Mais bon. Il pose d’ailleurs assez vite une question et elle acquiesce disant : « Oui… Invitée par une amie. Mais je suis restée dans un coin, je n’étais pas très en forme… ». Ou plutôt, elle ne se plaisait pas du tout dans cet endroit. Mais bon, elle a survécu et plutôt en forme elle, en comparaison à ce jeune homme qui est dans un lit d’hôpital. Alors elle ne va pas se plaindre n’est-ce pas ? Elle n’en a pas vraiment envie. Elle sourit simplement, un peu timide mais ça va encore. Elle essaie de dissimuler sa nervosité derrière ce sourire.

Assez rapidement, il réagit à sa proposition d’appeler ses parents. Et bien sûr, c’est typique comme réaction. Enfin… elle l’imagine, puisqu’elle n’a jamais rien fait pour attirer l’attention de ses parents, elle ne voulait pas qu’ils aient plus de raison de lui faire du mal. Mais les attentes et les exigences sur les jeunes japonais sont tellement importantes… et la rigueur tellement grande. Oui. Oui, elle ne peut qu’imaginer. Elle ne répond pas sur le moment. Elle se contente de le regarder, bienveillante et souriante, comprenant simplement. Puis il se présente à son tour et elle sourit un peu plus en répondant : « Enchantée… ». Bien sûr qu’elle l’est, elle ne serait pas là sinon. Et puis, elle n’est pas désagréable, juste un peu timide. Mais dans le fond, elle est plutôt amicale quand on arrive à entrevoir un peu plus qu’une ombre qui passe rapidement dans un couloir. Puis il reprend la parole et elle sourit un peu en répondant : « Tu n’as pas à me remercier… j’aurais voulu qu’on en fasse de même pour moi si les rôles avaient été inversés… ». Oh ça… Bien sûr que oui, elle l’aurait voulu. Ne pas être seule, ne pas rester là, dans un lit froid et trop dur. Mais elle n’a pas d’ami alors qui aurait bien pu faire ça pour elle ? Elle hausse un peu les épaules, avec désinvolture. Elle sourit un peu puis dit : « Et puis maintenant on se connait au moins un peu… ».

Elle sourit un peu, amusée, lui adressant un clin d’œil. Elle ne sait pas d’où lui vient son humour soudain et peu naturel mais voilà, elle le regarde simplement avec son sourire et une certaine naiveté qui ne lui ressemble pas. Mais ce n’est pas si grave dans le fond, elle essaie juste de tromper son angoisse et sa timidité pour survivre à cette rencontre et à cette discussion si particulière. Puis, elle rajoute : « Par contre, même si ça ne sera pas très agréable, peut-être que tu devrais prévenir tes parents… Enfin, ils seront content de savoir que tu vas bien, c’est le plus important… ». Enfin, elle imagine que c’est comme ça que sont les choses chez les gens normaux avec des parents aimants et doux. Elle le regarde simplement, ne voulant pas le forcer, mais ils doivent sans doute s’inquiéter de ne pas l’avoir vu rentrer encore. Puis, elle se rend compte qu’il a peut-être faim ou soif alors elle demande : « Tu veux quelque chose ? Tu as faim ou soif ? ».

Agent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Fujita Isao
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 16 Mai - 6:43 (#)

L'envers du décor...

ft. Yoshida Kaori


« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. »
Toujours un peu dans les vapes, Isao regardait autour de lui. La lumière de la pièce, accentuée par la blancheur des lieux, donnait mal aux yeux au jeune homme. Même s'il avait fini par s'habituer plus ou moins à la lumière, la réverbération n'était pas des moindres. Il y avait toujours cette présence féminine qu'Isao connaissait à peine, seulement son identité. Apparemment, elle avait été présente à la soirée, et vu qu'elle était restée dans son coin, il était évident que le jeune homme n'aurait pu la voir, assoiffé et aveuglé par tant de monde autour de lui, le forçant à boire des litres et des litres d'alcool. Alors, il se contenta d'hocher légèrement la tête, avant de dire doucement.

- Hum. Je comprends maintenant pourquoi je ne t'ai pas vu à la soirée. Mais pourquoi tu es venue, si tu n'étais pas en forme ?

Cela intriguait toujours le jeune homme de savoir pourquoi les gens venaient à des soirées, mais restaient en retrait. Parce qu'ils ne connaissaient personne ? Parce qu'ils n'aimaient pas boire ou encore la musique qui passait ? Curieux. Isao était de ceux qui venaient à une soirée pour s'amuser, passer du bon temps, voire même raccompagner ou passer un peu plus de temps avec une jolie jeune fille.
C'est alors que, comme toute personne normale, elle lui proposa d'appeler ses parents. A l'inverse, Isao ne voulait absolument pas les voir, pas tout de suite, du moins. Il savait déjà que ses parents allaient être fous-furieux en voyant leur fils dans cet état. Il allait se faire gravement punir, c'était sûr. Alors, pour "changer" de sujet, il la remercia de l'avoir accompagné et d'être encore ici, avec lui. Il lui était très reconnaissant car sinon, il se serait réveillé seul, sans vraiment d'aide pour se souvenir de la raison qui l'a conduit ici. Il l'écouta, un peu sourire sur les lèvres, puis répondit alors à son tour.

- Il n'y a pas de raison que personne ne t'aide. Tu as l'air tellement adorable. Tout le monde serait venu au secours d'une jolie demoiselle en détresse.

Puis, il se mit à rire un peu, mais il toussa rapidement, à cause des machines. Sa gorge était si sèche et rugueuse qu'en riant il eut presque mal à l'intérieur. Alors, il toussa légèrement, puis essaya de faire descendre le peu de salive qu'il arrivait encore à produire, afin d'humidifier l'intérieur de sa bouche pâteuse et de sa gorge sèche.
Il lui souriait à nouveau, un sourire sincère, et presque enfantin. Il essaya de s'empêcher de rire au vu de son clin d’œil, mais rétorqua tout aussi doucement que précédemment.

- C'est vrai. Et je suis bien content de te connaître.

Isao ne cessait de regarder cette jeune femme. Elle semblait si douce et si attentionnée, cela la rendait un peu plus mignonne encore. Mais, elle le rappela à l'ordre en parlant à nouveau de prévenir ses parents. Alors, le jeune homme leva les yeux au ciel et soupira fortement. Non, il ne voulait pas les voir alors qu'il était réveillé depuis peu. Il haussa légèrement les épaules avant de répondre, d'un ton moins jovial qu'avant.

- Non. Plus tard. Je le ferai quand tu seras partie. Ils vont passer leur temps à m'engueuler, alors je préfère reculer au maximum ce moment; car je vais être privé de liberté par la suite.

Il soupira encore une fois, sa mine devenant un peu plus triste. Il savait qu'il avait fait une très grosse connerie, mais il n'en connaissait pas encore les conséquences. Isao souhaitait connaître encore un peu de calme avant la tempête, car elle se déchaînerait sur lui à l'instant où ses parents franchiraient la porte de sa chambre. Et franchement, il ne faisait plus le malin.
La jeune femme lui proposa à boire et à manger. Alors, Isao fit un petit sourire, et pointa comme il put les verres posés non de lui, mais qu'il ne pouvait atteindre.

- A boire, s'il te plaît. J'ai l'impression que je vais finir par dessécher...

code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageSam 27 Mai - 13:13 (#)



L’envers du décor…


ft Fujita Isao (Three years ago)


C’est difficile pour Kaori d’être là à parler à un inconnu. Elle sait être bienveillante, elle n’a aucun mal à l’être mais par contre, elle se doute qu’elle devra parler d’elle et ça c’est plus difficile pour elle, vraiment plus difficile. Elle ne sait pas si elle y arrivera, si elle peut faire confiance ou si elle doit être méfiante et ce qu’elle peut dire ou ne pas dire. C’est une drôle de situation pour elle, une danse étrange qu’elle ne comprend pas. Alors elle le regarde puis finalement lui dit : « Pour faire plaisir à une amie, et pour découvrir, je ne suis pas très habituée de ce genre de fête… ». Elle sourit un peu gênée l’informaticienne. C’est vrai qu’elle ne connait pas très bien les pratiques de ce genre de fêtes et qu’elle n’y va pas, mais elle n’a pas forcément passé une mauvaise soirée. Enfin pas totalement. Elle a essayé de faire un effort, pour apprendre. Elle a vu des choses étranges, c’est le moins qu’on puisse dire, mais des choses intéressantes aussi.

La conversation continue bien qu’elle soit étrange et particulière. Et surtout épuisante pour lui. Il revient de loin, il a eu beaucoup de chance. Sans rien dire de cela, elle espère que cet incident lui aura servi de leçon et qu’il sera capable d’en apprendre quelque chose d’important. Mais elle ne peut pas lui dire cela, même pas lui conseiller d’être plus sage, plus calme. Elle n’est pas à sa place ici, encore moins dans ce discours. Cependant, elle sourit un peu au compliment et répond : « Merci c’est vraiment gentil… Mais je suis un peu trop timide pour que les gens s’en rendent compte. Je suis juste bizarre pour les autres… ». Elle sourit à la fois amusée et gênée, rougissant même un peu. Elle ne sait pas vraiment quoi dire aux autres, c’est toujours compliqué pour elle de laisser les autres entrer. Elle fait parfaitement illusion jusqu’à ce que les gens se montrent curieux ou veuillent aller au-delà. Parce qu’elle ne sait pas les laisser entrer, elle a du mal à leur faire confiance, à se faire confiance. Elle sourit un peu à nouveau et répond : « Moi aussi je le suis… ». Contente de le connaitre, c’est vrai. Elle l’est. Elle aura juste un peu de mal à le laisser entrer.

Il refuse de prévenir sa famille et ses explications sont plutôt convaincantes à bien y réfléchir. Ils seront contents de le voir vivant, mais il prendra sans doute un savon, ce qui est tout à fait normal, n’est-ce pas ? Elle n’aurait pas été disputée elle, enfin… probablement si. Mais des coups auraient surement suivis, ainsi que des punitions diverses. Elle est bien contente de ne plus avoir de compte à rendre à ses tarés de parents. Et elle espère que les siens ne seront pas aussi horribles. Puis, elle sourit un peu et va lui chercher de l’eau. Il y a une bouteille et un gobelet sur le meuble dans la chambre. Elle le remplit et revient vers lui en lui tendant : « Et voilà… ». Elle sourit un peu et le laisse boire. Lorsqu’il a fini, elle reprend le gobelet et le pose sur la petite table ajustable avec la bouteille dans le cas où il souhaiterait boire à nouveau. Finalement, elle dit : « Je pense que tu dois être fatigué, mais sinon j’ai trouvé des journaux dans la salle d’attendre, je peux peut-être t’en amener quelques-uns ? ».


Agent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Fujita Isao
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 31 Mai - 9:30 (#)

L'envers du décor...

ft. Yoshida Kaori


« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. »
Le jeune homme écoutait la jeune femme qui était à ses côtés. Maintenant il savait pourquoi il n'avait jamais vu la jeune femme à d'autres soirées auparavant. Puis, il allait lui dire que, pourtant, les fêtes, c'était quelque chose de bien, où l'on rencontrait pleins de gens, où la musique battait son plein, où les gens dansaient et flirtaient, mais au vu de son coma éthylique, il décida de ne rien dire. Pour le coup, il préférait éviter de donner des commentaires, car il était loin d'être un bon exemple vis-à-vis de la jeune femme. Alors, il ne répondit rien, regardant un peu partout autour d'elle, et s'attardant parfois sur le visage de Kaori.
Puis, les paroles de la jeune femme ne semblent pas normales, ne semblent pas aller avec ce qu'elle paraît être. Alors, Isao, fronça un peu les sourcils et essaya de se redresser, mais grimaça. Alors il se rallongea correctement, et prit un ton un peu moins jovial et doux qu'auparavant.

- Pourquoi tu dis ça ? C'est n'importe quoi. Tu n'es pas bizarre ! Ce n'est pas parce que tu es timide que tu es forcément bizarre.

Isao lâcha un léger grognement de frustration, car il n'aimait pas entendre ce genres de paroles venant d'autres personnes, mais par-dessus tout, il détestait entendre cela venant d'une jeune femme; une jeune femme comme Kaori.
Il fit une petite moue, et après cela, Kaori annonça qu'elle était contente de connaître le jeune homme. Alors, il se demanda si elle disait la vérité, et c'est pourquoi il se contenta de gonfler ses joues en retour, un peu déçu.

Néanmoins, il pensa ensuite à autre chose. Isao se demandait vraiment ce à quoi elle pensait, et pourquoi se qualifiait-elle de "bizarre". Mais, il sorti de ses pensées lorsqu'elle lui proposa à quelque chose à manger, ou encore à boire. Le jeune homme répondit qu'il souhaitait un peu d'eau et, dès que la jeune femme le lui apporta, il la remercia et but d'un trait son verre d'eau. Le liquide transparent était frais, et lui faisait un bien fou. Elle reposa le verre non loin, et Isao la regarda à nouveau, un peu plus intensément que précédemment.

- Non merci, je n'ai pas envie de lire pour le moment. Puis toi... Si tu t'ennuies, je ne veux pas te forcer à rester là... C'est déjà très gentil à toi d'avoir fait le nécessaire avec moi et d'être encore là, à l'hôpital.

code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Agent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
avatar
Yoshida Kaori
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 8 Juin - 10:00 (#)



L’envers du décor…


ft Fujita Isao (Three years ago)


Elle ne s’attendait pas à devoir faire ça. A devoir appeler les secours, à devoir attendre à l’hôpital. Sa voisine lui avait dit qu’elle s’amuserait qu’il y aurait à manger, à boire, de la bonne musique et des gens cools. Mais finalement, il n’y avait pas beaucoup de gens cools, sinon elle n’aurait pas eu besoin d’attendre ici pour rester au chevet d’un inconnu. Ce n’est pas une mauvaise expérience complète mais bon, il faut bien dire que ça ne lui donne pas tellement envie de recommencer. Alors elle ne le fera surement pas. Mais au moins, elle l’aura fait, elle aura relevé ce défi. Elle n’en mourra pas, au contraire. Et elle pourra tout raconter à Jae Hwan, ce qui semble être une bonne idée. Peut-être qu’il a déjà fait ce genre d’expérience, alors dans ces cas-là, ils pourront en parler, échanger sur leurs expériences et tout. Mais sinon, il se contentera de son récit. Elle ne sait pas si c’est toujours comme ça, mais elle ne peut qu’imaginer que ce n’est pas le cas. La conversation continue cependant et elle réussit à s’en sortir plutôt bien. En même temps, ils sont seuls, l’endroit est calme. Elle ne peut qu’être détendue, quoi qu’un peu mal à l’aise mais elle a déjà connu pire. Lorsqu’il reprend la parole, Kaori ne peut s’empêcher de rire un peu avant de répondre : « Pour certain c’est du pareil au même. Et puis je ne suis pas juste timide, je suis un peu plus que ça… Mais ce n’est rien, j’ai l’habitude… ». Ce n’est pas du fatalisme, parce qu’elle change, elle fait des efforts, elle progresse vraiment. Mais il faut dire qu’elle a encore des problèmes à régler de son côté et qu’elle sait que ça lui prendra du temps. Elle rit un peu à nouveau, ce qui est plutôt étrange pour elle avant de répondre : « Je suis parfois un peu trop méfiante, j’ai du mal à aller vers les autres, alors forcément ça ne leur plaît pas tellement… ». Elle hausse les épaules simplement, avec un léger sourire.

L’informaticienne n’en fera pas un drame, n’est-ce pas ? Elle pourra tranquillement continuer à évoluer et à grandir. Elle continuera à faire ce qu’elle doit faire, ce qu’elle veut faire, à être libre. Personne ne lui mettra plus de chaîne, elle préfère encore vivre seule toute sa vie que de devoir à nouveau être le jouet de quelqu’un. Elle ne veut plus être la propriété d’un autre, parce qu’elle est humaine, et qu’en tant qu’être humain on ne devrait jamais être la propriété d’un autre. Mais elle a aussi envie de fonder une famille quand même. Même si elle est encore méfiante. Un jour peut-être, elle aimerait avoir des enfants pour pouvoir en prendre soin et les aimer. Elle ne sait pas d’où lui vient cet instinct maternel, mais voilà, il est là. Elle n’exclue pas cette possibilité. Il recommence à lui répondre et elle l’écoute en souriant tranquillement. Puis elle se redresse un peu et répond : « D’accord… Il n’y a pas de souci, je n’allais pas te laisser comme ça… ». Enfin, elle se demande comment est-ce qu’on peut laisser quelqu’un dans cet état sans avoir l’idée d’appeler, de se poser des questions, d’essayer d’aider. C’est plutôt étrange quand même. Même elle qui pourtant est totalement inadaptée se rend bien compte de la débilité de la situation. Il fallait appeler, il avait besoin d’aide, il fallait l’aider. Bon et puis, n’ayant pas bu elle ne risquait pas d’avoir des ennuis, mais bon. Elle reprend la parole pour dire : « Je peux rester encore un peu si tu veux, ça ne me dérange pas… J’imagine que tu n’as peut-être pas envie d’être seul… ». Mais ça, elle n’en est pas sure du tout.


Agent Ishikawa
☆☆☆☆☆☆☆☆☆☆
Who are you? : Travaille à Akai Ito

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
0/0  (0/0)
avatar
Fujita Isao
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 15 Juin - 15:08 (#)

L'envers du décor...

ft. Yoshida Kaori


« L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération. »
Cette pièce était blanche, très blanche. Un peu trop blanche au goût d'Isao, d'ailleurs. Il n'arrivait pas à se sentir un minimum à l'aise, et encore moins dans sa blouse verte claire, ouverte derrière; ses fesses nues se sentant un peu trop à l'air libre. Isao voulait partir de là, retourner chez ses parents et rester cloitrer quelques jours sans leur en toucher un mot. Mais là, ce n'était pas possible. Alors, il essayait de retarder au maximum le moment où il allait devoir les contacter pour leur dire qu'il était à l'hôpital. Là, ils rencontreraient les médecins et infirmières qui les assailliraient de diverses questions en tout genre concernant ce qu'il s'est passé : le coma éthylique. Il espérait aussi que Kaori soit déjà partie, sinon elle subirait le même sort que ces pauvres infirmiers. Il écouta ainsi la jeune femme qui parlait de sa bizarrerie, chose impensable aux yeux d'Isao. Comment pouvait-elle être bizarre juste par sa timidité ? C'était carrément illogique. Complètement. Il l'écouta en entier, attendant qu'elle finisse sa seconde phrase, puis il reprit, à son tour.

- Tu es comme tu es. Ce n'est pas parce que tu as du mal à t'ouvrir aux gens que tu es bizarre. Au moins, l'avantage, c'est que ça t'évite de te retrouver à faire des conneries, comme moi. Puis à mon avis, si les gens te trouvent bizarres, c'est qu'ils sont idiots. Tu es très bien comme tu es, sache le. Ignore ces débiles.

Il était franc et sincère envers elle. Il voulait lui montrer qu'elle n'avait pas à se sentir différente. Néanmoins, il ne connaissait par la vie personnelle, la vie familiale, la vie amicale de la jeune femme. Il ne connaissait ni son passé, ni son présent. Elle était sans doute devenue ainsi à cause de cons, ou alors elle était ainsi depuis toute jeune. Qu'elle soit comme ça depuis sa plus tendre enfance ou non, Kaori ne devait pas se sentir bizarre. Elle était parfaitement normale, pour Isao en tout cas.

- Merci... Mais je ne vais pas te retenir trop longtemps quand même, tu as sans doute d'autres choses à faire. C'est déjà très gentil à toi d'être encore là.

A peine avait-il prononcé ses mots qu'une infirmière était rentrée dans la salle, avec une sorte de plateau tenu sous cloche; elle apportait le repas. Elle le déposa alors sur la table roulante, et regarda les différentes petites poches suspendues sur une sorte de cintre sur roue; et les remplies à nouveau. Elle déposa deux-trois questions à Isao pour savoir si tout allait bien, nota quelques petites choses sur une feuille et sortie de la pièce. L'odeur de la nourriture rempli la pièce, et le jeune homme regarda Kaori.

- Tu n'as pas trop faim ? Si tu veux on peut partager.

code by ORICYA.


— 恋のメロディー—

Le revers de la médaille
On a une vie, on peut jouer avec et en faire ce que l'on veut. Mais lorsque l'on franchit la ligne, il est très difficile de revenir en arrière ou même à la vie normale. Croyez moi, j'en sais quelque chose.
   
•• AMAARANTH ♫♪
Contenu sponsorisé
Message (#)
 
(Flashback - Isao) L’envers du décor…
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Amis, envers et contre tout [ PV ]
» Tiens tiens tiens... Comme on se retrouve... {Flashback} [Ryuuku Gakuen]
» [RP Flashback] Entre Nymphomanie et Psychopathie...
» Dévouée comme une fille envers sa mère
» [procès] Spik, insulte et menace envers le maire de LR

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Le passé, envolé-
Sauter vers: