☙ Si ton personnage est inscrit au programme, n'oublie pas de venir demander ton couplage ici !


 

 There´s a cool cat in town, never going down • | Ft. Kaori ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 30 Avr - 3:22 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Le rendez-vous, Taichi n’avait pas réellement à s’en plaindre, il s’était beaucoup mieux passé qu’il ne l’avait prévu. Il remerciait Kaori qui avait fait des efforts et ne l’avait pas envoyé balader. C’était vrai qu’il était différent de l’adolescent d’autrefois néanmoins cela n’effaçait pas le mal qu’il avait pu causé et la rancune qu’elle éprouvait envers lui. Ils avaient beaucoup discuté, peut-être que ça les avait aidé, peut-être pas. Le garçon ne le savait pas et il ignorait encore moins ce que la jeune femme songeait réellement à son sujet. Elle lui paraissait adorable derrière son attitude froide qu’elle abordait, parce qu’elle essayait machinalement de le comprendre et de trouver des solutions à son sujet. Quelque chose que lui peinait à apprécier en règle général, parce qu’il n’avait pas envie qu’on se soucie de sa condition, cependant malgré tout, ça l’avait touché. Autant que ça le perturbait d’ailleurs. Elle lui avait même donné ses coordonnées, une chose à laquelle Taichi ne s’était pas attendu... Bien qu’elle ait déclaré qu’ils n’avaient « pas le choix » que de se revoir, que cette réflexion lui avait paru dur sur le moment, il considérait cela comme un pas en avant. Il ignorait s’ils étaient sincèrement destinés l’un pour l’autre ou non mais une chose pour laquelle il était sûr, c’était que cet Akai Ito semblait les aider à apprendre à se connaître à nouveau, à modifier le passé puis les forcer à se consacrer au moment présent, à ce qu’ils vivaient maintenant... C’était une bonne chose. Il y croyait, parce que même s’il ne s’en souvenait pas, il souhaitait corriger ses erreurs d’autrefois, il souhaitait lui montrer qu’il n’était plus aussi idiot et que son coeur était plus que sincère, qu’au plus profond de lui, il était capable de ressentir ses regrets. Tout comme son esprit était rempli de tout un tas d’émotion dernièrement.

Ses problèmes de sommeil ne s’étaient pas arrangés, il se réveillait toujours au milieu de la nuit sans raison particulière avec les battements son coeur qui adoptaient un rythme effréné et irrégulier. Il en avait parlé à son médecin, il lui avait fait part de chacune de ses sensations, des douleurs qu’il éprouvait parfois lorsqu’il réfléchissait trop et de ses émotions incompréhensibles qui l’accaparaient... Elle lui avait déclaré que c’était normal, qu’après son accident, son esprit était troublé et qu’il y avait des choses que malheureusement même une amnésie ne peut pas contrôler. Elle lui avait expliqué aussi qu’il s’était réveillé il n’y avait pas si longtemps, que sa santé ne pouvait pas être parfaite en si peu de temps et qu’évidemment, un tel incident laisse de profonde séquelle. Une des raisons de plus qui le convainquait à ne pas toucher à l’alcool, et encore moins de retourner dans une voiture. Hors, il ne se plaignait pas, il faisait de son mieux pour continuer d’avancer, pour lutter contre sa fatigue et travailler sur les devoirs que sa neurologue lui avait donné.

Sa routine ne changeait pas vraiment, si ce n’était peut-être que cela faisait désormais quelques jours que son trajet pour rentrer à la maison au soir était plus long. Il avait le coeur sur la main, réellement, et s’inquiétait pour pas grand chose... Il avait croisé ce petit chat qui, abandonné dans un carton, attendait sûrement à ce qu’on l’adopte. Le jeune homme hésitait à chaque fois qu’il longeait sa route puis le croisait, en train de le regarder avec ses petits yeux, adorables. Il n’avait rien contre les chats et ne serait pas contre un peu de compagnie néanmoins il avait peur de ne pas être à la hauteur. C’était déjà difficile de s’occuper de lui-même donc un animal... Du coup, plutôt que le prendre avec lui, chaque soir, il passait du temps à ses côtés, il jouait, le caressait et lui apportait même de quoi manger. Constamment, il se demandait si ce ne serait pas mieux de le prendre avec lui, songeant qu’il serait de toute manière beaucoup plus heureux dans un appartement au chaud que dehors dans cette petite boîte en guise de maison...

Encore plus aujourd’hui, alors que sortant du konbini, il avait observé le temps à l’extérieur et la pluie qui avait commencé à tomber plutôt fortement. Sans hésiter, Taichi était retourné dans l’épicerie, s’achetant un parapluie avant de se mettre à courir à la recherche de son nouvel ami qu’il avait baptisé Taiyou. Il n’y avait pas de raison particulière à cela, peut-être sa bouille ainsi que sa couleur et également parce que lui, il adorait le soleil. Ca avait toujours le don de réchauffer un peu plus son coeur, comme ce chat qui avait l’air de l’apprécier.
Il était soulagé de voir qu’il était encore là bien que de l’inquiétude se refléta dans ses prunelles en le voyant trempé et l’expression qui se reflétait dans ses pupilles. Un sourire rassurant naquit sur le visage du garçon alors que commençant à lui parler, il déposant le parapluie ouvert sur le sol, couvrant ainsi le carton et l’animal. Il retira également sa veste, s’en servant comme une serviette afin de l’essuyer et de s’assurer à ce qu’il n’attrape pas froid. Ce n’était pas grave si lui était mouillé, il n’aurait qu’à se changer une fois rentré... Il ferait moins le malin s’il tombait malade, certes.

Ensuite, sortant une gamelle de son sac, il y glissa de la nourriture avant de la donner au chaton puis de le caresser doucereusement. Ce soir, il s’était décidé. Il allait le garder avec lui... Au moins, Taiyou aurait une véritable maison puis lorsque le temps serait aussi horrible qu’en ce jour, il pourrait rester au chaud à l’intérieur.

- Hum. Faisons ça, Se parla-t-il en lui-même, hochant à la tête, Et si tu venais chez moi ?

Evidemment, il n’obtint aucune réponse si ce n’était qu’un regard incompréhensif de l’animal qui replongea aussi rapidement son nez dans le bol de nourriture. Taichi ne put se retenir de rire légèrement avant qu’un bruit de pas, provenant de sa droite, n’attire son attention et il fut complètement surpris de reconnaître la demoiselle. Ce n’était pas croyable que le hasard, les pousse autant l’un vers l’autre... Ne sachant pas réellement comment réagir, il se contenta de lui sourire puis de lui faire un signe de main en guise de salue.



✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 30 Avr - 18:17 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Il lui a fallu plusieurs jours pour se remettre de ce rendez-vous. De la déception d’avoir été couplée avec lui, de la sensation désagréable qu’elle a ressenti et de cette difficulté qu’elle a éprouvé à distante avec lui. Parce qu’elle est touchée par le jeune homme, par son accident, son amnésie. Alors l’informaticienne se sent perdue. Entre sa rancœur et sa bienveillance. Quelque part entre les deux, ensevelie sous une montagne d’émotion dont elle n’en comprend pas un quart. Après ces quelques jours, c’est la curiosité qui l’a finalement emportée sur le reste. Elle a voulu savoir ce qui pouvait lui causer des problèmes de sommeil comme ça. Et de fait, savoir comment il avait eu son accident. Alors elle un peu fouillé les journaux et autres. Et finalement, à force de chercher, elle a fini par trouver le nom de la jeune femme s’étant suicidée à l’Ishikawa Corp. Puis, elle a trouvé un article sur l’accident de Taichi et sur sa sortie de coma trois ans plus tard. Un peu sonnée, Kaori a mis du temps à tout remettre bout à bout. Et lui a fallu un peu de temps pour intégrer tout ça et accepter. Accepter de voir que celui qu’elle a aimé au lycée a pu aimer quelqu’un réellement, au point d’être rongé par le chagrin. Ou plutôt essayer d’accepter. Puis, elle a regretté d’être allée voir. Parce que cela ne la regarde pas, et qu’elle ne saura pas forcément continuer à le détester totalement. Enfin. Un peu quand même. Par jalousie. Par déception aussi. Et par difficulté d’accepter que de toute évidence elle n’est pas celle qu’il lui faut, qu’elle n’est pas la femme de sa vie. Et qu’elle ne pourrait probablement pas remplacer ce vide en lui qu’il ne sait pas expliquer.

Pendant ces quelques jours de divagations et d’errance mentale, elle a trouvé du réconfort sur le trajet jusqu’au boulot. Un [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien], dans son carton, de toute évidence abandonné. Kaori s’est arrêtée tous les matins pour lui donner un peu à manger, allant même jusqu’à partir plus tôt pour passer un peu de temps avec lui. Un petit chaton roux et blanc, vraiment trop mignon, qu’elle a fini par baptiser Taiyou, pour sa couleur, son propre amour du soleil, de sa chaleur et pour le bonheur qu’il lui a apporté durant ces quelques jours. Mais Kaori n’a pas osé franchir le pas de l’emmener chez elle. Trouvant tout un tas de faux prétexte pour ne pas le faire. Mais aujourd’hui, il pleut. Et aujourd’hui elle n’a pas eu le temps de passer ce matin, alors elle s’est un peu inquiétée pendant la journée. Et quand finalement, sur le chemin du retour, elle arrive au carton du chaton, bien abritée sous son parapluie coloré, ses talons claquant un peu le sol, elle trouve quelqu’un déjà penché au-dessus du carton. Et bien sûr, quand il lève le visage sur elle, elle ne peut que constater avec un certain agacement qu’il s’agit de Taichi. Décidément, il est toujours toujours sur sa route… Il y a un truc, quelque chose, une malédiction, n'importe quoi… Kaori n’est pas superstitieuse, mais là, elle va commencer à croire que quelqu’un leur à jeter un sort. Elle roule un peu des yeux et dit : « Encore toi… ». Elle s’accroupit finalement, et regarde le chaton qui a levé le nez de sa gamelle pour la regarder. Elle vient le caresser un peu sans savoir vraiment qui lui dire. Elle est contente de voir le chaton en bonne santé, et abrité mais agacée que cela soit par Taichi. Même si elle n’a pas vraiment de raison de l’être, c’est plutôt cool qu’il s’occupe de lui aussi. Elle arrête de le caresser pour le laisser manger, puis, elle relève les yeux sur Taichi et dit : « Tu vas prendre froid… ». Elle regarde le chaton qui a séché un peu grâce à la veste du jeune homme en se disant que lui aussi va prendre froid s’il reste tout seul dehors sous la pluie. Il va vraiment falloir le sortir de ce carton. Et maintenant qu’il y a quelqu’un d’autre qui pourrait le faire, Kaori a le cœur pincé parce qu’elle regrette de ne pas l’avoir fait avant. C’est idiot. Elle se sent idiote et du coup elle est en colère. Décidément, il a le don de la mettre totalement hors d’elle. « Tu t’occupes de lui depuis longtemps ? ».

Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 1 Mai - 1:33 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Il ne s’en souvenait pas, non. Il ne s’en souviendrait jamais mais son coeur se rappelait entièrement lui et c’était la raison pour laquelle, Taichi n’était pas capable de passer une nuit complète. Parce qu’il n’avait pas vraiment oublié le jour où sa petite amie avait mis fin à ses jours, que son coeur se remémorait encore de chaque sensation qu’il avait éprouvé lorsqu’il avait du lire sa lettre et qu’incapable de respecter ses mots, il n’avait pas su avancer. Après tout, à l’époque, Natsuki était réellement tout ce qu’il avait... Probablement qu’il s’était trop raccroché à elle, qu’il en avait aussi attendu énormément parce que comparé à d’autre, elle avait su lui apporter tellement, révéler sa véritable personnalité et ne l’avait jamais jugé. Il l’avait aimé et c’était la raison pour laquelle surpasser la douleur avait été difficile... Parce qu’en plus d’être rongé par le chagrin, il avait été rongé par les regrets... Les regrets d’avoir été aveugle, de ne pas avoir vu qu’elle souffrait, qu’elle était sous un surplus de pression et de n’avoir rien fait pour elle. Il lui avait été complètement inutile, même son amour n’avait pas pu la sauver. Et c’était malheureux. Certainement qu’à cette période, il avait pensé qu’il méritait ce malheur, qu’il n’avait aucun droit d’être heureux et que c’était mieux s’il continuait à se détruire tout seul. De toute façon, il n’avait pas la force, encore moins l’envie de se relever... A quoi bon se battre dans un monde où son principal bonheur n’était plus là ? Il s’était laissé aller, complètement, au point de perdre ses seuls amis qu’il avait parce qu’à cet instant, il n’en avait que faire... Ivre, il avait cru que disparaître l’aiderait à panser ses maux qui le torturaient, à effacer ses images qui le hantaient chaque soir et chaque jour. C’était faux. Probablement que ce n’était pas encore son heure et si on lui avait accordé une seconde chance, qu’on lui donnait le droit d’apprécier la vie à nouveau, son passé n’avait pas entièrement disparu. Il était enfoui durement quelque part dans le fond de son être. Quoi qu’il fasse, celui-ci ne s’éteindrait jamais cependant, c’était malgré tout une bonne chose que sa mémoire ait disparu, qu’il ne puisse pas se souvenir de tout ce qu’il avait du traverser... C’était perturbant, frustrant, d’éprouver certaines sensations sans comprendre pourquoi néanmoins, Taichi l’ignorait, c’était réellement mieux pour lui qu’il ne le sache pas. Jamais.

Afin de ne pas trop réfléchir, il tentait constamment de s’occuper l’esprit, de ne pas s’enfermer dans un endroit où il n’avait rien d’autres à faire que de s’interroger... Et c’était le cas avec ce chaton, à chaque fois qu’il était en sa présence, ça avait le don de le détendre, de relaxer son esprit puis machinalement, un sourire attendri prenait forme au coin de ses lèvres. Hors, il n’avait jamais pensé que quelqu’un d’autre pouvait s’en occuper et même encore maintenant alors que Kaori était là, l’idée qu’elle s’occupait de Taiyou au matin ne lui avait pas traversé l’esprit.

« Ce n’est pas grave. » Avait rétorqué le jeune homme à la remarque de l’informaticienne « Il est plus important. »

Il s’en voudrait si l’animal finissait par mourir de froid parce qu’il s’était privilégié... Lui, le plus gros risque qu’il avait était de tomber malade puis de devoir rester clouer au lit plusieurs jours. Ce n’était pas grave, il l’avait fait pendant trois ans, un peu plus, un peu moins... Le chaton était, au contraire de lui, très mince et lorsqu’il l’avait retrouvé ce soir, Taiyou tremblait. Qu’aurait-il pu faire de plus ? La vérité était qu’il se reprochait déjà assez de ne pas être capable de plus.

- Un petit moment, oui.

Naturellement, sur ses dires, il avança sa main afin de caresser tendrement la tête de la boule de poils, glissant ses phalanges derrières les oreilles de ce dernier tandis qu’un sourire se dessina sur son visage.

- Je comptais l’amener chez moi aujourd’hui. Je refuse de le laisser là un jour de plus.

Ce qui était étrange était sûrement l’amertume qui se reflétait dans sa voix lorsqu’il parlait. Puisqu’il était sincèrement en colère contre ses gens qui avaient abandonné ce pauvre chat. D’accord, il voulait bien accepter qu’on n’avait pas le temps de s’occuper, peut-être même pas d’argent mais... Pourquoi le laisser au bord de la route et dans le froid ? Ca le répugnait.

- C’est la première fois que je te vois par ici, Ajouta-t-il, détournant son regard en direction de sa vis-à-vis, Tu vas bien ?


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageLun 1 Mai - 17:43 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Le voir là, maintenant qu’elle sait ce qui s’est passé est étrange. Elle a du mal à savoir si elle le déteste un peu moins ou si elle le déteste encore plus. Parce que dans tout ça, c’est encore elle qui prend cher. Après qu’il lui ait honteusement menti et qu’il l’ait pris pour une idiote, il a finalement trouvé l’amour. Mais encore une fois, il l’a perdue. D’un côté, ça la rassure sur le fait que ça ne soit pas de sa faute, d’un autre, cela ne fait que la rendre jalouse de ce qu’elle a n’a pas eu et n’a pas été. Et quand elle le voit là, avec son regard gentil, son sourire et sa bienveillance, ça l’énerve encore plus. Parce qu’elle ne sait pas vraiment quoi penser de toute ça. Elle ne sait pas quoi faire de ces informations. Elle est un peu perdue, elle se sent seule, démunie. Une chose est sure, elle est triste pour Natsuki qui avait l’air d’être une fille gentille, le genre de fille n’ayant rien demandé à personne. Un peu comme elle finalement. Elle regarde Taichi, de son habituel regard distant et froid. Elle n’est pas vraiment en colère, elle est un peu agacée, elle est perdue, elle a mal, mais elle n’est pas réellement en colère. Par contre, elle a la désagréable sensation d’avoir eu raison, comme s’il faisait inconsciemment capoter ses relations ou un truc du genre. Elle ne sait pas trop mais dans le fond, elle se sent moins coupable, d’une certaine façon.

Elle regarde à nouveau le chaton. Il est vraiment adorable ce chaton et très touchant. Il est seul, amaigri, il passe ses journées dans ce carton, tout seul, abandonné. Un peu comme elle. Abandonnée d’une certaine façon par des parents qui n’ont jamais été là pour elle, qui l’ont maltraitée, violentée. Elle le trouve touchant. Lorsqu’il répond que le chaton est plus important que lui et que ce n’est pas grave s’il prend froid, elle se contente d’acquiescer un peu. En effet, le chaton est important, de là à attraper froid, Kaori ne sait pas. Mais bon, une chose est sure, elle aurait surement fait la même chose et probablement même répondu la même chose, alors dans le fond elle ne peut pas vraiment lui reprocher de lui répondre ça. Mais Kaori aime bien lui reprocher des choses, c’est apaisant en quelque sorte, c’est le moins qu’on puisse dire. Apaisant et agaçant. Parce qu’il l’énerver d’une certaine façon, et en même que c’est agréable de pouvoir blâmer quelqu’un de la plupart de ses soucis.

Puis, lorsqu’il reprend la parole pour dire qu’il passe depuis un petit moment, elle le regarde simplement. Elle aussi finalement. Depuis un moment. Ce chaton lui a permis de se vider l’esprit, de penser à autre chose, d’offrir de l’amour sans condition, sans rien attendre en retour que de l’amour aussi, et du réconfort. Puis, il reprend la parole et elle le regarde un moment, pince les lèvres puis détourne le regard. Oui, c’est toujours quand quelqu’un vient prendre une occasion qu’on a pas saisi qu’on regrette n’est-ce pas ? Si Kaori avait ramassé ce chaton hier soir, rien ne se serait produit et elle serait rentrée directement pour retrouver la boule de poil tranquillement lovée dans son fauteuil. Elle regarde le chaton, un peu agacée, n’arrivant pas à se consoler en se disant qu’au moins il sera bien chez Taichi. Elle n’aime pas partager, c’est un fait. Elle n’a jamais appris à le faire en même temps. Elle est un peu égoïste dans le fond. Il reprend à nouveau la parole alors qu’elle n’a pas encore parlé. Parce qu’elle n’arrive pas à trouver quelle réplique cinglante lui lancer pour le décourager et le faire fuir. Bon, ce n’est ni fair play, ni sympa mais… Kaori n’a pas envie de partager. Alors elle répond : « Je ne passe pas le soir normalement, plutôt le matin… Mais j’ai eu un imprévu ce matin et je n’ai pas eu le temps de m’arrêter…». Elle marque une pause et dit : « Et je pensais aussi le ramener chez moi ce soir… Il faut croire que le destin s’acharne… ». Peut-être bien qu’il y a une raison pour que le robot les ait couplé tous les deux non ? Kaori repousse cette idée d’office, ne voulant pas y songer, ne voulant pas y penser, non jamais. Elle refuse. Elle pince à nouveau les lèvres, posant à nouveau son regard sur le chaton roux et blanc qu’elle apprécie tant et qui lui manque déjà. Elle finit par soupirer et dit : « Tu étais là le premier. Alors soit. Prend soin de lui ou tu auras affaire à moi… ».


Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 10 Mai - 8:20 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]L’idée qu’elle puisse vouloir adopter ce chaton à son tour ne lui avait vraiment pas traversé l’esprit. Et pourtant, ce n’était pas qu’il y avait songé à plusieurs reprises à chaque fois qu’il y passait au soir. Il se demandait toujours pourquoi personne ne s’arrêtait, pourquoi personne ne cherchait à l’emmener dans une maison plus au chaud ou lui donner à manger comme lui le faisait. Dans ces moments là, Taichi avait vraiment du mal à comprendre les gens mais il s’était dit qu’il n’était sûrement pas mieux qu’eux, puisque s’il aidait l’animal, il n’avait pas su se résigner - jusqu’à aujourd’hui - de le prendre avec lui. Mais c’était parce que le concernant, c’était compliqué. Il avait peur de ne pas agir correctement, de ne pas savoir quoi faire pour soutenir cette boule de poils et que ce dernier soit malheureux car il n’en avait pas pris soin comme il le fallait. Désormais, il avait réalisé que Taiyou serait toujours mieux chez lui que seul, à l’extérieur, dans le froid et sous la pluie. Et non, il s’excuserait auprès de Kaori, s’il avait su qu’elle était aussi intéressé, le garçon ne se serait probablement pas pressé. Il n’était pas de ce genre d’homme à se battre pour quelque chose, il était au contraire d’accord pour partager et même s’il avait eu un coup de coeur pour cet animal, qu’il ne serait pas contre plus de compagnie, il le lui laisserait volontiers. Puisqu’elle s’en occuperait sûrement beaucoup mieux que lui, que s’il choisissait de l’adopter, c’était plus pour le chat que pour lui-même. Il ne supportait pas l’idée de l’abandonner ici puis de prendre le risque de revenir le jour suivant et le retrouver sans vie. Il s’en voudrait pour toujours s’il ne faisait rien... Et mine de rien, on s’attache facilement à ses bêtes là.

Sincèrement, s’il avait su, s’il avait deviné que la jeune femme comptait également prendre soin de l’animal, il n’aurait pas parlé, il aurait souri puis le lui aurait donné. Parce que c’était ça le plus important, le bonheur du chaton. Pas le sien, ni celui de Kaori... Et lorsqu’il y réfléchissait, Taichi était assez rationnel pour admettre qu’il serait plus heureux avec cette demoiselle que dans son appartement. Il n’en avait pas la preuve, probablement qu’il se dévalorisait même beaucoup et que c’était une manière comme une autre d’éviter tout conflit entre eux... Il ne s’agissait que d’une excuse puisque dire qu’il ne serait pas capable de s’en occuper après tout ce qu’il faisait chaque soir rien que pour le bien d’une boule de poils, c’était un peu ironique. Il avait même sacrifié sa propre santé au dépend de Taiyou, évidemment qu’il serait en mesure de s’occuper de lui et le combler de bonheur. Tout comme le chaton réussirait à ajouter un peu plus de chaleur dans son existence, lui permettre de ne pas trop réfléchir et lui offrir de la compagnie. Ce n’était pas comme si le garçon avait énormément d’amis... Il n’en avait pas. Ou plutôt, mis à part Shota, il n’en avait plus. Et puisqu’il était amnésique, il ne saurait même pas capable de les reconnaître de toute façon... Il ne s’en plaignait pas, il appréciait sa vie telle qu’elle était et il avait bien l’intention de la croquer à pleines dents toutefois on ne pouvait pas lui reprocher de s’interroger parfois.

« Oh... Désolé. Je ne savais pas. » Avait alors finalement rétorqué le jeune homme lorsqu’il appris ne pas être le seul à s’inquiéter du sort de cet animal.

S’il n’en avait rien dit, au fond de lui, ça l’avait amusé. Parce que c’était étrange... Quel pourcentage de chances y avait-il à ce qu’il y ait une autre personne qui s’occupe de Taiyou et que cette dernière soit la femme avec qui il était couplé ? La vie pouvait réellement être incroyable et si, à une époque, il a maudit l’Ishikawa Corps ainsi qu’Akai Ito, aujourd’hui ça l’intriguait énormément. Et si la machine disait vrai ? Et s’ils étaient vraiment fait l’un pour l’autre ?

Restant silencieux, ses phalanges se perdirent doucereusement sur la tête du chaton avant que détournant son regard sur son interlocutrice, il n’interrompt un instant ses mouvements. Il ne pensait pas de la même façon qu’elle et c’était la raison pour laquelle, il avait instinctivement secoué sa tête.

- Tu peux le prendre, ça ne me dérange pas. Du moment qu’il ne traîne plus dans la rue, c’est tout ce que je demande. Je suis sur qu’il sera bien mieux avec toi donc, prends le.

Il ne voulait pas en faire toute une affaire et il n’avait pas envie que la jeune fille soit déçue non plus de ne pas, finalement, avoir pu ramener le chaton avec elle. Peu importait ô combien elle le détestait, il n’était pas aussi cruel qu’elle pouvait l’imaginer et c’était également le cas par le passé. Il était jeune, con et terriblement maladroit cependant c’était vrai que non, encore une fois, cela n’excusait pas tout.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 12 Mai - 0:35 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Bien sûr, Kaori est frustrée et en colère. Mais surtout contre elle-même en fait. Elle aurait dû prendre ce chaton dès le premier jour. Elle aurait dû ramasser ce carton en rentrant et le ramener. Elle lui aurait acheté un petit arbre à chat, un bac à litière, une gamelle et des croquettes et en aurait fait un petit roi. Et maintenant qu’ils sont dans cette situation, elle n’arrive pas à comprendre pourquoi elle ne l’a pas fait. La peur de ne pas être à la hauteur, la peur de se décevoir elle-même, de lui faire du mal parce qu’elle pourrait bien détruire tout ce qu’elle touche, ou la volonté de laisser ce chaton à quelqu’un qu’il comblerait plus qu’elle ? Elle n’en sait rien. Tout cela surement en même temps. Mais c’est encore pire de voir l’air désolé de Taichi sur son visage. Elle déteste ça, d’une certaine façon. Elle n’aime pas le voir souriant, gentil, sympathique. Sérieusement, il n’est pas sympathique. Il est menteur, manipulateur et sacrément con aussi. Enfin… peut-être qu’elle est un peu de mauvaise foi. Ou peut-être pas. Elle s’en moque dans le fond. Elle n’arrive pas à lui pardonner, elle n’arrive pas à effacer cette rancœur. Elle ne comprend pas vraiment pourquoi et elle ne sait pas vraiment à qui demander conseil.

Elle regarde le chaton à nouveau en l’écoute lui dire qu’il est désolé et qu’il ne savait pas. En même temps c’est normal, non ? Elle n’a pas inscrit son nom sur le carton, elle a continué à le nourrir mais à aller bosser sans jamais le ramener. Elle l’écoute à nouveau lorsqu’il reprend la parole pour lui dire qu’elle peut le prendre et que tant que le chaton est heureux c’est tout ce qu’il l’importe. Elle réprime le pincement de lèvre qui lui vient. Elle va finir par faire une overdose de gentillesse. Peut-être qu’il faudrait qu’elle croise à nouveau ce type totalement antipathique. Oui, en voilà une bonne idée. Elle le regarde et dit : « Tu n’as pas à être désolé, tu ne pouvais pas savoir…». Elle le regarde un moment puis regarde à nouveau le chaton en répétant : « Tu étais là le premier. ». Elle se tait à nouveau puis complète : « De toute façon, nous allons nous voir régulièrement maintenant que nous sommes couplés… ». Elle relève son regard sur Taichi. Et bien oui. Elle ne compte pas demander un autre couplage, cela lui ferait probablement perdre un grade et beaucoup de respect et elle ne veut pas que les choses changent à son boulot. C’est l’une des choses les plus stables et les plus apaisantes de sa vie. Et à dire vrai c’est même la meilleure chose qui lui soit arrivé. Alors elle ne veut pas saboter ça, même si ça veut dire qu’elle doit le supporter lui. Si jamais c’est trop insupportable pour elle, elle avisera. Ou elle lui donnera l’argent pour se désinscrire, pour s’en aller de lui-même. Elle trouvera bien quelque chose. Mais dans tous les cas, elle trouvera une solution alternative. « On va partager beaucoup de choses, donc pourquoi pas commencer par lui. Les chats s’adaptent vite, il s’adaptera. Et il recevra deux fois plus d’amour de cette façon… ». Et ça, si ce n’est pas un pas vers lui, alors elle ne sait pas ce que c’est. Mais bon, elle ne le dira pas d’elle-même évidemment.


Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 26 Mai - 10:13 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]Lorsqu’on est jeune, on est forcément plus stupide, on ne pense pas au mal que l’on peut causer puisque justement, on est idiot. Taichi n’avait aucune excuse, parce qu’il ne s’en souvenait pas donc il était difficile pour lui de se justifier... Néanmoins à l’heure actuelle, il était plus que sincère, il ne lui désirait aucun mal tout comme à l’époque, au bout du compte, il aurait préféré ne pas le blesser. Parce que oui, il l’avait regretté. Il avait grandi et avait réalisé sa bêtise, principalement après leur rupture cependant il était beaucoup trop fier, et encore une fois stupide, pour oser l’admettre en face. Probablement que s’il l’avait fait, il aurait été plus heureux aujourd’hui et la vie aurait été plus clémente avec lui. Il y avait souvent pensé autrefois que peut-être, s’il avait perdu Natsuki ce jour-là, c’était parce qu’on le punissait de ses actes passés, qu’il avait sûrement du mal agir quelque part et qu’on lui donnait ce qu’il méritait. Cette femme était trop parfaite pour qu’il ait le droit de se tenir à ses côtés... Pourtant dans le fond, le jeune homme n’avait jamais été quelqu’un de méchant, il y avait assurément pire. Il était simplement maladroit et s’il avait commis des erreurs par le passé, si on lui avait accordé plus temps, certainement qu’il aurait essayé de les corriger. Que pouvait-il faire à présent alors qu’on lui avait retiré ses souvenirs ? Qu’était-il censé songer de son état actuel ? Etait-ce réellement une nouvelle chance que Dieu lui offrait car en vérité il ne méritait pas de subir autant de malheur ou au contraire, était-ce une autre punition qu’on lui infligeait à cause de ses actes précédents ? Ceux qui avaient été près de lui répondraient que c’était un cadeau qu’on lui donnait, car il avait assez souffert pour qu’on le blesse un peu plus, qu’il s’était assez rongé les sangs en prenant toute la culpabilité sur ses épaules et en ne parvenant pas à accepter la mort de celle qu’il avait aimé. Lui n’avait jamais vu les choses de cette manière et s’il était capable de se rappeler, il penserait exactement de la même façon. Parce qu’il n’avait rien fait, qu’il savait qu’elle allait mal mais qu’il avait été trop aveugle pour croire qu’un jour arriverait et que sa petite amie dépasserait les limites. Il n’était pas ce que Kaori pensait de lui, il n’était pas cruel ni manipulateur mais peut-être était-il vraiment « sacrément con ». Parce que cette insulte, lui-même se l’était répété plusieurs fois auparavant et ce n’était pas le seul reproche qu’il avait pu se faire... Mais tout ça, la jeune femme à ses côtés n’en avait pas la moindre idée. Tout comme elle ignorait ô combien il avait regretté le mal qu’il lui avait infligé et qu’à plusieurs reprises, il aurait aimé retourner dans le passé rien que pour décliner ce pari idiot. Sauf que c’était trop tard désormais... Il ne pourrait jamais corriger ce malentendu, il ne pourrait jamais s’excuser avec son entière sincérité donc l’unique chose qu’il pouvait faire à présent était de lui prouver la personne qu’il était devenu, de se rattraper et lui montrer qu’elle pouvait lui faire confiance. Il avait un long chemin à parcourir pour cela cependant, s’il y mettait du sien, il y parviendrait certainement. Les efforts ne sont-ils pas toujours récompensés ?

Et en parlant d’efforts, s’il n’avait pas prononcé le moindre mot, qu’il l’avait écouté sagement sans savoir comment réagir à ses rétorques, il n’avait pu cacher sa surprise à la dernière phrase de sa vis-à-vis. C’était sans parler de cette esquisse qui s’était élargi sur ses lèvres, heureux de constater que Kaori n’essayait pas de le rejeter. Il ne savait pas réellement si c’était un bon signe ou non mais, plutôt optimiste, Taichi préférait penser positivement.

- Donc, tu proposes qu’on se le partage, c’est ça ? L’interrogea-t-il afin de s’en assurer, ses phalanges se perdant sur la tête du chaton qu’il se plaisait à caresser, On peut faire ça, oui, c’est une bonne idée.

Cela le soulageait plus de cette manière puisqu’il avait foi en la jeune femme et il était certain qu’elle s’en occuperait mieux que lui. S’il faisait une erreur, elle pourrait le corriger, l’aider et lui expliquer quel comportement était mieux à adopter. Il lui sourit de plus bel, avec plus de douceur, touché malgré tout de voir qu’elle aussi, elle tentait de faire des efforts jusqu’à ce qu’un détail ne lui revienne soudainement à l’esprit.

- Je l’ai nommé Taiyou, je ne sais pas si ça te va. Sinon, on peut toujours réfléchir à un autre nom mais je pensais que ça lui allait bien.




✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageDim 28 Mai - 16:54 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Kaori n’en a pas conscience, elle ne le sait pas, mais une partie de ce qui l’empêche d’avancer est lié au fait qu’elle ne veut pas oublier. Qu’elle ne peut pas passer à autre chose, parce qu’elle a tant perdu, parce qu’elle a tant laissé derrière elle… Parce qu’elle n’arrive pas à faire le deuil de ce qu’elle n’a jamais eu et de ce qu’elle a perdu. C’est comme ça, elle a du mal à passer au-delà de ce qui lui est arrivée. Parce que cela a duré si longtemps et que certaines personnes ont eu à cœur d’en rajouter, encore et encore. Mais voilà, c’est la raison pour laquelle elle a du mal à accepter le retour de Taichi dans sa vie parce qu’il lui a fait beaucoup de mal, beaucoup trop de mal et qu’elle ne sait pas comment passer outre. Cependant, comme elle n’a pas le choix, elle doit faire un effort. Et cette façon de proposer une garde partagée, aussi bizarre que cela puisse paraître c’est une façon d’honorer son engagement avec l’Akai Ito. Elle doit le voir de façon régulière, et autant que ça soit pour une raison autre qu’un rancard. Chaque fois qu’ils se verront pour ce chaton, cela évitera de devoir le voir pour une autre raison, pas de romantisme, pas de sortie inutile. Juste des entrevues utiles, pour se passer le chaton et ses affaires. Et lui ne souffrira pas de leurs désaccords ou de l’hostilité qu’il pourrait ressentir, pas comme les amis.

Un instant, elle se laisse emporter dans une vie dans laquelle il n’y aurait plus de haine, plus de douleur, plus de ressentiment. Une vie dans laquelle il n’y aurait pas eu de souffrance. Elle aurait été une jeune fille douce, joyeuse, agréable, populaire aussi. Toujours généreuse, pensant aux autres avant la sienne. Elle aurait pu aller au lycée, se faire de nouveaux amis, envisager un avenir : ses résultats lui auraient permis d’avoir des avis favorables et d’entrer à la fac, elle aurait bossé pour payer ses études. Et peut-être qu’elle aurait pardonné à Taichi, qu’elle aurait demandé des explications et que les choses n’auraient pas été brisées entre eux. Et si d’aventure, ils étaient restés séparés, peut-être auraient-ils quand même été couplé, mais les choses auraient été moins difficile. Elle secoue un peu la tête se sortant de ses idées idéalistes, parce qu’elle ne peut pas être là. La seule chose qu’elle peut faire c’est affronter sa vie. Et faire avec ce qu’on lui a donné. Son jeu était mauvais au départ, mais elle ne s’en sort pas si mal finalement, non ?

Elle caresse encore un peu le chat et puis elle dit : « Bien donc, si nous sommes d’accord, tu devrais le ramener chez toi ce soir… Il sera bien content de dormir au sec. ». Kaori est habituée à la solitude. Elle est habituée à ne devoir compter que sur elle et elle supportera d’être seule un peu plus longtemps. Ce n’est pas comme si elle était vraiment à plaindre. Et quand il lui parle de son prénom, l’informaticienne retient un grondement. Elle retient une protestation et un juron. Parce qu’elle a pensé au même prénom et qu’elle trouve ça insupportable qu’ils aient eu la même idée. Alors elle se contente de répondre : « Non… Taiyou c’est parfait... Ça lui va bien et puis, j’adore le soleil… ». Et peut-être qu’elle envisage de lui arracher la tête aussi, ou de le pousser sous un bus, ce qui règlerait l’ensemble de ses problèmes. Mais elle ne peut pas faire ça, pas là. Elle fomentera un sale coup quand elle sera sure de ne pas prendre le risque d’être punie. Parce qu’elle veut continuer à vivre libre. Elle le regarde puis finalement se redresse, ayant un peu mal aux genoux. Elle secoue un peu ses jambes et regarde autour d’elle curieuse. Les gens évitent leur trottoir qu’ils prennent toute la place. Se penche à nouveau puis fait craquer sa nuque et dit : « Ne restons pas là, il est temps d’aller s’abriter avant que tu ne sois malade » elle accompagne ses paroles d’un signe de tête dans la direction de l’appartement de Taichi puis une fois qu’il est prêt à y aller, elle commence à marcher, simplement, sans rien dire de plus. Elle regarde devant elle, puis regarde le chat dans les bras de Taichi. L’animal à l’air très heureux d’être là, ce qui la conforte dans l’idée qu’elle fait le bon choix. Mais cela ne l’empêche pas de regretter un peu. Passer du temps avec lui est toujours un peu dangereux pour sa santé mentale.


Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageVen 2 Juin - 10:26 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]S’il s’était retenu d’afficher son contentement, il n’en était pas moins heureux de savoir qu’il aurait plus de compagnie ce soir. Parce qu’il s’était réellement attaché à Taiyou, que s’il culpabilisait de ne pas bien s’occuper de lui, il était aussi soulagé d’avoir pris la décision de ne pas le laisser là et l’adopter. Il serait toujours mieux dans son appartement qu’à l’extérieur, dans le froid et sous la pluie... Puis si ça lui permettait de se rapprocher de cette jeune femme, il ne dirait pas non. Evidemment, il n’était pas idiot... Il avait conscience qu’elle ne le portait pas dans son coeur, qu’elle se forçait à se tenir auprès de lui et c’était compréhensible s’il lui avait causé du tort par le passé. Néanmoins le concernant, c’était vrai que parfois c’était quelque peu vexant. Il ne s’en souvenait pas, il n’avait pas de mauvaises intentions et il aurait souhaité que Kaori croit plus en lui, qu’elle puisse voir sa bonne volonté et que même s’il n’était pas capable de revenir dans ce passé, il faisait de son mieux pour se rattraper, pour corriger ses erreurs de jeunesse puis lui prouver qu’il était quelqu’un de bien. Si elle finissait par en avoir marre de lui, marre de cette situation, Taichi ne lutterait pas, il accepterait et se résignerait. Il n’avait pas envie de se battre pour une cause perdue et être celui qui serait blessé au bout du compte... Il pouvait être incroyablement borné, ne pas lâcher si facilement cependant il connaissait les limites et si la jeune femme se sentait beaucoup mieux loin de lui alors il n’insisterait pas puis reprendrait sa vie de son côté. Même si cela signifiait lui laisser ce chaton, il le ferait également. Taiyou serait entre de bonnes mains et quitte à éviter les complications, autant le faire jusqu’au bout.

Pour l’instant, il n’avait pas à se plaindre puisque bien qu’il y avait de la distance entre eux, qu’elle continuait d’être froide avec lui, elle ne lui tournait pas le dos pour autant. Elle faisait même des efforts. Peu importait si ce n’était pas directement pour lui, l’important était déjà qu’elle en fasse et s’il n’avait pas relevé, le garçon lui en était extrêmement reconnaissant. Il espérait simplement qu’à l’avenir, la demoiselle se mette à l’apprécier, qu’elle apprenne à faire la différence entre celui qu’il était autrefois et celui qu’il était désormais. Ce Taichi de l’époque était un adolescent, il était incroyablement stupide et n’avait pas su ravaler sa propre fierté. Une telle attitude n’avait plus lieu d’être aujourd’hui parce qu’il était beaucoup plus mature, plus réfléchi que ce qu’il était par le passé. Cela aurait été un sacrilège qu’il n’ait pas su changer d’un pouce après toutes ces années et ce, même s’il était amnésique à l’heure actuelle. Il avait grandi et dans la vie... Tout le monde finit toujours par changer. Que cela soit en bien ou en mal certes.

« Okay, parfait alors ! » Avait-t-il déclaré simplement à propos du prénom, non pas sans oublier de sourire. Il était content que le nom lui plaise. Sincèrement.

En silence ensuite, se concentrant sur l’animal qui le regardait de ses petits yeux, après une dernière petite caresse, Taichi avait hoché la tête. Elle avait raison, il serait préférable de rentrer parce que s’il restait ainsi, si peu vêtu sous la pluie, il risquait réellement de tomber malade et bien qu’il faisait le beau, il aimerait l’éviter. Rester allongé dans un lit à ne pas pouvoir bouger, il détestait cela... Il avait assez dormi pendant beaucoup de temps puis après son réveil, avant d’être en mesure de se mouvoir correctement, il avait du faire preuve de courage et d’énormément de patience. Une des raisons pour laquelle à présent, il avait toujours ce besoin de bouger, de marcher et même de faire du sport parce que plus que rester coucher, il préférait se dégourdir les jambes, visiter, profiter de chaque seconde avant que les malheurs de la vie de lui retombe dessus de manière inattendu.

Le sourire aux lèvres, sortant le chaton du carton, il le porta dans ses bras, la veste couvrant toujours cette boule de poils tandis que de sa main libre, il tenait le parapluie.
Le trajet s’était fait dans le plus grand des silences, lui-même n’avait pas eu la motivation à parler et principalement puisque, étrangement, ce calme intense ne lui était pas déplaisant. Parfois, s’il n’y avait rien à dire, il était préférable de se taire et se contenter d’apprécier le moment présent.

Lorsqu’ils arrivèrent à son immeuble, tenant confortablement le chaton, il avait fermé son parapluie avant d’ouvrir la porte puis de le déposer dans son socle, à l’entrée de son logement. Ensuite, après avoir retiré ses chaussures, il invita la jeune femme à l’intérieur, non pas sans lui indiquer de faire comme chez elle. Sans attendre de réponses, lui s’était échappé dans sa salle de bain où sortant une serviette, il commença à sécher Taiyou qui s’était retrouvé mouillé par la pluie.

- Je peux te le laisser ? Demanda-t-il en revenant au salon, Je voudrais prendre une douche et me changer.

Il serait plus à l’aise et il aurait assurément moins froid... Toujours avec cette esquisse qui dessinait son visage, il lui glissa le chaton dans les bras, la remerciant gentiment. Toutefois, il ne s’en alla pas dans le salle de bain aussitôt, il passa d’abord dans la cuisine pour lui servir quelque chose à boire puis ce n’était qu’après lui apporté et avoir répété de faire comme chez elle, que Taichi disparut de la pièce. Son corps était plus faible que la normal, il l’avait ressenti et sans avoir besoin de le rétorquer, il se doutait que les jours à venir ne seraient sûrement pas de tout repos, qu’il avait intérêt à ne pas forcer mais surtout de se soigner. La preuve, à peine avait-il mis un pied dans la baignoire qu’il avait éternué. Deux fois. Un soupir ainsi qu’un « oh non... » s’était doucement enfui de ses lèvres sans qu’il ne parvienne à le contrôler. C’était prévisible hors ce n’était pas très grave. S’il faisait attention, il était certain que ça irait, il avait connu tellement pire.

Une serviette autour de la taille, plusieurs minutes plus tard, le garçon quitta la pièce afin de rejoindre sa chambre où il se changea dans des vêtements beaucoup plus confortables : Un jogging noire ainsi qu’un tee-shirt blanc. Tout était dans la simplicité. La fatigue commençait à le gagner mais ça aussi, ce n’était pas anodin... Il avait du mal à dormir correctement, ce qui n’aidait pas son organisme à s’endormir et il était hors de question de se plaindre à Kaori ou de l’inquiéter sous prétexte qu’il était un brin plus pâle que d’habitude. La raison pour laquelle, enfermé dans sa chambre, il se frappa vivement la jambe afin de se réveiller et de se reprendre.

A nouveau, en revenant, il s’arrêta dans la cuisine pour prendre la nourriture pour chaton qu’il avait acheté plus tôt et en déposer dans un petit bol.

- Ça va ? L’interrogea alors le garçon en laissant le récipient au sol, invitant le chat à manger de plus bel s’il le désirait, Est-ce que tu veux manger quelque chose ? Je peux essayer de te préparer un truc vite fait si tu veux.

Dans la mesure du possible où il connaissait ce qu’il préparait, sa cuisine n’était pas mauvaise cependant ce n’était pas un grand art non plus.


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageJeu 8 Juin - 15:42 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Silence. C’est le maître mot du trajet entre le carton du chaton et l’appartement de Taichi. Et Kaori n’en est pas forcément mécontente. Elle n’a pas forcément envie de converser, elle aime bien le silence, il a des aspects simples, il est supportable pour elle. Elle préfère le silence car parfois, comme maintenant, être en compagnie des autres est déjà difficile. Même si elle sait qu’aujourd’hui, Taichi est différent, elle a du mal à lui pardonner. Elle se pose tellement de questions. Et dans le fond, il y a une part d’elle qui est toujours coincé là-bas, dans ce lycée, dans cette enfance et adolescence dans laquelle on ne lui a jamais fait de cadeau et durant laquelle son cœur a été piétiné à de nombreuses reprises. Alors oui, elle a du mal à pardonner, parce qu’une partie d’elle-même est toujours coincée là-bas et qu’elle ne sait pas comment s’en sortir. Cela passera surement par un pardon et un oubli de ce qu’elle aura fait, de ce qu’on lui aura fait. Surtout ses parents en fait. Parce que dans l’histoire, le pauvre Taichi n’a été qu’un adolescent comme un autre. Il n’a rien fait de plus ou de moins. Mais Kaori a eu mal. il était un peu comme un moment de clarté dans l’obscurité, avant d’éteindre brutalement la lumière et de la laisser seule avec elle-même et les monstres de son placard. Enfin non… les montres en dehors du placard.

Après s’être enfuie, il est arrivé plusieurs fois à Kaori de se réveiller en sursaut, de cauchemar et de ne pouvoir se rendormir que dans un placard. Et dans le sien celui de son appartement actuel, il y a un verrou. Un verrou à l’intérieur pour qu’elle puisse s’y cacher. C’est irrationnel, c’est un peu comme avoir une bombe au poivre dans son sac. On sait que ça ne servirait pas à grand-chose, mais cela suffit à nous rassurer, parce qu’on se sent préparé, prêt à réagir en cas de besoin. Elle sait qu’elle devrait l’enlever, parce qu’elle est assez forte maintenant, mais elle a l’impression que si elle le fait, les cauchemars reviendront, qu’il lui arrivera quelque chose. Alors elle le laisse, il n’y a pas personne pour le voir, personne pour s’en rendre compte. Elle regarde le chaton dans les bras du jeune homme et elle esquisse un léger sourire. Peut-être que c’est une bonne idée ce partage de garde. Cela leur fera encore une chose en commun. Parce qu’elle a besoin de construire Kaori, elle construit chaque chose par étape, progressivement. Avec soin, minutie et patience, elle construit. Alors elle se dit qu’elle peut également construire cette relation. Le couplage était la première étape. Celle-ci est une seconde étape. Il y en aura d’autres. Et peut-être qu’un jour, il n’y aura plus besoin de construire, peut-être qu’elle acceptera des choses spontanée, des imprévus. Mais là, elle ne s’en sent pas capable.

Une fois chez lui, elle le suit jusqu’à chez lui et se tourne vers lui pour l’écouter. Elle range son parapluie dans le socle pour ne pas qu’il salisse tout, puis, elle acquiesce lorsqu’il l’invite à faire comme chez elle, le remerciant au passage. Par politesse, elle retire ses chaussures, trempées et elle se tourne à nouveau vers lui lorsqu’il lui demande s’il peut aller prendre une douche. Elle acquiesce et lui répond : « Bien sûr… Je m’occupe de lui… ». Et puis, il est trempé, alors il vaut mieux qu’il le fasse. Elle attrape le chaton et sourit à Taichi le laissant aller. De son côté, elle va jusqu’au salon et prend place, gardant le petit animal dans les bras, en profitant pour le câliner. D’ailleurs celui-ci ne tarde pas à commencer à ronronner visiblement content d’être au chaud dans les bras d’un humain bienveillant. Après une séance de câlin, l’animal ne traîne pas à vouloir jouer. Alors à défaut d’autre chose, elle le fait jouer avec ses doigts et sa main, ce qui semble beaucoup lui plaire. Le temps passe, elle ne s’en rend pas vraiment compte, elle se sent plutôt apaisée maintenant qu’elle est seule, même si elle n’est pas chez elle. C’est étrange, mais elle n’a pas réellement éprouvé l’envie ou le besoin d’aller fouiner dans le salon. Il y a des post-it partout et par respect, elle n’est pas aller les lire. Elle ne peut qu’imaginer que tout cela soit gênant pour lui et qu’il n’ait pas forcément envie que tout le monde sache ce qu’il est incapable de faire par lui-même. Lorsqu’il revient, elle entend les bruits dans la cuisine et le chaton aussi. Il se redresse et tend les oreilles puis, attiré par l’odeur, il cherche à descendre. Mais c’est haut, alors il hésite. Kaori l’aide, en le soulevant et en le posant par terre, puis se lève et rejoint Taichi dans la cuisine, le chat sur ses talons. Ni une, ni deux, il se jette sur la pâté et Kaori le regarde faire, avant de relever les yeux sur Taichi pour lui dire : « Tout va bien oui. Et non merci, ça ira. Je n’ai pas très faim… ». Parfois, elle pourrait manger un éléphant, elle se damnerait pour goûter de nouvelles choses, mais parfois, elle n’a juste pas faim. Là, elle est un peu nerveuse, alors, cela explique surement les choses. Elle reprend : « Mais c’est gentil d’avoir proposé et surtout ne te prive pas pour moi. Tout va bien sinon ? ». Elle le détaille d’un regard presque inquisiteur. Parce que la dernière fois qu’ils se sont vus, il ne dormait pas beaucoup. Alors elle s’inquiète vraiment, même si elle ne l’explique pas.


Nakano TaichiTokyoïte
♦♦♦♦♦♦♦♦♦♦
avatar
Who are you? : Il est vendeur dans un Konbini, mais aussi pendant son temps libre, il dessine beaucoup

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMar 13 Juin - 4:49 (#)
There's a cool cat in town, never going down
Taichi & Kaori


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]S’il ne l’avait jamais déclaré à haute voix, c’était totalement vraie que son amnésie le complexait. Ou plutôt, parler des séquelles que son accident avait laissé était plus exacte. Puisque, avoir vingt huit ans et ne pas savoir lire correctement, ne pas connaître des mots basiques que même un enfant connaîtrait, c’était embarrassant. Evidemment, Taichi avait son excuse, c’était justifié cependant il n’avait pas envie qu’on le prenne en pitié, il n’avait pas envie non plus qu’on se moque de lui sous prétexte qu’il ne se souvenait plus. Une des raisons pour laquelle, à l’origine, il ne ramenait pas n’importe qui dans son appartement, puisqu’il ne souhaitait pas qu’on découvre que c’était compliqué pour lui, qu’il devait tout réapprendre et que pour cela, il avait collé des post-it de partout. C’était une manière comme une autre pour avancer et le concernant avoir des notes l’aidait énormément. Que cela soit sur ses mains, sur ses meubles, voir même ses murs, ou encore dans un carnet, c’était utile... Il en avait besoin pour se rappeler puisque ça lui arrivait souvent de confondre, de nommer un objet avec un nom incorrecte et dans ces moments là, il ressentait toujours un malaise profond. Il détestait ce genre de moment donc souhaitant les éviter au maximum, il agissait ainsi... Pour les prénoms, c’était plus compliqué. Même s’il se les écrivait, qu’il mettait des descriptions, sans photographie, ça lui était difficile de faire le rapprochement. Hors avec certaines personnes, étrangement, il les retenait plus aisément que d’autres. Ca avait été le cas avec Kaori d’ailleurs, il l’avait mémorisé rapidement... Peut-être parce que, inconsciemment, son esprit lui s’était rappelé de cette fille avec qui il avait partagé de bons moments autrefois. Le système humain était tellement surprenant au point qu’il en était difficile à déchiffrer. Est-ce que c’était normal ou non ? Y avait-il une coïncidence ou pas ? Certainement qu’à ce niveau là, personne n’en avait la réponse et que c’était pour cela qu’il y avait des tas de gens qui continuaient à faire des recherches.

Dans la cuisine, hochant la tête, le garçon n’insiste pas plus que cela, ne souhaitant pas la forcer à manger si elle ne le désirait pas. Il acquiesça alors dans un sourire puis pour lui, il se contenta d’une boulette de riz qu’il avait acheté à l’épicerie. Il n’avait pas énormément faim non plus.

- Hein ? Rétorqua Taichi sur l’instant, un brin surpris de la question avant de lui arborer une nouvelle esquisse, Ca va, ça va !

Il était plus fatigué que d’habitude, sûrement qu’il était, en plus, en train de tomber malade pour être resté en tee-shirt sous la pluie, mais on ne le changeait. Il n’aimait pas se plaindre et ce, même si sa figure démontrait assez son état de ces derniers jours. En soit, ce n’était pas qu’il avait du mal à s’endormir, c’était à cause de ses mauvais rêves qu’il n’était pas capable d’expliquer, à cause de ses étranges sensations, douloureuses, qui lui compressaient le coeur et l’obligeaient à se sentir mal. La plupart du temps, il se réveillait tout le temps en sueur, le souffle court et le plus dure dans cette situation était de ne pas être en mesure de l’expliquer.

- Et toi, est-ce que ça va ?

Reporter le sujet sur quelqu’un d’autre que lui était sa spécialité... Parce qu’il n’avait pas envie d’inquiéter son entourage, il n’avait pas envie qu’on le plaigne ou qu’on le prenne en pitié. Dans le fond, c’était certainement ce qu’il avait besoin, de quelqu’un qui le pousse et qui le soutienne mais parce qu’il favorisait toujours les autres avant lui-même, il ne s’en rendait pas spécialement compte. Hors s’il continuait ainsi, un jour arriverait et il finirait dévorer par toutes ces choses qui le hantaient, sur lesquelles, il ne parvenait pas à mettre de mots et encore moins des images...


✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

— 恋のメロディー—

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image] [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
JUST SMILE AND BREATH ✽
The person I’m thankful for, the person who warmly held my cold hands, it was you. Even if I breathe, I wouldn’t be living, if I can’t see you, there is no meaning.
Yoshida KaoriAgent Ishikawa
★★☆☆☆☆☆☆☆☆
avatar
Who are you? : Informaticienne pour l'Ishikawa Corp.

Compte Ishikawa
▬ Love Rate:
75/150  (75/150)
Voir le profil de l'utilisateur
MessageMer 21 Juin - 13:31 (#)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

There's a cool cat in town, never going down


ft Nakano Taichi


Je vais bien. Ça va. Deux des phrases qu’elle a le plus souvent dit dans sa vie et qui n’ont souvent été que d’odieux mensonges. Oui, Kaori a toujours été une spécialiste de la dissimulation, particulièrement de son état. Même Taichi n’en a jamais vraiment eu conscience et de toute façon il ne s’en souviendra pas. Il ne pourra jamais vraiment se rendre compte des mensonges qu’elle a débité par le passé, pas concernant leur relation mais concernant son propre état. Les bleus, les coups. Elle a pu les cacher. Elle a pu cacher les peurs, elle était juste une fille bizarre. Peut-être Shota pourra s’en rendre compte un jour, mais quelle importance ? Il n’en parlera sans doute pas. Aujourd’hui, ils sont pareils tous les deux, ils ont traversé les mêmes épreuves, ils ont les mêmes blessures aujourd’hui. Alors quand il lui répond qu’il va bien, Kaori se rend bien compte que le jeune homme ment. Parce qu’il a toujours ce même tic, d’abord. Et ensuite parce qu’il a l’air fatigué et que ça se voit. Elle le connait bien, bien mieux qu’il ne le pense et ça, elle s’en rend bien compte. Cela l’agacerait presque un peu de le connaitre autant. Mais là, ce qui l’agace le plus c’est qu’elle s’inquiète pour lui. Alors qu’elle sait bien qu’elle ne devrait pas, que Taichi a toujours été un grand garçon capable de faire ses choix et de prendre soin de lui-même. Et dans le cas où il n’y arriverait pas, sa famille est toujours là pour veiller sur lui. Ce qu’elle a pu les détester… Ces gens riches alors qu’elle-même n’avait jamais connu que la misère et la souffrance… Tout semblait si facile pour eux. Elle retient son soupire.

Elle pose son regard sur le chat, un instant et reste là, songeuse, à se demander ce qu’il va advenir maintenant. Est-ce qu’elle va continuer à s’inquiéter ou réussir à recommencer à le détester cordialement ? Elle n’en sait rien. Elle n’a pas vraiment le choix pour tout dire : dans tous les cas, elle devra le supporter. Mais Kaori n’est pas encore prête à faire confiance. Et elle ne peut pas s’empêcher de se méfier. Parce qu’elle a vraiment l’impression qu’il va encore la rouler, la prendre ou une idiote ou quelque chose du genre. Qu’au moment où elle commencera vraiment à s’attacher, il va disparaitre, encore une fois et la laisser là, et il ne lui restera que la douleur. Encore une fois. Elle ne le souhaite pas, elle ne le veut pas. Elle se sent bien aujourd’hui, et elle ne veut pas que ça change. Mais bon, il faut être diplomate. Rien ne l’empêche de le voir si elle ne s’attache pas et qu’elle sait ce qu’elle fait. Elle l’observe prendre une boulette de rire, puis regarde à nouveau le chat. Il lui retourne la question, elle sourit un peu amusée et répond : « Je vais bien… ». Bien sûr qu’elle va bien, elle va toujours bien. Elle finit par lui demander : « Tu dors mieux ? ». Elle le regarde à nouveau, s’appuyant contre la table. Elle attend paisiblement qu’il réponde, elle n’est pas pressée, et étrangement, l’information l’intéresse réellement. Peut-être que si elle l’aide, elle ne se sentira plus redevable pour la fois où il l’a soignée. Elle pourra ainsi se sentir un peu moins impliquée. Mais bon, ce ne sont que des hypothèses et des espoirs. Elle voudrait pouvoir faire en sorte de se sentir moins impliquée, pour ressentir moins de choses. Elle ne veut plus ressentir ça. Oh ça non. « Et ton boulot, ça va ? ». Elle est un peu curieuse, il faut bien l’avouer. Elle va souvent dans ce konbini et elle aime bien l’équipe qui y travaille. Hormis Taichi, cela va s’en dire, mais il semble faire du bon travail et être appréciée par les autres clients. Et puis de toute façon, elle ne peut pas y faire grand-chose. Elle n’est pas assez méchante pour le faire virer. Il n’a rien fait pour ça.

Contenu sponsorisé
Message (#)
 Sujets similaires
+
 Sujets similaires
-
» Holly Holliday ~ You don't have to be cool to rule my world
» [Libre]Nobunaga est mort! [Big Town, Rang B, Chasseurs de Prime, Assassinat]
» [Fiche d'île] Logue Town
» Un Voleur Sachant Voler. [Orange Town, Rang D, Solo, Interception de voyous]
» [Annulée] Contre le maître du rock [Logue Town, Rang C, Pour tous, Baston]
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AKAI ITO :: Tokyo :: Minato-